Briançon appelle "au secours"

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

J'ai annoté que le journal local appelait à l'aide les français pour accueillir chez eux les pauvres migrants que l'Europe fait venir afin de nous remplacer.

Je note aussi que la ville de Briançon semble de nouveau s'enfoncer dans les problèmes financiers, pour plusieurs raisons. 

 

Briançon appelle "au secours"

Pont sur la Durance.

Qui sépare la rue Centrale du rond-point de l'Izoard.

Franchement quand a été installé cette structure ça donnait un cachet certain à cette partie de la ville.

Malheureusement c'est chroniquement encombré de véhicules en stationnement autorisé interdit, devise moderne de la ville que soutient son maire, c'est donc une chance de n'en n'avoir pas ce jour pour saisir cette photo.

C'est vrai que ça fait plutôt décoratif à cet endroit même si les alentours laissent sérieusement à désirer, comme la ruine de la Shappe, incendiée volontairement même si rien ne le prouve officiellement, une enquête rapide et très superficielle ayant conclu à un accident mais ça n'engage que moi parce que des incendies j'en ai vu pas mal dans ma vie, aucun n'a embrasé instantanément la totalité d'un bâtiment vide de cette taille en un temps record.

Une vue d'ensemble qui semble positive.

 

Briançon appelle "au secours"Briançon appelle "au secours"Briançon appelle "au secours"

Sauf que.

Il y a quelques mois j'avais souligné l'état de délabrement de la passerelle qui relie le quartier Sainte Catherine à l'espace Val-Durance, sans entretien, rongée par la rouille, ce qui la fragilise, comme je l'avais aussi souligné pour l'ancien pont sur la Durance qui accusait des signes évidents de fatigue, signalements qui ont amené, du moins en partie, à la mise en place, en premier lieu, d'une limitation de tonnage (si peu respectée) puis le remplacement de ce pont.

D'ailleurs, le maire de l'époque, qui est le même qu'aujourd'hui, en a fait tout un cirque médiatique à la gloire du parti socialiste et à sa propre gloire qui s'occupe si bien de ses administrés, surtout de leur portefeuille.

Si mes annotations par blog interposé ont été parfois suivies de quelques interventions c'est que justement pas mal de monde consulte mon blog, y compris les intéressés, puis divers services officiels et administratifs ainsi certainement que les renseignements généraux, je suis un dangereux personnage à suivre de près, pas encore fiché "S", juste fiché "EM" comme emmerdeur.

Je ne doute pas un instant que mes comptes Facebook, Twitter, messagerie Internet, mes données personnelles d'ordinateur, etc. ne soit soigneusement suivis, pas par un quelconque gendarme qui serait chargé de le faire mais informatiquement avec des mots clefs, comme sont aussi suivis les fiché "S", juste programmer informatiquement, surtout depuis que j'écris à la présidence de la République depuis Sarkozy jusqu'à aujourd'hui, mais on peut m'éplucher, me surveiller, me suivre, je n'en ai strictement rien à branler et je continue mes délires obsessionnels qui en emmerdent certains et en font marrer beaucoup d'autres.

L'opposition municipale et autres assimilés aussi me suivent, de plus loin, juste pour savoir s'il n'y a pas un os à récupérer pour préparer la prochaine campagne municipale afin d'y inclure un de mes signalements, un peu transformé et travaillé pour lui donner une autre destination et surtout un autre auteur, la récupération étant une prouesse qu'utilisent ceux qui sont nuls à chier mais qui font semblant, on a vu ce que ça a donné aux dernières municipales.

Mais ça marche aussi au niveau politique nationale la récupération, même syndicale, c'est une des spécialité de la CGT d'ailleurs, ce sera dans un de mes livres traitant de ma période RATP.

D'ailleurs, approché puis éloigné par ces opposants, puisque n'ayant pas répondu aux sollicitations diverses (On ne sait jamais, je peux encore servir) j'ai une vue très précise de l'état d'esprit de ces "opposants et leur capacité à ne rien savoir proposer d'autres que ce qui existe déjà.

Le sujet des photos.

