Hygiène alimentaire

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Il y a ce qu'on nous montre, il y a ce que personne ne soupçonne. 

 

Hygiène alimentaire

Cash Investigation de Elise Lucet.

Qui ne connait pas ou n'a pas entendu parler.

Sur You-Tube elle fait un carton, pas besoin de s'abrutir de télé pour choisir ses programmes.

Entre autres enquêtes elle fait mention de l'hygiène alimentaire dans la restauration, j'espère qu'un jour elle va nous en faire une sur les produits alimentaires dans le transport.

 

Hygiène alimentaire

En premier l'hygiène corporelle.

C'est basique mais pourtant une quantité non négligeable de personne ne se lavent pratiquement jamais les mains après diverses interventions, que ce soit d'avoir pris le métro - gigantesque réserve à bactéries - être allé au toilettes, avoir serré la main à quelqu'un, et diverses manutention de divers objets n'ayant pas souvent la blancheur Persil. (Publicité des années 1960 pour une lessive)

Ce geste si banal et pourtant très important je le pratique au moins vingt fois par jour, non que je sois spécialement délicat mais ma vie agitée aux multiples contacts dans beaucoup de domaines m'a appris qu'en matière de propagation des maladies le simple lavage de main est la solution à au moins plus de la moitié des problèmes sanitaires. 

Je connais une quantité impressionnante de personnes qui, après avoir pissé ou chié un coup, ne se lavent pas les mains (Oui je sais je suis vulgaire mais mon éducation est assez primaire), pas plus qu'ils ne se les lavent après avoir manipulé divers objets de toutes provenances et parfois douteuses, voire de très douteuses.  

Savez-vous qu'avant de pisser je me lave les mains ! Ça peut paraître débile, pourtant les mains c'est ce qui tripote en permanence de tout et n'importe quoi, surtout n'importe quoi. Alors me tenir la bite à deux doigts propre c'est déjà un début, il est fréquent que quelques gouttes les maculent.

Alors, une fois que j'ai rangé mon matos et refermé la fenêtre de mon futal, je me relave les mains, je pousse même le paroxysme à me munir d'un mouchoir en papier propre pour manipuler la poignée commune des chiottes publics, à cause justement de la précédente précision, on n'imagine pas le nombre impressionnant d'urines différentes qu'il peut y avoir après une poignée de porte de chiotte sans compter les dépôts fécaux divers. 

Qui plus est j'ai en permanence avec mois des lingettes, surtout quand je suis au boulot, j'aime bien passer un petit coup de ces dernières sur les objets que je vais manipuler et déjà passés dans d'autres mains inconnues, ou parfois connues, justement.  

 

Hygiène alimentaire

L'éducation basique.

Ce qui s'apprend normalement à l'école (quoi que je ne suis pas sûr) et dans diverses collectivités, surtout celles touchant la restauration scolaire.

Systématiquement je lave tous les fruits et légumes que j'achète après m'être aussi lavé les mains, ce qui normalement se fait en lavant ces précédents.

Pas avec du liquide vaisselle bien entendu, sauf si on a envie de faire des bulles en bouffant une salade. 

Dès que je reviens d'avoir effectué mes diverses emplettes je consacre quelques minutes à ce petit exercice qui permet aussi de contrôler l'état de fraicheur de ce que j'ai acheté, les éclairages subtils et spéciaux des grandes surfaces mettant en valeur lumineuse certaines denrée pour les rendre attractives, surtout pour les tomates.

Qui plus est, j'ai souvent constaté que l'état sanitaire de certains employés de grandes surfaces laissait à désirer, inutile de deviner s'ils se lavent les mains après avoir été chier un coup ou pisser un godet, dans ces lieux d'aisance personne n'ira vérifier, juste que quand ils reviennent pour continuer leur tâche et déposer ce qu'ils ont peut-être récolté en se torchant le cul avec du papier de mauvaise qualité - ce qui est courant en entreprise, économies oblige - ce qui fait que des doigts merdeux/pisseux qui continuent à manipuler les conserves, légumes, fruits et autres denrées de grandes surfaces, laissent quelques souvenirs sur ces objets et denrées diverses manipulés.

Comme une partie non négligeable de ces employés fument aussi on ramasse également les résidus de clopes parfois baveuses, une cigarette c'est directement à la bouche, donc ça ramasse aussi les saloperies qu'on peut développer, comme l'Herpès par exemple, hautement contagieux.

