On tour in March

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/

Open your eyes

mars-a-l-oeil-nuMars vu à l’œil nu.

Depuis la Terre, à condition d'avoir une bonne vue, pas de pollution lumineuse, et des conditions spatiales conjoncturelles.

En fait se trouver en altitude dans une région inhabitée et sans Lune.

Aidé de l'atmosphère l'effet loupe permet de prendre une photo avec un appareil tout simple qui nous révèle ce que voit l'oeil.

L'oxyde de fer, majoritaire sur Mars, lui donne cette couleur rouge, raison pour laquelle les anciens dédiaient mars au Dieu de la guerre dont l'élément majeur était le fer.

Mars-et-lune.jpgSous nos latitudes....

....Nous nous contenterons de cette vision.

Mars est en haut à gauche, dessous à droite c'est la Lune avec un magnifique "clair de Terre"

Se rapprochant de la page précédente, si nous bénéficions généreusement de l'éclairage du soleil la nuit par réverbération, "Clair de Lune", la Lune bénéficie aussi de cette lumière solaire réverbérée par la terre qui en diffuse plus qu'elle n'en reçoit et heureusement.

Un clair de Terre sur la Lune, ce sera sur la dernière page de cette série. 

mars-12-03-12'Mars vu d'un télescope au sol.

N'importe quelle personne qui possède un télescope moyen, d'ouverture de 60 mm, reçoit environ 100 fois ce que voit l'oeil nu, ces appareils qui ne coûte pas 100 €, sont très bien pour les observations d'amateurs.

Telescope-Omegon-N-150-750-EQ-4.jpgJe possédais ce genre d'appareil qui m'a été dérobé.

Beaucoup plus sophistiqué il grossit 800 fois ce que voit l'oeil humain.

C'est d'ailleurs ce qui m'a inspiré pour parfaire mes connaissances dans le domaine de l'observation spatiale.

Le prochain sera plus performant et si certains de mes lecteurs s'intéressent à l'observation je recommande d'avoir un télescope performant et stabilisé, l'observation étant extrêmement sensible aux diverses variations terrestres.

Mais comme je ne suis pas là pour faire de la "PUB" revenons à notre planète Mars.

Sur la photo précédente sa rougeur a disparue, l'observation étant plus fine l'atmosphère martienne dilue moins les couleurs que laisse apparaitre les rayonnements qui nous parviennent.

Mars est à environ 45 millions de kilomètres de la terre (Orbite), c'est la plus accessible à l'homme, non par sa distance qui est plus importante que celle qui nous sépare de vénus mais par sa composition et sa température au sol.

Le plus difficile, c'est d'y parvenir, on ne va pas sur une planète comme on lance une pierre en ligne droite, il faut calculer la durée d'un voyage fonction de la position de Mars par rapport à la terre au moment de l'arrivée.

Le contact devra aussi être un "amarsissage" sur la lancé et sur une orbite calculée pour se trouver dans celle de mars à l'arrivée, seule possibilité d'arriver en douceur.

En fait une sonde spatiale, comme un vaisseau potentiel, devra parcourir entre 300 et 400 millions de kilomètres sur une orbite héliocentrique, tenant compte des éléments existants à l'heure actuelle, la technologie évoluant en permanence ces temps de parcours seront d'autant plus réduits que ces technologies évolueront.

Un voyage d'environ six mois. Mais l'aller seulement, jusqu'à maintenant nous n'avons envoyé que des engins sans possibilité de retour puisqu'inhabités, une exploration humaine réunissant toutes les conditions, dans l'état actuel de nos connaissances, durerait plus de quatorze mois tenant compte du séjour.

Il parait impensable qu'un programme de cette envergure et de ce prix (Environ mille milliards de dollars actuels, soit 757 millions d'Euros au taux de change d'aujourd'hui) ne soit mis en application pour ne rester que quelques heures comme la première mission lunaire en juillet 1969.