Les poteaux de support des verrières de cet endroit, qui pourrait paraitre agréable, sont rongés par la rouille. Les intempéries, les arrosages incessant des pisses de chiens et parfois de celles de quelques pochtrons avinés (Je l'ai vu), ont dégradé ces parties métalliques pourtant d'épaisseur certaine, environ 5 mm de fer brut. 

J'entends déjà mes détracteurs et défenseur de la bonne morale municipale dire "on a eut un hiver exceptionnel (Dixit Mr le Maire), sauf que ces dégradations résultent d'un long processus de destruction naturelle par la rouille.

J'ai passé plus d'une année sur un navire de guerre et en pleine mer en essuyant quelques tempêtes carabinées, je sais exactement comment réagit le métal soumis aux attaques diverses, eau, sel et coup de boutoir des vagues qui agissent comme des coups de masse sur la coque des navires.

La coque d'un navire fait entre un et deux centimètres d'épaisseur suivant la nature du navire et sa destination, c'est largement suffisant puisque c'est la structure du navire qui assure sa solidité, pas l'épaisseur de la tôle. Des attaques de rouille sur la coque j'en ai gratté quelques-unes quand j'étais marin, c'est une des occupations majeures des matelots embarqués, peinture et nettoyage. D'ailleurs la devise plaisante dans la royale c'est "peinture sur merde égal propreté", ce qui laisse imaginer bien des situations. Pourtant je n'ai jamais vu une coque percée par la rouille en dehors des cercueils flottants exploités par des armateurs peu scrupuleux, ce qui laisse imaginer combien l'entretien des poteaux de ces verrières a été inexistant.

En fait, comme beaucoup de mobiliers urbains à Briançon, on installe, on laisse en l'état et quand c'est trop dégradé on supprime et on remplace si c'est justifié, rarement donc. On pourra trouver sur ce même blog l'installation de rambardes dans la vieille ville, laissées en l'état sans même un coup de peinture, les engins de déneigement de ce dernier hiver les ont détruites, résultat des fers tordus et en attente d'être ôtés dans quelques années si une lueur d'attention vient frapper l'amnésie chronique municipale.

Donc, depuis que ces verrières ont été installées, il n'y a jamais eut un seul coup de peinture d'entretien qui aurait fait que ces poteaux soient protégés des attaques extérieures, exactement comme la passerelle sur la Durance plus avant désignée.

       

Briançon appelle "au secours"

Crottoir municipal de la vieille ville.

C'est devant "chez Gisèle" place Vauban anciennement place Dauphine face à la porte du même nom, café fermé depuis cinq ans, on peut compter environ trois à quatre tas de merdes de chiens au mètre carré, c'est un peu la même chose dans presque toutes les rues de cette vieille ville abandonnée de la municipalité sauf pour les impôts et les voix électorales. 

C'est donc une des premières navrances que découvrent les visiteurs de cette vieille ville, j'allais mettre touristes mais ces derniers se font rares même si la propagande municipale raconte le contraire via les sucreries briançonnaises de la page "tout va bien" du Dauphiné libéré qui d'ailleurs n'a de la ville qu'une vue idyllique, il est vrai que sans correspondant, sous payés et très peu indemnisés (sources confidentielles mais combien sérieuses) il devient difficile de pondre des articles intéressants sur la ville, en dehors de la "culture" douteuse et de quelques niaiseries de patronage d'un autre âge. 

Bref, dépenser 1 euro par jour pour ne lire que des informations de l'avant-veille et des calembredaines de collégiens ça fait la moitié du prix d'un loyer mensuel dans une seule année, cher pour si peu.

Ah si, les pages sport mais c'est un domaine qui ne m'intéresse pas, je dois donc relativiser, il y a certainement des choses à découvrir avec les scoops tous frais du jour, ça arrive quand-même.

Pour en revenir à cette vieille ville, dans laquelle je ne vais que pour aller voir ma fille, mais en bus, l'accès à la vieille ville passe automatiquement par la case péage réservée à cette réserve d'indiens que Mr le Maire a isolé des autres administrés, quand il y a de la place pour se garer bien entendu.

C'est classé UNESCO, c'est dire que maintenant on classe vraiment n'importe quoi, un peu comme la Légion d'Honneur distribuée pour l'achat d'un mandat électoral quelconque, un beau cul bien placé bien léché ou une petite pipe vite faite sous un bureau ministériel (Et je sais de quoi je parle). Pas de quoi parader devant quelques journaleux locaux avides de photos souvenir pour notoriété discutable.

