Sauver l'hôpital ? Oui mais !!!!

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ & http://www.francois-ihuel-05.com/

DSCN0292Hôpital Gaston Ramon à Briançon.

Plus important centre hospitalier à 45 km à la ronde.

Plus important centre hospitalier pouvant traiter les urgences surtout celles liées aux sports de montagne, été comme hiver.

Seul établissement possédant un centre de réanimation d'urgence à 45 km à la ronde considérant que les embrunnais vont sur Gap et après La Grave vers Grenoble.

Bref tout ça pour dire que c'est vraiment l'élément primordial et indispensable d'un secteur qui englobe environ 3200 km2 soit une population d'environ 25 000 personnes hors saison et plus de 100 000 en saison sans compter les nombreux italiens qui bénéficient de nos structures, étant eux-mêmes défavorisés par l'environnement montagneux et les difficultés d'accès à leurs propres infrastructures, la plus proche de ce gabarit étant à Turin.

Qui plus est, l'expansion économique touristique de la région va en s'amplifiant.

Ce qui pourrait amener les autorités compétentes de l'Etat à penser à l'aménagement d'un service IRM, le plus proche se trouvant à 100 km, Gap ou 120 km, Grenoble.

Ces deux villes demandant un temps d'accès d'environ 2h00 en moyenne.

Qui plus est le délai d'attente pour un examen, pourtant supposé urgent, est d'environ 45 jours minimum.

Ce qui justifie la colère des habitants de la région et les mouvements sociaux divers dont certains, malheureusement, ne sont pas justifiés dans cette tranche de revendications.

Ce qui permet aussi la récupération politique du conflit, surtout en ces périodes électorales, alors que la maladie n'a ni parti politique ni échelle sociale.

DSCN0295Hôpital moderne et souvent en travaux d'agrandissement.

Travaux de modernisation des infrastructures externes et internes.

Bref, un net effort pour garantir la pérennité de notre santé.

Cependant, certains paradoxes ne sont pas sans effet sur les décisions de ceux qui ne voient que de trop loin nos problèmes mais se basent sur des rapports à l'origine incertaine.

DSCN0293Cette supposée route.

Je dis bien supposée parce que l'état des rues et routes briançonnaises ressemblent à tout sauf à ce dont à quoi elles sont ainsi nommées.

Pas de trottoirs, stationnement à "l'arrache", entretien à peine suffisant (Voir une de mes phrases de la page d'hier sur les ST) éclairage de nuit pratiquement nul et aucune sécurisation laissant supposer qu'un hôpital d'importance est proche.

DSCN0294Pourtant, au bout.

il y a bien le centre hospitalier qui doit, d'ailleurs, dans des temps encore indéfinis, accueillir une importante structure supplémentaire en remplacement du centre de Rhône-Azur actuellement route de Grenoble et demandant une résolution rapide de ses propres problèmes.

Et bien ce n'est pas dans la poche.

DSCN0296Il va falloir commencer....

....A discipliner les automobilistes quelque peu désinvoltes ou carrément égoïstes.

De façon à pouvoir faire constater à nos responsables ci-avant nommés que l'hôpital est un lieu facilement accessible.

DSCN0297Surtout si la municipalité en remet une couche.

En rétrécissant par barrièrage (une coutume chez nous) la seule voie d'accès en dehors des Urgences.

Il y a bien une allée pour les personnes venant de l'arrêt de bus et pour les handicapés en fauteuil roulant mais elle est également sérieusement réduite par la mise en place d'un morceau de l'ancienne Gargouille de la vieille ville.

On appelle cela "aller couper des verges pour se faire fouetter".

En fait, si des "ambassadeurs" responsables sont venus pour constater le bien fondé des doléances briançonnaises, ils ont du bien se marrer de constater les incohérences de fonctionnement de notre "chère" municipalité.

En effet, défendre un service indispensable de cette importance en laissant trainer un tel désordre à ces accès revient à constater l'inconséquence de la demande par rapport à l'offre.

Le seul mini-parking en état est sans issue, il aurait été judicieux de l'agrandir un peu (il y a la place, un mètre est suffisant) et de l'ouvrir à l'autre extrémité de façon à obtenir une rotation de véhicules facilitant les mouvements extrêmement nombreux de cette entrée d'hôpital.

Qui plus est, il est occupé en quasi-totalité par les véhicules du personnel alors qu'à l'origine il a été conçu pour le public.

Pour le public, il y a un autre parking, je vous le montrerais plus loin c'est trop marrant.

DSCN0298Pré-parking.

C'est le seul qualificatif à donner à cet endroit situé juste en face des urgences de l'hôpital.

Ces emplacements anarchiques, nivelés à force de s'y garer, n'ont aucune structure cohérente et, à la limite, je me demande même si ça rentre dans un cadre sécuritaire.