Mais bon, ce n'est pas de mon ressort et je n'ai aucune maitrise du moindre élément pouvant aider à ce genre de voyage.

Mars Earth ComparisonMars est bien plus petite que la terre.

Elle a une masse dix fois inférieure à la Terre mais dix fois supérieure à celle de la Lune, sa gravité est un tiers de celle de la terre, un homme de 80 kg n'y pèserait plus que 25 kg.

L'orbite de mars est de 722 millions de kilomètres autour du Soleil, comme la terre elle est également élliptique, concentrique à excentrique suivant des cycles bien définis.

La journée martienne est légèrement supérieure à celle de la terre, de 40 mn en moyenne, elle met 687 jours pour parcourir la totalité de son orbite à une vitesse approximative de 43 790 km/h.

La température est de moins 60 degrés en moyenne, au plus fort de l'été martien approchant le zéro et au plus fort de l'hiver martien se situant vers moins 135 degrés.

Une mission martienne serait confrontée à ces problèmes de température, les éléments constitutifs ne pouvant qu'accepter ces conditions extrêmes.

Une base ne pourrait qu'être enfouie, Mars étant une planète tellurique encore en activité volcanique son sous-sol pourrait admettre une communauté qui vivrait à des températures semblables aux nôtres.

Cependant, sur mars il n'y a pas d'oxygène ni d'azote comme sur terre pour laquelle ce mélange de 80 % d'azote pour 20 % d'oxygène permet, seul, la viabilité de l'homme.

L'atmosphère de Mars se compose en presque totalité de Dioxyde de Carbonne, un homme, dans ces conditions, ne survivrait pas cinq minutes.

C'est donc, en plus de l'intendance, des quantités considérables (Sous forme liquide, voire de glace en admettant maitriser le zéro absolu) d'éléments vitaux qu'il faudrait aussi emmener dans un vaisseau spatial qui commence, vu l'accumulation de ces éléments, à avoir les dimensions d'une cathédrale.

Donc un vaisseau impossible à faire décoller de la terre, il brûlerait, rien que pour le décollage, 95 % de son carburant ce qui laisse imaginer la taille du vaisseau d'autant plus difficile à faire décoller qu'il est imposant.

C'est ce qui motive les scientifiques à créer une base lunaire, une ville industrielle extra planétaire en quelques sortes, qui n'aurait d'objectif que de préparer des voyages interplanétaires.

Libérés d'une gravité énorme et d'une atmosphère "bouclier" les véhicules seraient considérablement plus réduits donc plus économiques.

Le principal problème actuel étant de construire une base lunaire susceptible de fonctionner comme une gigantesque zone industrielle terrienne mais avec la matière première présente sur la Lune.

Il est préférable d'attendre que la technologie évolue encore.

Passons ces problèmes techniques.

Mars HubbleNous arrivons.

Pas de pot c'est en période élliptique excentrique, les pôles sont recouverts de glace.

Phobos 70 km et Deimos 39 kmEn attendant des jours meilleurs....

....Reposons-nous sur Phobos, satellite de mars de 70 km, une grosse patate hostile sur laquelle il n'y a strictement rien qui puisse nous servir sauf extraire de la matière et la transformer pour la rendre utilisable.

Si c'est faisable ! La particularité du système solaire c'est de n'avoir que des matériaux compatibles sur tous ces éléments telluriques, on retrouve donc ailleurs ce qu'il y a sur terre.

Si on arrive à utiliser les vents solaires, énergie inépuisable, comme combustibles nous avons quelques chances de survivre, il faut juste trouver la technologie, la maitriser et s'en servir.

Comme vous le voyez, il y a du pain sur la planche.

Comme il ne met que huit heures pour faire le tour de Mars, soit environ 35 000 km à la vitesse moyenne de 4300 km/h ça donne le tournis.

