P'tit coup de frais

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/


DSCN0163Plouescat, côte sauvage.


Déjà mise dans une page antérieure, je joints la même à marée haute (La suivante), comme promis.

 

Si l'effet grandiose de la montagne est attractif l'attirance de l'océan l'est aussi.

 

Selon les individus l'appréciation n'est pas la même, toutefois je trouve un équilibre dans les deux conditions, mer et montagne, quand il fait très chaud c'est compensé par des nuits fraiches, ce qu'on ne trouve pas dans "les terres".

 

Il m'est arrivé, lorsque j'étais encore routier, d'attendre du fret dans des régions démunies de vents et de fraicheur nocturne, ne pas pouvoir retrouver un fonctionnement normal après des heures de canicule est très perturbant pour moi.

 

Autant beaucoup de gens aiment le soleil à haute dose, aiment la chaleur à faire fondre du beurre sur la fenêtre, autant j'adore la fraicheur, je supporte très facilement le froid mais je fonds dès 25 degrés.

 

En ce moment, au bord de la mer je suis comblé, 14 degrés en plein après-midi, ciel gris, un peu de vent.


DSCN0180A marée haute la sensation de fraicheur est plus perceptible.


C'est sensiblement la même image que précédemment, plus éloignée mais au même endroit.

 

Petit coefficient de maré, 52 seulement.

 

Aux grandes marées les rochers sont entièrement recouverts, navigateurs inexpérimentés s'abstenir.

 

En 1969, sur l'escorteur d'escadre Du Chayla, nous étions passé entre le phare de la Pointe du Raz et la côte, je puis vous garantir que peu de navire de cette taille s'y risquent.

 

La série de ces escorteurs a été conçue justement pour permettre à des navires de guerre de pouvoir passer à peu près partout, même avec très peu de fond.


671_0010.jpg5 mètres de tirant d'eau exactement.

 

Il aurait même pu naviguer sur la seine à Paris pour peu que les ponts eut été compatibles et en restant bien au milieu.


sans-t22Présenté là après la refonte TARTAR, installation d'un lanceur de missiles antiaériens, remplacement de la tourelle de 127 mm par un lanceur de roquettes, suppression des hublots et d'autres modifications.

 


Passer à des endroits truffés de roches à fleur d'eau est réservé à des marins chevronnés et très connaisseurs des fonds, même aidé du "SONAR" de profondeur.

 

Des navires petits, 130 m x 11 m, rapides, 40 noeuds, léger 3500 t, et maniables.


DSCN0186Mer calme.

 

Marée haute, moral aussi.

 

Plein Ouest, en face l'Amérique sur le même méridien que Saint Pierre et Miquelon, distance environ 4600 km, à la nage ça doit prendre du temps.

 

Je sais nager mais pas sur une si grande distance, 100 mètres sans problème, après je n'ai jamais essayé, même en mer.

 

Le littoral a, là aussi, dérouillé en début d'année, le rivage est "rongé" par endroit.


DSCN0188.JPGRavaudé.

 

Malgré un solide enrochement naturel, je ne suis pas étonné que la côte atlantique ait été aussi grignotée dans les secteurs sans enrochement, une érosion naturelle que l'homme croit maitriser, quelle erreur.


DSCN0184.JPGEn face.

 

A cent mètres à peine une maison que je retaperai bien, une vue pareille sur la mer c'est difficile à trouver mais ça ne doit pas être donné, même dans cet état.


DSCN0194Une roche émergente isolée.

 

A un demi nautique ou mile marin, soit 1852 mètres, donc à environ 950 mètres de moi.

 

Quelques cormorans tournent autour, du moins je suppose que ce sont des cormorans, ils sont bien loin.


DSCN0193Une tache blanche.

 

Certainement du guano, en bonne quantité apparemment, voyons voir plus près.


DSCN0192Effectivement.

