La place d'autres

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Dans notre société on veut faire du social.

Quand le social se particularise ça devient politique.

 

La place d'autresLa place d'autres

Hier au soir.

À la gare de Briançon la Croix Rouge distribue un repas à quelques SDF locaux ainsi que quelques vêtements.

Je me suis approché et j'ai interrogé un des bénévoles, il me dit venir deux soirs par semaine, le mardi et le vendredi, pour donner un peu à ces rejetés de la vie.

Je lui ai demandé si ces gars sont dehors, il m'a laissé entendre que c'était fréquent, dans ces cas-là l'organisme appelle le Samu Social, je connais je les aie déjà appelé pour des causes similaires.

Mais le samedi ? Le dimanche ? Le lundi ? Le mercredi ? Le jeudi? Ils ont quoi ces SDF ?

Rien, ils font la manche et survivent avec moins que le minimum.

Trop tard pour appeler la mairie, je vais donc voir à poser la question dans la semaine à venir.

N'ayant pas de domicile fixe, n'ayant pas de lieu attitré pour rentrer tous les soirs, ces gars se baladent d'hébergements d'urgences en coins abrités, parfois sans même un abri, au gré du bon vouloir des autorités.

 

La place d'autres

Pourtant. (Image origine mouvement politique)

Quand on veut on peut.

Sauf que pour la municipalité les SDF ne sont pas porteurs médiatiques, c'est vrai qu'on en voit beaucoup, moins en ce moment avec l'arrivé du froid, et puis ça n'a aucun impact sur la politique ciblée.

Les bénévoles de "refuge solidaire" - pour qui ? - se voient donc dorlotés, protégés afin de continuer à exercer leurs activités de "traite des noirs" puisque à ce niveau c'est la finalité de ce qu'on peut en constater, les ONG vont les chercher dans les villages d'Afrique, les passeurs protégés par certains pays les acheminent vers l'Europe dont la France, puis les bénévoles, subventionnés par nos impôts, les prennent en charge afin de les orienter sur des cibles bien précises, là où des municipalités boiteuses les entretiennent aux frais des contribuables.

Comme le dit si bien le Maire de Briançon ils ne sont que de passage, les migrants bien sûr, sauf ceux qui se trouvent bien ici mais avec l'arrivée des grands froids et de la neige ils descendent plus facilement vers le littoral méditerranéen.

Par contre les "bénévoles" subventionnés - ce qui crée beaucoup de bénévoles assistés également - restent à demeure pour continuer à faire passer les esclaves, venus d'Afrique, encadrés dès leur départ par diverses organisations également subventionnés de façon plus ou moins occulte par des États, surtout ceux qui n'en veulent pas, donc la totalité des pays musulmans riches qui n'entendent pas accueillir la misère du monde dans leur cage dorée. 

Et puis franchement, quand on a des européens veules et esclaves de leur système soigneusement entretenu par leurs dirigeants, autant leur refiler ces populations noires manipulées, exploitées et réduites à errer de ville en ville aux frais de ces villes, donc de leurs administrés. 

Les SDF, eux, ils peuvent crever.

Il parait que c'est du social, il est vrai que l'État doit pouvoir justifier les incessantes augmentations des taxes de plus en plus lourdes et nombreuses pour assumer la prise en charge de ces esclaves noirs qui vont remplacer les salariés blancs, avec des salaires au tiers des actuels, dans les années à venir, c'est un des grands objectifs du patronat européen même si personne n'ose aborder le sujet.

La place des uns va devenir la place des autres.

J'ai aussi posé la question de savoir si des fois on ne pourrait pas aider, sur place, ces "pauvres noirs" démunis, sur leur sol, afin qu'ils s'auto-suffisent et oeuvrent pour leur pays, il m'a été induit que les blancs européens ne sont pas les bienvenus en ces pays, comme quoi le racisme n'est pas là ou les autorités bien pensantes veulent le mettre.

Mais c'est une autre histoire qui prend en compte des contrats juteux et des finances occultes, de celles qui font grossir la dette de la France, raison des déplacements de chefs d'État européens qui se prosternent devant les roitelets africains qu'ils ont d'ailleurs mis en place en échange de populations à déplacer et de contrats divers, surtout énergétiques. 

On en reparlera.

En attendant les SDF bien de chez nous se gèlent les couilles sous les fenêtres des assistés associatifs gratuitement logés par la municipalité, les charges à charge de ces associations sont compensées par les subventions d'État généreusement distribuées afin de continuer à faire de la traite d'esclaves. 

Bien entendu ces lignes n'engagent que moi mais comme je l'entends souvent je me dis que les gilets jaunes ont aussi d'autres revendications que l'augmentation des carburants, en fait le mouvement du jour c'est surtout la soupape trop pressurisée des diverses mesures, contre le peuple, qu'appliquent nos dirigeants depuis des années.

Trop de pressions ça fini par péter.

Bonne journée à tous.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article