Nous pourrions aussi faire escale sur Deimos mais ce serait suicidaire, situé à 17 000 km de mars il en fait le tour en un peu plus de trente heures soit près de 2000 km/h, petite patate de 30 km il est totalement hostile.

Il s'éloigne de mars en permanence, un jour, ayant atteint sa vitesse de libération, il se détachera de l'attraction de cette dernière et deviendra un météorite, ce qu'il fut probablement avant d'être "capturé" par Mars.

Sa proximité d'avec le soleil (Tout est relatif, considérer l'espace/temps comme réduit dans le secteur tellurique du Soleil)  le fera "tomber" vers ce dernier jusqu'à ce qu'il soit happé par la Terre, Vénus ou Mercure, il s'écrasera donc sur l'une des trois sauf à être désagrégé par les vents solaires, sa constitution friable n'est pas assez cohérente pour en faire un corps céleste tellurique.

Par contre sa taille lui permet de traverser n'importe quelle atmosphère sans trop de dommage, en admettant qu'il atteigne la terre il mesurera plus de 20 km de diamètre. (On demandera à Paco Rabane de nous préparer psychologiquement)

Ça fait "flipper" hein !

Attendez qu'un soit dans la ceinture, la prochaine page, vous n'allez plus dormir.

Mars Valles Marineris EDITAprès une longue attente.

Les conditions semblent meilleures.

Cependant il va falloir piloter serré, il y a des canaux. (C'est ce qui fut longtemps considéré comme tel)

En fait de gigantesques canyons, fruit d'une activité tectonique ancienne.

mars 221110Le plus grand canyon martien.

Le centre de mars est encore chaud mais plus assez pour réguler la surface comme c'est le cas sur la Terre (Grâce à la Lune) ce qui fait que les "cassures" de la croute, très épaisse, ne sont pas compensées et restent en l'état.

Ces canyons peuvent atteindre des profondeurs de 10 km, d'une longueur de 4000 km ils peuvent aussi atteindre 700 km de largeur.

En fait ces dépressions pourraient laisser penser à un refroidissement brutal de la planète qui se serait contractée à un endroit précis, un peu comme du sable dans un sablier, entrainant ces affaissement gigantesques appelés "canyons" qui n'ont pas grand-chose à voir avec ceux de la Terre aux Etats-Unis notamment, les plus connus.

Le plus grand et le plus connu est le "Grand Canyon" en Arizona mais il y en a beaucoup d'autres. 

Ce premier, avec ses 450 km de longueur sur une largeur, variant de 2 à 25 km pour une profondeur de 1500 mètres, fait pâle figure à côté.

Il est fort probable que la terre a connu des mouvements géologiques d'importance créant de gigantesques canyons, les mouvements tectoniques et l'érosion en sont venus à bout.

Le "Grand Cayon" a subsisté du fait de son emplacement en plein désert d'altitude, aride et sec.

Mars-Valles-Marineris_thumb-e1351074835114.jpgPour se donner une idée de l'échelle.

La longueur du "Grand Canyon" terrestre tiendrait très facilement dans la largeur de celui qui est sur cette photo.

Pour une planète quatre fois plus petite que la terre c'est une saignée immense qui est visible sur sa surface, ce qu'ont découvert les observateurs du XIXème siècle, la paternité en revenant à Parcival Lowell.

Les moyens rudimentaires d'observation de l'époque ne laissaient pas entrevoir beaucoup de détails, d'où la mauvaise interprétation de ces "canaux" martiens, vu la taille de la planète, comparées à ces saignées dans les roches, aucune circulation d'eau n'eut été possible, au mieux imaginer une mer asséchée.

Ce sont, après la Lune, les seuls éléments visibles d'un astre à l'aide d'une simple lunette.

odysseyA l'approche.

Cette photo de mars est une des plus belles envoyée par Voyager II, elle est reconstituée de différents clichés mais si nets et si purs que c'est la vision réelle que pourrait avoir un astronaute depuis le hublot de son vaisseau spatial. (Les reliefs sont très exagérés)

Mars est pratiquement sphérique, sa surface chahuté est révélatrice de son passé chaud et volcanique.

