Beurk

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Méfiant ou paranoÏaque ?

 

Beurk

Un peu de neuf.

Mes appareils électroménager s'usant j'ai changé deux d'entre eux.

J'ai eu un peu de mal pour la cafetière, méfiant sur la composition moléculaire des supports.

Je préfère le classique aux nouveaux appareils qui simplifient la vie mais qui risquent aussi de l'empoisonner. 

 

BeurkBeurk

Aluminium coloré.

L'aluminium est un des métaux que l'organisme n'élimine pas, qui plus est il peut favoriser des crises de cystite en fragilisant le système urinaire, c'est une des causes du cancer de ma mère, qui en est décédée, alors qu'elle utilisait depuis des années une cafetière qui, de par sa conception, insérait dans l'eau des microparticules d'aluminium par frictions.

Ça n'a pas été pas la seule cause mais il a été découvert dans ses analyses que c'en fut un facteur fragilisant.

Les actuelles capsules contiennent quelques grammes de café, de provenance inconnue puisque d'inscrire ce qu'on veut sur une publicité n'implique pas forcément, vu les énormes profits, que ce qu'il y a réellement dans les capsules en soit l'origine, d'autant qu'il faut ajouter des agents conservateurs issus de l'industrie chimique.

À chaque perforation d'une capsule en aluminium une quantité infime de particules de ce métal passe donc dans la tasse de café, à cela il faut ajouter les agents colorant qui donnent aux capsules leur couleurs différentes.

Là aussi il y a des particules chimiques hautement nocives qu'on retrouve dans la tasse, sachant que l'élévation de la température induit la dilution de ces particules dans le café on devine que l'eau à presque ébullition favorise ce processus. 

Ou je suis paranoïaque et je deviens d'une méfiance excessive, ou je suis prudent et évite de ce fait d'en rajouter quelques couches de plus à toutes les saloperies que l'industrie chimique alimentaire nous fait ingurgiter depuis des années.

 

Beurk

Chez Leclerc à Briançon.

C'est vrai que d'avancer faire son jus d'orange naturel directement c'est un argument de vente efficace.

Par contre j'ai déjà constaté que parmi les oranges entassées, prêtes à être pressées pour avoir un bon jus, il y en a quelques-unes qui n'ont pas le label qualité, je l'avais déjà signalé à la réception du magasin concerné mais, à l'instar de la mairie, tout ce que je signale est considéré comme venimeux puisque je suis un emmerdeur qui trouve la petite bête là où peu vont la chercher.

Vu l'état sanitaire de certains personnels - de toutes les grandes surfaces - je me dis que les manipulations diverses engendrent des contaminations diverses comme des résidus d'urine ou/et de matières fécales, j'ai travaillé dans tellement de domaines depuis 1967 que je suis à même de savoir ce qui se passe dans les diverses industries, y compris alimentaires. (Dans mes livres, un petit coup de "pub" ça ne fait pas de mal)

Des fruits de provenance inconnue, de qualité très très secondaire, ayant été traités aux divers produits chimiques, trainant à même le sol dans deux cagettes de carton, considérant la crasse au sol devant la dite machine, je me dis que le jus d'orange supposé plus sain que les emballages classiques doit peut-être contenir des éléments pas trop sain pour l'organisme. 

Personnellement j'achète mon jus d'orange, que je consomme le matin au petit déjeuner, en bouteille "ANDROS" (Publicité gratuite) après avoir étudié les diverses étiquettes de toutes les marques présentes en rayon.

J'ai eu assez d'emmerdes de santé dues à mes nombreuses activités antérieures pour ne pas en rajouter à bientôt 70 balais.

Mais la merde on la trouve ailleurs et pas de la première fraicheur.

 

BeurkBeurk

Rue Centrale à Briançon.

Devant la boutique SFR j'attend l'heure d'ouverture pour changer mon Iphone, c'est en m'appuyant sur ce support en bois que j'ai aperçu ce bonheur, quelques crottes de plusieurs jours au sol et une belle merde de la veille à porté de main de n'importe quel enfant en bas âge qui viendrait à se trouver à proximité. 

Non seulement après dix ans de socialisme la ville est maintenant en ruine mais en plus elle est merdique.

Deux causes, la première les salopards qui laissent leur chien vadrouiller, ou qui s'en foutent, la seconde ce sont ces oublis de nettoyage dans l'exécution supposée journalière de l'entretien de la ville.