Il n'est aps nécessaire de tartiner nos résidus pour qu'ils se transmettent, le simple contact suffit, les microbes et bactéries, infiniment petits, se régalent de passer d'un support à l'autre. 

 

Hygiène alimentaire

Les diverses boites de conserve.

En dehors de la manipulation par les employés ci-avant cités il y a l'entreposage, savoir que ces conserves ont parfois effectuées un très long voyage et sont passées par divers lieux de stockage, ce qui va suivre.

Je les lave donc systématiquement avant de les ouvrir, quelle que soit la conserve, la bouteille ou le flacon, je ne réchauffe jamais un produit à même la boite, ça augmente la prolifération des bactéries, les bonnes comme les mauvaises mais surtout les mauvaises. Une simple brosse à vaisselle et de l'eau claire.

Je transvase le contenu des conserves dans des récipients en verre, comme je le fais aussi des récipients emballages plastiques que j'évite d'acheter le plus possible à cause de la diffusion possible de molécules chimiques - fabrication à chaud de ces embalages plastiques - qui contaminent les aliments, même si personne n'en parle.  

Comme je le fais également de l'eau que j'achète en bouteille - dans la région se sont des cailloux qui sortent du robinet - parce que je trouve un peu bizarre qu'il y ai une date de limite de consommation concernant l'eau en bouteille plastique, ne pas oublier que ces bouteilles sont remplies immédiatement après avoir été formées à haute température, ce qui les refroidi instantanément, les molécules chimiques n'aiment pas ces changements brusques de température et diffusent des molécules potentiellement cancérigènes - le plastique c'est du pétrole - dans cette eau, on en retrouve donc dans l'eau qu'on boit bien que ce soit plus sécurisant que l'eau du robinet parfois un peu trop chlorée. 

L'entreposage dans la maison est aussi déterminant, d'avoir des réserves en cave c'est bien en cas de guerre, ou quand on se fait une réserve pour des mois, par contre dans les caves il y a des souris, peut-être des rats et autres divers petits animaux qui viennent y dormir, y bouffer, y pisser et y déféquer. Les poussières de défécations sont très volatiles, ça se dépose partout, y compris sur les conserves, bouteilles et autres.

 

Hygiène alimentaire

Pots en verre.

Des conserves ce sont les plus durables, toutefois la liaison entre le couvercle et le pot ça laisse un interstice excellent comme nid à résidus divers, fonction du parcours de cette conserve ça ramasse de tout et n'importe quoi. 

Savoir aussi que les étiquettes ne sont pas non plus anodines, si les services de l'hygiène alimentaire sont très vigilants en ce qui concerne ce qu'il y a à l'intérieur, je ne reste pas persuadé qu'ils le soient aussi pour l'extérieur, étiquettes, cartons d'emballage de transport et autres autocollants divers qui sont livrés sans précautions particulières, (J'en ai livré quand j'étais routier camion, je sais exactement de quoi je parle et découvrir ce que j'ai vu c'est édifiant - un de mes livres à venir)

Là aussi je les lave systématiquement à la brosse à vaisselle sous l'eau claire. 

Je lave également tout ce que je mets au réfrigérateur, j'ôte les papiers d'emballage qui sont aussi fabriqués et transportés sans condition sanitaire particulière. 

Si ces précautions ne me feront pas vivre plus longtemps que les autres je fais en sorte d'éviter de ramasser toutes les merdes qui sont incalculables dans une société dite "structurée" mais avec de grosses lacunes et carences, tant qu'à faire autant mourir en bonne santé.

 

Hygiène alimentaire

Les rayons de distribution.

Ça dépend essentiellement du magasin et de sa gestion, dans la majorité des cas les rayons frais sont très surveillés et bien suivis, pourtant il n'est pas rare de trouver des légumes très passés et rafraichis à l'eau et à la soude (j'expliquerai dans un de mes livres) ou des fruits déjà pourris qu'on retourne pour tenter de les vendre tout de même puisque pas mal de client n'y sont pas attentifs, la surprise c'est au déballage à la maison. (toujours dans un de mes livres à venir)

Les services sanitaires, lamentablement déficients en matériel et personnel, ne peuvent pas tout suivre, les directeurs pas trop regardant de certaines grandes surfaces le savent, c'est pourquoi le client doit être vigilant et ne pas hésiter à interpeller un employé sur des produits présentant des problèmes, il ne se passe pas une semaine sans que je ne mette dans la poubelle du rayon quelques fruits ou/et légumes pourris ou trop abimés, voire tellement tripoté par d'autres clients pas trop soucieux des autres.