 

Du guano et des cormorans. (Guano, excréments d'oiseaux de mer pour ceux qui ne connaissent pas)

 

Je vais m'acheter un nouveau téléobjectif, celui-ci est flou à grande distance.

 

La faune maritime est toute aussi intéressante que la faune montagnarde, des animaux difficile à approcher et encore plus à saisir.


DSCN0205Mégalithe.

 

Enfin pas tout à fait, cet empilement rocheux est naturel.

 

Une roche primitive arasée par les vents et l'eau sur des centaines de milliers d'années, aidé des séismes. (Et oui, il y a aussi des séismes en Bretagne)

 

De grandes dimensions comme celles que j'ai mises il y a quelques mois plus avant dans ce blog. (Voir ma page Ménéham du 22 mai 2013)

 

La côte Bretonne est célèbre pour ses escarpements rocheux, un grand danger pour la navigation mais un plaisir pour la pêche à pieds à condition de connaitre et de rester prudent, y aller avec la marée descendante et ne pas attendre qu'elle remonte pour revenir, la mer va plus vite que nous à monter sur ces roches.

 

Il n'y a pas qu'en montagne qu'il y a des accidents graves, si l'activité du ski est plus génératrice de problèmes les imprudences de bord de mer ont aussi leur lot.

 

Combien ai-je pu voir de gens s'aventurer loin de la côte par grandes marées basses, sans eau à boire, sans rien à grignoter, et sans chapeau pour s'abriter du soleil, à 500 ou 600 mètres de la côte, à pied, quand il faut s'abriter il n'y a pas d'arbre. 

 

Les insolations sont fréquentes, les noyades aussi, la mer qui remonte ça va plus vite qu'un coureur, même un bon.


DSCN0206Végétation de dune.

 

Ecosystème fragile, les sentiers sont stabilisés mais il est quand-même préconisé de ne pas s'écarter pour respecter cette nature si sensibles aux passages des hommes, surtout ceux qui s'en foutent, combien nombreux.


DSCN0212Pour voir....

 

....Quelques vaguelettes frapper un rocher, rien d'extraordinaire.

 

Et puis je fais une promenade de détente, je ne suis pas parti faire des photos bien que j'aie en permanence mon appareil.


DSCN0216Un menhir.

 

Le menhir de Cam-Louis à Plouescat.

 

L'ancien village d'Astérix ??? Je rigole bien sûr.

 

Ces mégalithes dressés par les hommes sont les vestiges d'une volonté ancienne de vouloir s'identifier à de l'impalpable, de tous temps l'homme cherche refuge dans l'irréel, dans l'impossible, le besoin d'un repère qui sort de la routine, qui extériorise la pensée.

 

C'est la base de toutes les religions, c'est ce qui indique, qu'à un moment ou un autre de l'existence de l'humanité, il y a eut interventions "extraterrestre", toutes les croyances et religions sont basées sur ce seul témoignage intemporel mais qui perdure. (Je n'oblige personne à partager mon point de vue)

 

Les films fantastiques et les jeux vidéo, plus extraodinaires les uns que les autres, sont les nouvelles religions d'aujourd'hui, Bill Gates fait plus recette que le Vatican mais la base est la même, extérioriser l'homme par l'évasion imaginaire.

 

C'est assez impressionnant ces roches dressées, vu leur poids j'imagine le travail des hommes de cette époque à moins qu'il n'aient reçu un petit coup de main, qui sait !


DSCN0225Brest.

 

Place de la mairie côté port militaire.

 

L'arsenal n'est pas loin, le pont de Recouvrance non plus.

 

La ville a bien changé depuis 1968/69 quand j'étais marin dans la royale, la plupart des cafés que je connaissais ont disparus, les magasins de proximité ont cédé la place aux commerces de maintenant, vidéo, cigarettes électroniques, agences diverses.

 

Les grandes surfaces ont laminé les petits commerces, détruit les petits villages et transformé les villes.

