Petite réponse Gauloise

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/

 

700-211530-Diplo-me-de-la-Grossie-rete-.jpgDiplôme mais ce n'est pas le mien.

 

Je n'ai pas encore la côte.

 

Un nouveau lecteur (Merci à lui) m'informe sans vindicte que mon blog contient des expressions triviales et grossières.

 

Il est exact que j'emploie ce que les "écrivains" ne peuvent se permettre sauf dans des ouvrages spécifiques, la gauloiserie est une forme de grossièreté mesurée et courante.

 

La grossièreté se manipule selon ce qu'on veut en faire, moi c'est pour amuser (Même si ça n'amuse pas tous le monde) je m'exonère d'insultes comme j'en vois des milliers sur les forums. Par contre je fais des allusions, chacun se reconnait ou pas.

 

Je n'insulte jamais qui que ce soit, même le plus abject des individus qui viendrait à me déplaire au plus haut point, par définition j'ignore ces derniers.

 

Personnellement je trouve assez choquant de s'empêcher d'écrire ce que l'on ressent ou ce que l'on pense pour des raisons de bienséance, beaucoup n'écrivent que pour gagner de l'argent, ce qui n'est pas mon cas, mon blog est gratuit et j'ai toujours refusé les propositions qui consistent à y intégrer des publicités à but lucratif.

 

D'une part parce que ce n'est pas une "colonne Morris" d'autre part pour ne pas perturber le lecteur par des flashs et clips publicitaires que j'abomine le premier, qui plus est ce serait déstructurer mes écrits par incrustations de contre-vérités puisqu'il est impossible de maitriser les publicités si on les accepte.

 

Sur mes blogs anciens des publicités apparaissent, c'est contre ma volonté mais c'est dans les conditions d'OVER-BLOG pour les pages qui sont très peu lues (Inutilités publicitaires donc mais je ne gère pas), donc les plus anciennes que je ne maitrise d'ailleurs plus ayant égaré les identifiants.

 

J'écris comme ça vient, je ne cherche pas à plaire à un public, mon blog c'est un exutoire et une façon d'informer à ma manière, je n'exige pas qu'il soit suivit comme j'estime qu'on puisse n'en être pas satisfait, si on y vient c'est soit pour y trouver quelque chose soit pour se marrer de temps en temps, je n'ai pas la prétention d'éduquer les peuples avec mes connaissances d'ailleurs très limitées.

 

Ce n'est pas non plus un blog "politique" comme on pourrait l'assimiler parfois, j'en mets mais ce n'est représentatif que de ce que j'estime être le mieux fonction de mes idées et mes positions, en aucun cas je n'irai critiquer quelqu'un qui aurait des idées différentes des miennes, au contraire, c'est comme ça qu'on construit et qu'on fortifie une société démocratique.

 

merde.jpgPeut-être le plus utilisé....

 

....De la langue française journellement.

 

Suivant la façon dont il est prononcé ou écrit il a des tas de significations, une "grosse merde" prononcé avec dédain et regard implicite c'est une insulte ciblée, une petite merde c'est plutôt pour désigner quelqu'un d'une insignifiance profonde sans forcément penser à la vindicte.

 

"Merde alors" c'est d'abord pour soi, on l'utilise plusieurs fois par jour (Sauf pour ceux qui ont le langage châtié des diplomates), certainement la grossièreté la plus courante et la plus usité.

 

"Et puis merde" est un signe de renoncement ponctuel généralement associé à un travail raté ou une situation loupée. C'est presque gentil.

 

Dans toutes ces expressions le caractère scatologique à totalement disparu.

 

Et puis bien d'autre encore : "Il nous emmerde" lassant, casse-couilles (Tient il va falloir que j'en fasse une page aussi), "fait chier" associé à la merde mettant en doute nos capacités à nous contrôler, "c'est vraiment la merde" très utilisé en politique ces temps-ci, un "temps de merde" n'étant pas forcément associé à la matière (Heureusement d'ailleurs), "Une vraie merde" laissant supposer que la qualité n'est pas au rendez-vous ou désignant un intrus, "Ah ben merde alors", étonnement, Etc., chacun a son petit répertoire.

 

Dans la même ligne j'emploie quelques termes péjoratifs et triviaux, une façon d'exprimer une situation dite.