    

Briançon appelle "au secours"

Nos si belles fontaines.

Depuis l'avènement socialiste municipal ces dernières chôment huit mois sur douze, il est vrai que l'eau ça coute cher, surtout quand on ne la paye plus, un paradoxe interrogatoire supplémentaire mais on sait que l'hiver l'eau ne coule pas. 

Du moins ne coule plus parce qu'avant elle coulait en permanence et ce quelle que soit la température. C'est aussi une des images très dévalorisantes de la vieille ville, les touristes restants viennent aussi pour ça, maintenant, vu le nombre de merdes de chiens qui jonchent de nouveau cette vieille ville, on peu comprendre qu'à force de faire le grand écart pour les éviter en regardant soigneusement où on marche, le temps d'observation des monuments, tout aussi négligés d'entretien d'ailleurs, est d'autant réduit.

Je propose aux services du patrimoine de créer un GPS spécial merdes de chiens à louer à chaque visite organisée afin que les touristes soient orientés sur les endroits vierges de merdes, de dégradations, d'abandons divers et de navrances municipales, les plus nombreuses d'ailleurs.

 

Briançon appelle "au secours"
Briançon appelle "au secours"

Une autre fontaine.

Dans la ville du bas celle-là, ou le bas de la ville, on ne sait toujours pas combien il y a de ville à Briançon dont le coeur, actuellement, ressemble à un bordel indescriptible.

D'ailleurs on barre les rues mais aucun plan de circulation de remplacement, visant à éviter des engorgements, n'a été mis en place, il n'a même certainement pas été envisagé, pourtant c'est simple à faire, juste se mettre aux endroits stratégiques à certaines heures et mettre une signalisation provisoire en place, les briançonnais galèreraient moins pour rentrer du boulot ou s'y rendre et ils retrouveraient le sourire.

Ces contraintes induites à la gloire du Maire et de sa notoriété très discutable exacerbent les esprits, créent des conflits entre automobilistes parce qu'en plus les stationnements anarchiques, surtout rue rené Froger, rendent la circulation très complexe, voire dangereuse.

Ce qui confirme un de mes passages de cet hiver désignant Mr le Maire comme incapable irresponsable, depuis le temps qu'il nous tanne avec son coeur de ville qui va plomber les finances de la ville pour trente ans de plus il aurait pu remodeler le plan de circulation.

Donc, là aussi on constate les dégradations dues au déneigement et au manque d'entretien. Il est vrai que la presque totalité des finances est destinée à la gloire des créations socialistes pour la ville, les résidences pour les vieux qui seront occupées par les milliers de migrants qui arrivent, soigneusement pris en charge par les autorités municipales, aux frais des briançonnais bien entendu, et quelques bons samaritains que j'invite à ouvrir grandes leurs portes de domiciles afin de montrer l'exemple.

D'ailleurs j'invite les briançonnais à diriger ces migrants en déroute et ayant besoin de secours (Dixit le dauphiné) vers les domiciles de Mr le Maire à Fontchristiane, vers les domiciles des conseillers municipaux complices, vers les domiciles des guides qui vont chercher ces migrants, le bureau des guides pour avoir les adresses étant rue centrale. Puis vers les domiciles de ceux qui complaisamment louent l'arrivée de ces "envahisseurs" de masse, quand ces gens si bien intentionnés devront assumer ce qu'il est impossible de faire ils changeront peut-être d'avis en demandant aux autres ce qu'ils sont incapables de résoudre. 

Briançon, du moins une partie des administrés, appelle au secours pour résoudre les problèmes de la ville que la municipalité ne peut assumer malgré les impôts qu'elle détourne à des fins démagogiques et de propagande.

Cette page n'est qu'une infime partie des incommensurables problèmes de cette ville en détresse.

Dans quelques jours autre chose.

Bonne soirée à tous.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre, me haïr ou m'approuver et partager ce blog,  inscrivez-vous rubrique "s'abonner", bandeau droit du blog. 

 

Publié dans Briançon, Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article