Mais qu'on se rassure, c'est un peu partout en ville, surtout là où les balais ne parviennent pas à passer.

Cette ville où rien n'est comme ailleurs, là où le pognon du contribuable sert à créer de magnifique décharges publiques de plein air si j'en juge ce qui suit.

 

Beurk
Beurk

En fait un chantier.

Qui ressemble plus à une décharge sauvage qu'à une bonne organisation, il y a des chantiers propres et ordonnés puis des chantiers merdiques et pourris mais à bas prix, on ne peut pas tout avoir.

Quand on voit des éléments neufs "jetés" sur des gravas divers qui auraient du être chargés dans des camions pour avoir une impression d'ordre et de propreté, ce qui laisse à penser que les intervenants divers ont peu soucis de l'environnement et imposent aux riverains des nuisances que je juge inadmissibles, je me dis que le pognon ne coute pas cher, un peu comme les bordures de trottoirs que j'ai signalées ils y a quelques mois et aujourd'hui disparues. 

Je me pose trois questions :

La première c'est le transporteurs qui a déposé ces éléments d'isolation en vrac en cet endroit, j'ai livré il y a déjà longtemps ce genre de matériaux, jamais je n'aurais eu l'attitude de déposer ça n'importe où comme un chien fout sa merde.

La seconde c'est pourquoi l'entreprise réceptionniste ne range t-elle pas ces éléments pour éviter qu'ils ne soit esquintés et les laisse aux quatre vents au milieu de gravas.

La troisième c'est de se poser la question de savoir quel degré d'intelligence il faut pour réaliser que du matériel neuf, payé indirectement par le contribuable briançonnais, demande un minimum de soin afin justement d'éviter les coûts de ces abandons caractérisés, il y a ce qui ressemble à une armoire électrique sous film plastique, donc du matériel onéreux. 

Ça ne fait pas très sérieux ces divers chantiers plutôt merdiques et qui n'en finissent pas, on a la désagréable impression d'avoir à faire à un certain amateurisme et à la présence d'intervenants manquant de professionnalisme, peut-être des sous-traitants de sous-traitants comme c'est souvent le cas dans les travaux publics avec quelques ouvriers au "black". (Également dans un de mes livres)

De là à se demander si de tirer sur les prix n'induit pas des personnels "clandestins" il n'y a qu'un pas.

Parce que des chantiers j'en ai vu et connu des palanquées, rarement je n'ai constaté un tel merdier d'exécution.

Serait-ce trop cher ?

 

Beurk

Connerie municipale.

Quand un maire a 50 000 euros d'argent public à gaspiller dans cette foutaise qui ne sert strictement à rien d'autres qu'à dorer son image, on se fend de trouver des exécutants à la hauteur pour des chantiers également pour dorer son image.

Parce que cette magnifique installation parfaitement inutile n'a aucun succès, je me souviens que la municipalité s'engageait à engager du personnel pour nettoyer ce gouffre à fric, vu les quelques dix vélos qui y ont séjourné depuis maintenant cinq ans je ne pense pas qu'il y ait autre chose à nettoyer que les toiles d'araignée de la serrure. 

 

Beurk

Pour finir.

Emplacement des bus scolaires. 

Il est vrai que pour des administrés considérés comme du bétail - ma foi, venant d'un vétérinaire ! - on peut bien mettre quelques fourches, fussent-elles motorisées, pour leur donner du foin. 

Ou plutôt du fumier, vu l'état de la ville ça va très bien ensemble. 

Bon, d'accord, ce n'est pas le maire qui a mis cet engin à cette place, juste que sa mansuétude, son laxisme concernant la réglementation et sa complicité pour avaliser toutes les infractions amènent à ce résultat.

C'est juste pour dire que la police municipale devrait, de temps en temps, venir faire respecter une réglementation locale pour la sécurité des jeunes collégiens du lieu. 

D'ailleurs, à ces heures fatidiques, quel que soit l'endroit où je passe dans Briançon je ne vois pas un seul uniforme, à moins que ces agents n'aient déjà terminés leur journée, la ville n'a pas les moyen de s'offrir une police de qualité en dehors des heures de bureau. 

On n'est pas dans la merde avec des gestionnaires pareils.

Les élections approchent, je me demande quelles genres de promesses vont nous tenir les candidats, je les attends au virage, sans prudence ni paranoïa.

À très bientôt pour autre chose.

Bonne soirée à tous. 

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

Publié dans Briançon et société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article