 

Il y a aussi l'insulte grasse (Spécialité à Guy Bedos que je honnis) que je n'emploi jamais. Utilisée quand le vocabulaire ou les arguments manquent, c'est la caractéristique de ceux qui sont pauvres en vocabulaire ou répartie, en général après boire ou dans des conversations qui sont insolubles, toujours dans des circonstances publiques avec un large auditoire, c'est la caricature que les faibles se font de la force. (Aristote)

 

Dans mes pages j'essaye d'être compris de tous, ce n'est pas toujours facile et c'est aussi ce qui fait que certains voient de péjoratif dans mes lignes ce que d'autres comprennent naturellement.

 

Et puis je ne suis ni Voltaire ni Rousseau, je ne suis qu'un simple citoyen qui tente de se hisser un peu plus haut que le commun pour m'imaginer que j'ai peut-être des qualités que d'autres n'ont pas tout en ayant les défauts que tout le monde a mais que la plupart nient.

 

D'autres citoyens tentent aussi de se hisser plus haut que les autres, tout dépend de l'éducation, de la fortune et du degré d'intelligence, comme les trois sont facilement dissociables il est fréquent de trouver des imbéciles riches dans les hautes sphères, surtout politiques (Pour faire de la politique il n'est pas nécessaire d'être instruit et/ou intelligent, juste avoir de la persuasion et du fric) comme de parfaits érudits très intelligents dans le commun, la recherche de soi n'étant pas la même.

 

Le contentement ce n'est pas de satisfaire les autres c'est de s'autosatisfaire, quand on est persuadé d'être meilleurs que les autres on n'en peut plus de suffisance, caractéristique de pas mal d'hommes (Et femmes) politiques et "mondains" du showbiz, surtout dans la politique d'ailleurs.

 

Persuadé d'être le plus beau, le meilleurs, celui qui "détient toutes les clefs", tout le savoir (Le sien, c'est déjà mieux que rien) peu importe de passer pour un con national (Personne n'est visé, mettre ce que vous voulez), l'objectif est atteint, s'être porté aux nues personnelles. Ce qui est dommageable dans cette attitude c'est quand on y entraine les autres, surtout massivement. 

 

Personnellement je ne sais pas grand-chose, sorti de l'école assez tôt, ayant fait quelques études parallèles dans divers domaines universitaires (Par correspondances en particulier, pas l'université où je n'ai mis les pieds qu'une fois (La Sorbonne en Mai 68) mais pas pour étudier, pour dormir quelques nuits) pour accéder à une vie juridique j'ai tout appris sur le tas et je continue d'apprendre.

 

Mon premier objectif c'était d'être Avocat mais quand on est d'une famille pauvre, d'un niveau moyen et d'une couche sociale dédaignée on est déjà confronté au plus difficile, quand en plus on se retrouve orphelin et dehors (Volontairement) à 16 ans puis entrainé dans des émeutes nationales à 18 ans l'avenir est sérieusement compromis.

 

Je me venge donc du passé en écrivant tout ce qui me passe par la tête, bien ou pas bien, comme déjà dit je ne suis pas Voltaire ni même Edern Hallier.

 

injuresL'insulte correcte.

 

Et si, ça existe, c'est ce qui différencie celui qui est un peu instruit de celui qui n'y est pas du tout, ça consiste à employer un langage correct tout en lui donnant un sens péjoratif, cette illustration du capitaine haddock en est une caractéristique.

 

C'est donner à des termes existants et anodins une connotation grossière et insultante tout en respectant le protocole de la bienséance, tout un art.

 

Dans l'autre sens nous avons des termes plus triviaux que je n'emploie jamais bien que je les connaisse aussi bien que les autres. Exceptionnellement je vais en citer quelques-un :

 

Va te faire enculer est certainement le plus commun, utilisé même par les gamins de six/sept ans il désigne tout et n'importe quoi, c'est un langage gras et très vulgaire qui est représentatif d'un acte sodomite sans équivoque.

 

Il est utilisé couramment dans toutes les langues, il fuse le plus souvent dans les couches populaires dit inférieures mais arrive parfois à être émis dans les hautes sphères de la politique, on l'a entendu deux fois à l'Assemblée Nationale. (Peut-être plus mais pas à ma connaissance, soigneusement occulté par les médias et en dehors des séances)

 

Il désigne à peu près toutes les formes de mécontentement jusqu'à n'être que rarement utilisé dans sa forme fondamentale (C'est le cas de  le dire)C'est une insulte irritante qui amène parfois les antagonistes à en venir aux mains, une forme de détonateur lent.