 

Est-ce un bien ? Peut-être, du moins pour les dernières générations, personnellement j'ai de plus en plus de mal à trouver mes marques dans ce monde en pleine évolution et transformation, c'est le prix à payer quand on avance en âge, c'est aussi ce qui sépare les jeunes des moins jeunes et des plus vieux, le conflit générationnel ne consiste pas en une différence d'âge mais à une différence de mode de vie.

 

Plus facile d'accepter la nouvelle par les anciens que d'accepter la nostalgie de l'ancienne par les jeunes, logique, si on en parle on passe pour des vieux cons rétrogrades, ce qui attend d'ailleurs les jeunes de maintenant dans une cinquantaine d'années.

 

La roue tourne.


DSCN0228Mais bon.

 

A soixante quatre ans (Le 24 Avril) je ne suis pas trop mal conservé, il y a mieux mais il y a pire.

 

En fait, je ne me plains pas, avec la vie trépidante et dissolue que j'ai mené je ne m'en sort pas trop mal, un peu d'acier par-ci dans le squelette, quelques éléments en moins dans l'organisme par-là mais bon, sans la médecine et ses immenses progrès je ne serais plus là depuis une bonne dizaines d'années.

 

Evidemment je me surveille bien plus, plus de tabac depuis très longtemps, pratiquement jamais d'alcool sauf un peu de bon vin occasionnellement, on s'y fait et on ne s'en porte pas plus mal, bien au contraire.

 

Tant qu'on a un objectif autre que d'attendre la fin on peut profiter du temps qui passe sans arrières pensés et sans pensés négatives bien que ça arrive parfois comme à tout le monde, mais ça passe vite.

 

Entre mon domicile briançonnais et mes escapades touristiques j'ai de quoi occuper mes journées.


DSCN0229Et puis tient !

 

Je m'aime bien, j'en remet.

 

Brest est une ville récente, à l'échelle immobilière bien sûr, détruite à 85 % pendant la guerre 39/45 tout a été à reconstruire, sur le modèle croisements et lignes droite, comme Le Havre, comme Rochefort sur mer, comme Bayeux, comme Cherbourg et bien d'autres du littoral qui ont été particulièrement bombardées par les alliés de 1944 à 1945.


500px-Gneisenau drydock in brest 060441Avant. (Le Jean-Bart)      

 

Qui est parti, avec un armement incomplet, vers Dakar, avec le Richelieu au moment de l'invasion allemande.

 

Attaqués par les anglais sur ordres de Churchill ils ont bien résistés, le Richelieu à fait reculer la flotte "alliée" par des tirs de 380 mm.    

                             

291796 1P3AVR871NUUSFJ13G2R1EC3UI7Y4F kersaint-vauquelin H0Après. (Toulon sur cette photo mais le résultat est identique)

 

Quand on est marin c'est terrible de voir son navire dans cet état, c'est comme si on perdait un proche.


pont tournant Brest300x240Pont tournant, avant. (Sur la Penfeld)      

          

maxresdefaultPont tournant, après. (Sur la Penfeld)

 

Bref, je ne vais pas étaler tous les dommages de guerre des bombardements alliés, il faudrait l'équivalent de milliers de "bottins".

 

J'aime bien Brest certainement parce que j'y ai passé quelques-uns des meilleurs mois de ma jeunesse quand nous n'étions pas en mer, le fait d'être breton joue aussi certainement, j'aurai pu rester en Bretagne mais ma bougeotte m'en a empêché, ce qui m'a permis de découvrir Briançon dont je suis immédiatement tombé amoureux.

 

Mon parcours très chaotique m'a emmené partout, c'est très enrichissant et puis pourquoi s'arrêter à un endroit précis quand il y a tant à découvrir.

 

Dans quelques jours une autre page, peut-être sur la politique briançonnaise, pas sûr, mes infos sont retombées ces derniers temps, je remettrai ça quand je vais revenir, Aout ou Septembre.

 

Bonne fin de semaine et à bientôt.

 

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article