Le plus marrant, c'est l'hiver quand il neige beaucoup, je crois que ces emplacements représentent la plus belle patinoire de toute la région et le plus beau bordel en matière de suivi de déneigement.

Maintenant, constatant que les urgences de l'hôpital sont juste en face, on a l'avantage d'être quasi sur place.

DSCN0299Les urgences c'est là.

Route impeccablement défoncée, signalétique défiant toute logique et éclairage routier totalement absent.

Réclamer le maintien d'un service dans un établissement dont les environs immédiats commencent à ressembler à l'usine de la Shappe doit faire sourire ceux qui seraient éventuellement venus constater le bien-fondé d'une telle demande surtout en ces périodes ou on a plus tendance à supprimer qu'à créer.

La barrière, au fond, c'est l'accès aux parkings et garages du personnel, médecins compris.

DSCN0301Sous le parking unique et officiel.

Les véhicules stationnent parmi les gravas étalés au sol et nivelés par le poids des véhicules.

Un semblant de goudronnage, à droite semble être un reste d'enrobé à froid (également une spécialité locale) qui aurait été déposé à cet endroit histoire de ne rien ramener aux services techniques.

Les deux panneaux rouges que vous pouvez apercevoir sont des emplacements réservés. Dessus est inscrit "Urgences dépose minute".

J'en déduit que lorsque quelqu'un amène quelqu'un pour une urgence, il doit d'abord trouver une place libre sur ce champ de gravas appelé parking, aider le blessé ou le malade à traverser ce même champ de gravas pour en utiliser un autre en meilleurs état qu'on appelle, à Briançon, une rue ou une avenue ou une route.

Parvenu aux urgences, s'il reste quelqu'un de valide il pourra profiter des infrastructures internes nettement plus accueillantes.

DSCN0302Et voici l'apothéose.

Le parking officiel des visiteurs de l'hôpital.

Gigantesque place d'environ 300 m2 sommairement enduite d'une émulsion goudronnée alliée avec du gravillon.

Accès de haute sécurité donnant pilpoil (Dixit Jacques Chirac) sur une boucle ou la visibilité est pratiquement nulle.

Et encore, sur la photo il n'y a pas de neige.

Vous remarquerez que la municipalité (celle en place comme les précédentes) n'a pas imposé de barrièrage payant.

Il est vrai que le soin apporté à ce parking ne nécessite pas un gros effort d'entretien.

DSCN0301Oui, je sais je l'ai déjà mise.

C'est juste pour que vous puissiez admirer la qualité exceptionnelle des escaliers inexistants pour l'accès au parking.

Et, comme déjà dit, il n'y a pas de neige.

Comment, dans ces conditions, voulez-vous que des responsables régionaux prennent au sérieux les doléances, pourtant justifiées, d'une municipalité qui laisse son hôpital dans un tel état d'abandon.

J'ai parcouru toute la France en long, en large et en travers pendant quarante ans, je n'ai jamais vu un tel merdier auprès d'un établissement officiel.

Maintenant, si on regarde bien, à Briançon nous avons d'autres exemples, il n'y a qu'à regarder à côté du service des impôts à côté de Bricorama, un terrain vague dégueulasse qui sert de parking et de mare à cochons quand il pleut.

Et puis d'autres mais je ne vais pas tout mettre.

Quand on veut valoriser un édifice ou un établissement, on l'entretien et le rend attractif.

Chez nous ce serait plutôt tendance "répulsif".

Certains vont dire l'intérieur de l'hôpital est propre et soigné. C'est vrai mais ce n'est pas la même caisse ni les mêmes budgets. 

Il est certain que si les travaux d'entretien extérieurs étaient remboursés par la sécurité sociale ce serait autrement.

Maintenant, sachant que les marchés ne vont pas forcément à celui qui présente un projet qui a la meilleure qualité/prix il faut se tourner vers les responsables chargés du fonctionnement de l'urbanisme briançonnais.

Je sais aussi que les gens sont comme ils sont et que la vie privé d'un individu ne doit pas être mélangée avec sa vie active.

Sauf que de donner à un ancien gendarme devenu marchand de bonbons des responsabilités pour lesquels il n'a pas été instruit, donner à une assistante sociale un secteur qui lui  est totalement étranger (Même en prenant le bus tous les jours), etc., ne peut que nuire au bon fonctionnement d'une municipalité même si le Maire fait les efforts pour que ça fonctionne.

Il y a, parmi ces gens responsables, quelques-uns qui ont les épaules et la volonté, j'en ai déjà cité. Par contre, en dehors du clivage politique qui ne vient rien arranger, il y en a qui sont autant utiles à la municipalité qu'une échelle à un ipopotame.

DSCN0303En remontant vers la route de Grenoble.

On constate que l'hôpital a une utilité indéniable et fait l'objet d'amélioration et de mise aux normes en matière d'accueil des blessés héliportés.