 

Putain de ta race est déjà une forme plus violente d'insulte, elle est ciblée pour déclencher un conflit  plus grave et appelle à la vengeance, ce qui est très souvent le cas. C'est une forme lâche de provoquer une situation pouvant dégénérer jusqu'au meurtre, c'est aussi ce qui doit être particulièrement difficile à prouver devant des magistrats en Correctionnelle et/ou aux Assises. 

 

C'est une insulte à laquelle il est difficile de ne pas réagir, raison pour laquelle est très utilisée dans les milieux populaires, non reconnue par le code pénal elle est souvent une cause de ce qu'on appelle de l'injustice, les magistrats ne pouvant la considérer.

 

Enculé de ta mère est certainement la plus violente et la plus destructrice, autant par son côté insultant que par son côté social. C'est une insulte qui appelle automatiquement à la violence physique, c'est une provocation délibérée pour salir et faire mal là ou c'est sensible, la mère.

 

Comme précédemment la Justice est démunie faute de texte.

 

Ces deux dernières insultes sont entrées avec l'immigration, dès les années 1963 avec une explosion dans les années 1990, par l'arrivée massive des pied-noirs et une forme de culture inconnue en France, la mise en cause d'un statut familial particulier qui existe effectivement dans certaines "civilisations" et peuplades.

 

D'en avoir fait des expressions "courantes" n'a pas atténué la violence de l'invective, au contraire, on projette à travers un personnage (Soi donc) une situation tabou d'intégrité physique de la mère intouchable et respectable (Du moins dans la civilisation européenne).

 

C'est la volonté délibérée de détruire par les paroles et les mots ce qui amène souvent à la bagarre aux couteaux (Méthode de "défense" (Plutôt d'attaque) des lâches qui n'ont pas les couilles de se battre à poings nus) et aux meurtres délibérés mais non prémédités, un casse-tête pour la magistrature suivant la compétence des Avocats.

 

On peut d'ailleurs constater que parmi certaines communautés cette insulte n'a pas d'effet rétroactif sur les antagonistes quand ils sont entre eux, une forme de langage qui leur sied et dont ils sont coutumier.

 

On est loin, très loin, de mes petites élucubrations anodines.

 

760 ideogramme injuresImage d'insultes spontanées furtives.

 

Une réaction à une situation qu'on ne maitrise pas, je ne considère pas ça comme une insulte réfléchie ciblée, c'est un réflexe qui existe depuis la nuit des temps à toutes formes d'agressions (Ce cas est une agression) mises au gout du jour suivant l'évolution. 

 

Il est fort probable qu'au 17 ou 18ème siècle les collisions de carrosses ou les situations mettant en danger l'intégrité physique ont entrainé le même genre de réaction. 

 

Il m'est arrivé d'avoir le même comportement (Je me suis calmé en vieillissant), ça ne dure que quelques secondes, on met dix minutes à s'en remettre et reprendre le contrôle de soi, une heure après c'est oublié.

 

Pas toujours malheureusement, la tension permanente de l'homme moderne induit parfois à des situations inverses qui entraine des dérives finissant parfois en bagarre, voire en meurtre quand la drogue ou/et l'alcool sont invités, sur la voie publique.

 

Si les actes ont augmenté, proportionnellement ils ne sont pas plus nombreux qu'avant considérant la démographie galopante, on pourrait même dire qu'ils sont en régressions même si la médiatisation amplifie le phénomène d'indignation.

 

Alors voilà, je continuerai à écrire ce que j'ai envie d'écrire sans trop me préoccuper de la syntaxe et des réactions négatives extrêmement rares, ne tirant aucun profit de mes pages que j'ai cent lecteurs ou mille ne changera rien.

 

Je tenais à le préciser à mon interlocuteur "Mail" (Que je ne connais pas il ne s'est pas présenté) pour qu'il puisse prendre la décision de continuer à me lire ou changer de lecture pour peu qu'on puisse considérer mes lignes comme telles.

 

Bonne soirée à tous. 

 

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article