Pâques à Briançon

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/

0401-duranceLa Durance Rue Centrale. (Photo Alain Prugne)

Prise du pont à côté de la Shappe.

Un oeuf "carré" de Pâques.

Ce n'est pas d'aujourd'hui, j'ai déjà "égayé" certaines de mes pages de ces nuisances qui persistent.

Ce n'est pas la faute de la municipalité, ce sont les "inciviques" comme le disent ceux qui ne veulent pas froisser les abrutis irresponsables qui n'ont aucun respect de l'environnement.

N'ayant aucun respect d'eux même leur demander plus relève du fantasme.

0401-durance1Cimetière de cadavres. (Photo Alain Prugne)

Rien d'exceptionnel puisque c'est ce qui remplit tous les cimetières sauf que celui-ci est à ciel ouvert et fait l'objet d'un soin particulier chéri par les écologistes.

0401-durance2Cadavres spécifiques. (Photo Alain Prugne)

C'est effectivement le genre de cadavre qui met le plus de temps à retourner en poussière, plusieurs dizaines de milliers d'années.

Victime de ce qu'il offre de façon si ponctuelle, créer des brumes artificielles qui entrainent à perdre partiellement la raison (Pour ceux qui en ont une), fait subir à ces canettes un parcours hors cycle.

Certaines proviennent des débits de boissons environnants, la plupart des autres des grandes surfaces alimentaires de la ville.

Les canettes en ferraille sont transportées gratuitement par la Durance pour une destination inconnue, quelques centaines de mètres ou plusieurs kilomètres jusqu'au barrage de Serre-Ponçon, éventuellement plus loin si elles passent les barrages et autres obstacles, jusqu'au Rhône et, peut-être, la méditerranée.

Les petits poissons de la Durance ne se nourrissant, en partie, que de ce qui descend des gargouilles de la vieille ville, mégots compris et majoritaires, peu de chance qu'une ingestion par ces poissons viennent pallier la lenteur de la nature à réduire à néant les élément visibles de la "civilisation" humaine.

0401-gargouilleGrande Gargouille de la vieille ville. (Photo Alain Prugne)

Avec son cendrier public au milieu.

Si la majorité de la nourriture des petits poissons de la Durance provient des touristes quand ils sont là, hors saison de plus en plus longues la quasi-totalité des mégots alimentaires des petits poissons de la Durance provient des riverains et commerçants qui, attendant un client qui se fait de plus en plus rare, tuent le temps à fumer devant leur magasin. (Pas tous mais il y en a pas mal)

Comme se lever après une aussi courte période d'immobilisme (Siège naturel en pierre d'époque) relève de la fourniture d'un effort réservé au commerce, aller chercher un cendrier relève de l'exploit.

Passons.

Maintenant il faut reconnaitre que dans cette rue s'il n'y a pas lourd de poubelles il n'y a pas du tout de cendriers, normalement posés sur les dites poubelles, ceci explique aussi cela.

0401-helicoPas de quoi appeler les gendarmes. (Photo Alain Prugne)

Qui ont certainement d'autres chats à fouetter. (Expression ancienne, ne pas s'imaginer qu'ils sont déguisés en pères fouettards pour martyriser ces pauvres bêtes à l'aide d'un fouet)

Donc laisser l'hélicoptère pour des opérations plus en rapport.

Maintenant, pour aller en vieille ville c'est assez encombrant, je leur conseille le Cyclo'POUSS qui circule par tous les temps.

A ce propos, comment est déclaré ce "pédaleur" à la sécurité sociale ? Chauffeur ? Pédaleur ? Cyclo'POUSSeur ? Payé à l'heure ou au forfait mensuel ? Il faudrait demander à la mairie service transport, je suis sûr que la responsable a la réponse bien que le dossier que je lui ai remis il y a trois ans soit toujours à l'étude.

Les occupations municipales sont focalisées sur ce qui n'est pas fait, ce qu'il y a à faire et surtout créer des pages spéciales dans le journal du parti (Place publique) pour prouver que si elle ne peut tout résoudre elle peut néanmoins avancer qu'il y a eu des résultats (Pas ceux attendus mais on fait avec), photo du chef à toutes les pages pour ne pas l'oublier trop vite. 

Le "Cyclo'POUSSeur", a-t-il un salaire ? Perçoit-il des indemnités d'intempérie en période de chutes de neige ? Y a-t-il un tableau de roulement ? A-t-il des poses à chaque "terminus" avec WC et point d'eau comme j'en avais suggéré la création il y a plus de deux ans (Sans succès d'ailleurs et à l'encontre de la réglementation mais comme c'est géré par la ville !)

0401-jardin1Les jardins "ouvriers" (Photo Alain Prugne)

C'est l'appellation d'origine de ces parcelles attribuées aux briançonnais pour cultiver quelques légumes.

Devenus "jardins familiaux" depuis 1952 ils permettent aux gens, en principe les plus nécessiteux, de pouvoir obtenir quelques denrées alimentaires à moindre frais.

Ce qui était une nécessité d'après-guerre, (On ne bouffait pas gras tous les jours, loin s'en faut) devient un plaisir aujourd'hui et une petite fierté de consommer ce qu'on a planté.

C'est très bien et ça rentre dans un cadre écologique indéniable.

0401-jardin2Engrais gratuitement fourni par la municipalité. (Photo Alain Prugne)

Ce n'est pas une décharge publique puisque c'est maintenant interdit et réglementé.

C'est une décharge privée municipale (Un peu comme le parking du Champ de Mars mais gratuite) qui jouxte les jardins familiaux, quand on emmène les enfants, le dimanche, on les lâche dans cette fange municipale et on a la paix le temps de retourner quelques mètres carré de terre à la bêche.

Savoir dans quel état reviennent ces enfants laisse quelques questions en suspens puisque les normes sanitaires sembles peu suivies.

0401-jardin3Aspect inattendu du terrain de jeux. (Photo Alain Prugne)

Avec piscine gratuite "normes sanitaires" non communiquées.

Mais comme c'est à côté du centre d'oxygénation on peut supposer qu'après avoir été contaminé par ces sanies municipales, on a la possibilité de s'aérer les poumons avec "l'oxygène" superflu qui ne serait pas utilisé par le centre.

Séparé de ce dernier par la ligne de chemin de fer, les travaux pharaoniques prévus sans finance par la municipalité dans le cadre "Coeur de Ville" n'iront pas "polluer" ce petit coin de paradis réservés aux plus démunis.

Ou alors ce sont les cloches de Pâques qui ont laissé un petit cadeau pour les nécessiteux, elles ne passent qu'une fois par an pour voler (A double titre), l'espace d'un jour, la vedette à celles qui sont permanentes et qui laissent le même genre de cadeau mais sans chocolat, juste de la merde qui a la couleur du chocolat mais pas l'odeur. (Du moins avant ingestion, oui je sais je pousse un peu trop les détails)

J'ai regardé sur Place publique, rien ne vient confirmer l'existence de ce charmant coin avec vue imprenable sur le Montbrison.

Il existe, à la sortie de la ville, après la zone industrielle, un centre de traitement des gravats et autres matériaux, cependant, comme il y a bien un bon kilomètre je ne suis pas sûr que les camions municipaux soient autorisés à effectuer ce supplément de parcours, il faut faire des économies, c'est le maire qui l'a dit.

C'est beau une ville climatique, la "montagne qui soigne" ça s'appelle.

Le concepteur de ce slogan est dermatologue, conseiller municipal et écologiste, ça se voit non !

Il y a d'autres photos mais je les réserve pour une page suivante.

Bonne soirée à tous.

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article