Où va t-on ?

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/  &  http://francois.ihuel05.over-blog.fr/

 

DSCN6867

Peut-être à Fontenil.

 

Par moins quinze degrés à 8h00.

DSCN6868

Ou au fort des trois Têtes.

 

Même heure même température.

DSCN6869

Ou au fort du Château.

 

Sur fond de Montbrison.

DSCN6870

Je ne suis qu'à La Vachette.

 

Ne pas tenir compte de l'heure indiquée par l'horloge, elle est arrêtée depuis un bon moment.

DSCN6871

Le point lumineux, au dessus de l'Aravet, c'est Vénus.

DSCN6873

La Collégiale, classique mais j'aime bien.

 

Ce matin elle était glacée, le chauffage semblerait n'avoir été réglé que pour les offices.

 

Je suis surpris que tous ces efforts municipaux, concernant cette cause, soient réduits à néant par l'introduction d'un "minuteur" gérant le fonctionnement de la chaudière.

 

Chauffer une bâtisse de ce volume pour ensuite la laisser refroidir afin de la réchauffer de nouveau en totalité puis rebelote la laisser refroidir ! C'est tout, sauf des économies.

 

N'importe quel chauffagiste vous dira que de laisser refroidir une pièce pour la réchauffer de nouveau en totalité est beaucoup plus onéreux que de maintenir une température ambiante moyenne qu'on augmente le temps de l'utilisation de la pièce.

 

La Collégiale, c'est une immense pièce qui va couter plus cher en combustible que l'ancienne chaudière qui fonctionnait tout le temps.

 

Bizarre calcul et méconnaissance de certains principes.

DSCN6874

J'ai récemment lu dans le journal la volonté municipale de lutter contre les "étrons".

 

On ne saurait que louer cette décision et il semble que la dissuasion du stationnement derrière la Collégiale soit suivit d'effet.

 

Une habitude à prendre pour pouvoir jouir d'un symbole touristique sans désordre.

 

Un point positif pour la municipalité.

 

Il reste bien des voitures, (cachées derrière) mais rien n'est immédiat et je pense que si les riverains s'habituent à cette règle d'autodiscipline nous allons vers du positif.

 

Rien n'est gagné mais croyons-y.

DSCN6875

Le Mélézin et son cortège de voiture.

 

Non, rien n'est gagné mais ne soyons pas trop pressé.

 

Ce qui presse un peu plus c'est la désertification de la ville.

 

Le départ de l'armée a donné un coup sérieux à la ville et rien ne saurait remplacer une population qui vit et qui consomme.

 

C'est l'âme de la ville et j'assiste, chaque jour, à un net ralentissement des activités de Briançon.

DSCN6877

Je ne parle pas du chronique abandon du patrimoine.

 

Pourtant cette fontaine, située au pied de la Collégiale place du Temple, demande un urgent effort.

DSCN6878

Je ne parle pas non plus de l'état de délabrement chronique de nos rues.

 

Je constate que l'inquiétude grandit un peu partout et particulièrement chez les enseignants et parents d'élèves.

DSCN6880

C'est à la gare pour ceux qui ne connaissent pas.

 

Une fermeture de classe c'est du personnel en moins.

 

Du personnel en moins c'est des gens qui partent ailleurs.

 

Ce qui réduit la population et ainsi de suite.

 

Ce n'est pas la faute de la mairie, l'académie ne s'attache pas à ce genre de détail et, Briançon déjà délaissée, va devenir une ville "fantoche".

 

Depuis un moment, déjà, la suppression de classe était latente, ça se concrétise.

 

Que faire ? Où va -ton ?

DSCN6882

Les banderolles en plein carrefour.

DSCN6883

Je ne suis pas sûr que ce soit suivi d'effet.

 

Mais on ne peut rester les bras ballants à attendre que ça se passe.

 

D'autre part, les suppressions d'emplois par la municipalité ne sont pas incitatives au développement économique de la ville.

 

Un emploi en moins c'est une famille qui s'en va. Multiplié par le nombre d'emplois supprimés.

 

Moins de gosses dans les écoles c'est moins de personnel dans les cantines et dans les classes.

 

C'est également la suppression de transports scolaires donc encore du travail en moins et la roue tourne dans le mauvais sens.

 

Je ne sais si le programme socialiste prévoit ce genre de détail mais ceux qui espéraient un miracle doivent bien se mordre les doigts.

 

Je suis apolitique mais je n'aurais jamais promis l'impossible uniquement pour avoir une place, lucrative ou non.

 

C'est également ce qui se passe à l'échelle nationale quand j'entends que si les prochaines présidentielles virent au rose (mélangé à d'autres couleurs pour augmenter les chances de passer) sera défait ce qui a été fait.

 

En période de récession il faut arrêter de s'imaginer que tout "baigne dans le beurre" il faut bien réaliser que si aucun effort n'est fait pour rétablir un équilibre, ce ne sont pas des promesses de campagne meublées d'un programme inexistant qui rétabliront les choses.

 

De septennat nous sommes passés au quinquennat, c'est à dire deux ans de moins pour travailler et mettre en place des réformes indispensables pour pouvoir en juger les effets.

 

Un pays ne peut vivre éternellement endetté et un jour ça casse (Tunisie et autres pays exsangues)

 

Pour revenir à Briançon, je m'interroge donc de savoir où sont exactement les responsabilités et si, une meilleure maitrise du budget ne permettrait pas de voir le fonctionnement d'une autre façon.

 

Comme déjà dit à plusieurs reprises, certaines urgences ont été délaissées et quelques superflus mis en place sans créer un seul emploi.

 

La réponse ? Voir la municipalité.

 

En fait, bien que la reprise d'une ville ne soit pas chose aisée, il aurait été plus facile d'éviter les effets d'annonces, toujours les mêmes en campagne électorale, et annoncer du concret en le mettant en application.

 

Cette réflexion est un état d'esprit général qui ressort de ce que j'entends, à droite et à gauche. (Dans les deux sens du terme)

 

Pour aujourd'hui ce sera tout, d'autres sujets sont préoccupants mais ne paraissent pas évidents quand on n'y est pas directement confronté.

 

A bientôt, pour la suite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article