 

Hygiène alimentaire

Les centrales de distribution.

Ce sont des entrepôts gigantesques qui réceptionnent les diverses marchandises provenant des usines de production ou des ports pour tout ce qui arrive de l'étranger par bateaux.

Ces diverses denrées et produits sont ensuite dispatchés vers les magasins des grandes marques, parfois il est nécessaire de défaire une palette pour en constituer d'autres de produits différents, ça dépend de l'importance du magasin à livrer. 

Déjà rien que ces manipulations diverses ont un impact sur les produits transportés, bien que maintenant il y a le palettage et le filmage automatique (toujours dans mes livres à venir) les diverses manutentions génèrent des poussières et des dépôts divers sur les palettes et les conserves ainsi transportées.

Là, comme dans les magasins, des personnels sont parfois douteux, un manutentionnaire ce n'est pas un laborantin travaillant dans une pièce stérile, beaucoup sont des gens de modeste condition ne pouvant pas toujours assumer une tenue propre ni avoir une hygiène suivie, pour ne pas préciser. 

Les appareils de manutention sont mécaniques, avec des moteurs à explosion pour beaucoup donc des gaz d'échappement, d'autres sont électrique mais remisés pour être mis en charge dans des lieux parfois douteux, tout ça se sont de potentielles bactéries qui se propagent un peu partout. 

Les entrepôts ne bénéficient pas de conditions sanitaires spécifiques, c'est absolument impossible sauf en fabriquer ce qui mettrait les denrées consommables au triple de leur prix.

Pour les camions c'est la même chose, à part ceux qui sont spécifiques la plupart transportent de tout alternativement à travers toute la France, voire à travers toute l'Europe. 

 

Hygiène alimentaire

Le transport.

Cette photo Internet est floutée par mes soins, là on a l'image d'une organisation sérieuse et propre, ce n'est pas toujours le cas, loin s'en faut, j'ai transporté des marchandises à travers toute la France pendant des années, certains fournisseurs sont loin de pouvoir assurer une telle qualité de chargement.

Le transport est le point le plus délicat, comme déjà écrit beaucoup de camions transportent diverses marchandises totalement différentes, ça c'est la particularité du transport routier, qui plus est les camions sont soumis à des évènements extérieurs comme la pluie, la poussière de la route et aussi le mélange des marchandises, on peut très bien avoir des palettes de denrées alimentaires et d'autres de produits "sensibles" comme d'avoir des pièces mécaniques ou des ballots de tissus, etc. etc. dans le même camion.

Les livraisons se font aussi sur plusieurs lieux de destination, si on livre une palette de pièces mécaniques dans une usine de retraitement de produits dangereux, une station dépuration ou autre pas spécialement d'un niveau sanitaire satisfaisant, on livre aussi des magasins d'alimentation, tout ce qu'on ramasse sur la route génère des poussières diverses et parfois contaminées qui se déposent partout dans le camion, donc sur les palettes et ce qu'elles contiennent.

Bien savoir aussi que quelques chauffeurs ne sont pas spécialement dans un état sanitaire satisfaisant, ce n'est pas pour les dénigrer (puisque je n'y ai pas échappé) c'est parce que sur la route on ne dispose pas toujours de quoi assumer une hygiène corporelle régulière, toutefois c'est nettement mieux maintenant qu'en 1970 alors que j'étais routier camion.

 

Hygiène alimentaire

Les manutentions diverses.

Dans la plupart des cas les magasins sont nettoyés régulièrement bien que ce soit très superficiel, j'y reviendrais dans une page à venir.

Par contre pour les entrepôts c'est déjà nettement moins suivi, il y a bien sur des équipes de nettoyage mais c'est pour ramasser le plus gros, tout ce qui est emballages déchirés, palettes cassées, palettes éventrées et mise de côté pour tri et récupération de ce qui peut l'être (toujours mes livres à venir) sans compter ce que les chauffeurs déposent quand ils vident leur camion avant rechargement. 