La plateforme d'accueil des hélicoptères du PGHM a été entièrement refaite et est totalement opérationnelle.

On constate aussi, plus avant, qu'il reste quelques espaces disponibles qui pourraient, en complément de ce qui existe, permettre la construction de parking en "cellule" superposées permettant de résorber le stationnement anarchique. 

Trois niveaux de soixante places délimitées seraient une sacrée bouffée d'oxygène, aussi bien pour le pratique que pour le "coup d'oeil"

De ce potentiel parking, une passerelle d'accès direct à l'établissement permettrait de sécuriser le secteur.

Partant de ce constat les autorités supérieures seraient certainement moins réticentes à conserver un établissement et la totalité de ses services sous ces conditions avantageuses pour tout le monde. 

De là à demander des subventions pour ce faire il n'y a plus qu'à faire les démarches et y mettre quelqu'un qui a les épaules pour faire aboutir ce projet, la ténacité et la persuasion étant les meilleurs leviers de l'aboutissement.

DSCN0304Ce qui choque partout à Briançon.

C'est l'inuniformité des choses.

Un bout de route refaite qui arrive sur un étranglement défoncé.

Je ne connais pas le POS (Plan d'occupation des sols) de Briançon mais il y a matière à réflexion, l'anarchie urbaine de cette ville étonne et détonne.

Partout pareil dans la ville, je ferais bientôt une page qui sera certainement largement approuvée.

DSCN0305Briançon c'est ça.

Paris avant Hausman.

Un environnement exceptionnel mais un merdier immobilier disparate.

DSCN0306En regardant attentivement !

On se demande comment, durant près d'un siècle, on a pu construire à tort et à travers sans considérer l'aspect utile d'une ville telle qu'on la conçoit.

Maintenant, sans revenir cent ans en arrière, dès les années soixante cette question aurait dû effleurer nos dirigeants successif d'autant que l'essor du sport d'hiver commençait à prendre de l'importance.

Quelqu'un m'a dit, d'une ville de "tubars" on a fait une ville de délire. Et c'est vrai, on a sacrifié les établissements de santé au nom du sport de glisse et maintenant on se "bouffe" les doigts de n'avoir plus ce qui faisait la renommée de Briançon.

DSCN0307Villard Saint Pancrace.

Village au pied du Mélézin qu'on ne voit pas aujourd'hui.

Le projet de tunnel sous le Montgenèvre avait son tracé là où il y a maintenant des zones pavillonnaires.

Il est vrai aussi que ça fait quatre-vingt ans que ce tunnel fantôme est remis au gout du jour à chaque approche d'élections, je suis même étonné de n'en avoir pas encore entendu parler pour les Présidentielles.

Par contre, depuis le temps que l'on paye des cabinets divers pour en faire les études, il y longtemps qu'il serait creusé et payé.

DSCN0308La "trop" vieille ville.

Pourquoi trop ? Simplement par le coût pharaonique de sa réhabilitation.

Pour nos descendants, il restera des cartes postales jaunies.

DSCN0309L'avaleur d'asphalte continue à "bouffer".

Mais de l'herbe y pousse. Ou c'est la merde accumulée transformée en humus qui favorise cette couleur écologique ou les ST n'ont pas encore réagit !

Maintenant, vu l'affaissement du trottoir je me poserais la question de savoir si le phénomène n'est pas plus important qu'un simple trou à boucher de temps en temps.

DSCN0310Il est fort probable, mais déjà dit.

Que les remparts, saturés d'eau et de surpoids d'enrobé à froid, ne soit plus en mesure de retenir ce qu'on leur fait subir.

N'oublions pas que ce ne sont que deux murs parallèles dans lesquels on a déversé de la terre pour amortir les chocs des boulets de canon aux 17 et 18ème siècle.

Murs construits avec des matériaux autres que ceux d'aujourd'hui et ayant trois cents ans.

Et non pas l'usage qu'on leur a attribué sans aucune concertation au gré du bon vouloir des municipalités successives.

DSCN0311Puisque nous parlons d'abandon.

Ces lanternes sont cassées depuis près de quatre ans. Pas un seul responsables ne s'est demandé si des fois on ne pourrait pas faire quelque chose.

Les touristes habitués doivent se demander, d'année en année ce que peut bien coûter la réfection de quelques lanternes pour qu'elles restent en l'état d'une année sur l'autre.

DSCN0312Pour finir cette page.

Cette benne pour déchets de gravas de gros oeuvre sert de poubelle, elle est là depuis pas mal de temps et devient une des attractions préférées de la rue du Pont d'Asfeld.

Une chose est sure, ce ne sont pas les gravas de la rue, elle est toujours aussi défoncée.

En conclusion : Pour pouvoir, il faut vouloir et se donner les moyens de vouloir.

"Putain" qu'est-ce qu'on se marre chez nous.

Allez, à bientôt, j'ai encore des réserves.

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article