Là aussi ça dépend des lieux et des chargements.

 

Hygiène alimentaire
Hygiène alimentaire

L'entreposage extérieur.

J'ignore si ça se fait toujours, probablement, il est parfois difficile de tout entreposer et de tout trier si plus de camions que prévus arrivent.

Des palettes entreposées dehors plusieurs jours c'était courant quand j'étais routier camion, ce n'est pas si ancien que ça puisqu'en 2005 et 2006 je roulais en six roues occasionnellement pour ALTEO à Lamballe entre autres employeurs de transport en commun dont JEZEQUEL à Belle-Ile-en-Terre. (Un autre livre à venir (palpitant))

Je chargeais donc aussi dans des centrales de distribution en Bretagne, celle de Landerneau en particulier, j'ai vu des centaines de palettes entreposées à l'extérieur en attente de chargement, un élévateur les prenait directement pour les charger dans mon camion pour livraison à Vanne, Lorient, Quimper et Brest, entre autres destinations.

En plein été il y a de la poussière, les pluies qui nettoient le ciel de ces poussières, puis les animaux qui déposent leurs déjections, puis quelques hommes qui pissent le long des palettes. De quoi se poser quelques question sur l'état sanitaire des palettes ainsi exposées. 

Savoir aussi que dans pas mal de grandes surfaces, y compris à Briançon, il vaut mieux que le public ne voit pas ce qui se passe dans les réserves, entre la rupture du froid des palettes de denrées sensibles, l'entreposage à l'arrache et l'état des lieux d'entreposage il y a de quoi se sauver en courant ou appeler les services sanitaires locaux si toutefois ils daignent se déplacer, ce qui est tout bon pour continuer à travailler dans la merde et vendre des produits qui ont côtoyé cette merde.

Mais CHUUUUUUUT il ne faut pas le dire. 

Là aussi l'état sanitaire des lieux et des personnel aurait besoin d'un bon rappel aux règles minimales de propreté et d'entretien. 

Il y a un gros livre à écrire, ce que je ferai bientôt.

 

Hygiène alimentaire

Ports.

L'import-export est d'une ampleur gigantesque, les échanges internationaux sont la principale source commerciale dans le monde. 

Dans les conteneurs normalisés il y a de tout et également des denrées alimentaires non périssables ou en conserve, c'est le marché du commerce et aussi ce qui a détruit une bonne partie de l'industrie française mais profits oblige. 

Ce qui se passe en France c'est aussi valable dans le monde entier, surtout certains pays aux normes différentes et moins draconiennes que les nôtres, mes quelques voyages à l'étranger, rares il est vrai, m'ont permis de constater des navrances sanitaires, certaines catastrophiques, surtout en Asie et en Afrique.

Les différentes maladies importantes qui se sont propagées ces dernières décennies à travers le monde sont en partie de la responsabilité de ces transports, les pandémies passées qui ont fait des dizaines de millions de victimes sont aussi passées par les ports. 

Dans la logique les conteneurs sont fermés et inviolables, dans la logique seulement, ce sera aussi dans un de mes livres en ce moment à l'écriture.

Comme on peut le constater, entre la production, d'où quelle vienne, et notre réfrigérateur il y a un trajet semé d'embuches et de sanie, s'il est impossible de garantir l'état sanitaire sur de si long et si compliqués parcours, un simple geste à faire chez soit y remédiera à 95 %.

 

Hygiène alimentaire

Les supports.

Ça n'a l'air de rien comme ça mais les surfaces sur lesquelles ont fonctionne en permanence sont aussi de vrais nids à bactéries, je suis allé chez des gens chez qui le souci sanitaire n'est pas une priorité, j'ai également vécu une période de ma vie ou l'état sanitaire de mon environnement laissait nettement à désirer, cette période à la con où je me suis laissé enfoncer. (Un de mes derniers livres parus et d'autres à venir)

C'est pourquoi je connais bien le sujet et ses conséquences. 

Personnellement je passe un coup de lingette avant chaque service de table, puis un petit coup de lavette mouillée d'eau claire à cause des produit chimiques de la lingette désinfectante. 

C'est si simple à faire.

Bonne soirée à tous, je vais me laver les mains après avoir pianoté deux heures et demi pour vous pondre cette page.

A très bientôt pour autre page sur le gaspillage.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article