Comme les autres planètes telluriques elle a subit des bombardements intensifs de météorites, toutefois elle n'en garde pas beaucoup de traces comparé à la Lune ou Mercure.

Elle fut vraisemblablement habitée par des organismes vivants, son atmosphère précédent l'ayant permis, sa température était plus élevée et son climat relativement semblable au nôtre.

Mars atmosphereSon atmosphère.

D'environ 70 km d'épaisseur, n'est composé que de gaz hostiles à la vie telle qu'on la conçoit sur la Terre, toutefois des éléments chimiques vivants pourraient encore y subsister.

Certainement près des pôles, de l'eau à l'état de glace affleurerait la surface sous une fine couche de poussière. (Quelques mètres la fine couche, tout est relatif)

Sur ce cliché on voit bien des impacts météoriques, toutefois ces derniers sont érodés, ce qui laisse penser que cette planète était encore très active il y a peu. (600 à 800 millions d'années)

Il y a encore du volcanisme sur Mars, ce qui aide à la transformation de la surface mais c'est une fin de cycle, la seule planète encore active et en plein essor est la Terre qui est aussi la seule à avoir gardé une atmosphère permettant d'emprisonner les gaz, qui s'échappent dans l'espace sur les autres planètes.

Toutefois Mars continue d'avoir ce volcanisme qui fait monter les gaz en surface, la fusion des roches créée des volcans comme sur terre.

mars-composite-miniSur ce cliché travaillé.

Tout est bien expliqué, la croute de Mars est sensiblement de la même épaisseur que celle de la Terre pour une planète bien plus petite, 

Ce qui créé de gigantesque volcans.

mars olympus 648 x 22Le mont Olympus.

Le plus grand volcan connu du système solaire.

En sommeil depuis quelques millions d'années il n'est pas dit qu'il ne puisse reprendre de l'activité, les conjonctions astrales étant déterminante pour enclencher ces phénomènes que régule la Lune sur la Terre.

Les influences cosmiques, n'ayant sur terre que des effets limités grâce à sa protection électromagnétique, agissent de façon spectaculaire sur les planètes qui en sont dépourvues ou du moins de moindre importance.

Ce volcan haut de 22 km et d'un diamètre de 650 km est un monstre sur cette planète.

Sa caldeira accuse une profondeur de 2 à 5 km suivant les endroits, il a été constitué par plusieurs périodes éruptives sur une durée remontant à trois milliards et demi d'années, sa dernière éruption remonterait à environ 150 millions d'années ce qui, à l'échelle géologique, n'est pas si ancien.

Il est probable qu'il y subsiste quelques points chauds suintant des laves, ces dernières, sans atmosphères comme la nôtre, se refroidissant à peu près comme les laves en coussin au fond de nos océans.

La taille de ce volcan le rend visible de la terre avec une bonne lunette.

olympus_comp.jpgVoici la place qu'il prendrait.

S'il était en France.

Nous possédons déjà un complexe volcanique des plus grands du monde (En superficie, pas en importance éruptive) qui est ce que nous appelons le massif Central, en fait une accumulation volcanique qui a duré plusieurs dizaines de millions d'années, éteint depuis moins de 7000 ans rien ne dit qu'un réveil est impossible.

Les mouvement tectoniques terrestres se déplaçant régulièrement d'un continent à l'autre, les failles sismiques, profondes, sont très nombreuses dans notre pays et s'accompagnent, dans certaines circonstances, de résurgences de points chauds.

Mars-cratere-Frosty-MGS NASA-JPL-Space Science SystemsImpact météorique.

Contrairement à la majorité de ces collisions ce cratère ne possède plus de pic central, ce rebond de la roche au moment de l'impact.

Soit il aura été résorbé par la fusion du à l'échauffement de l'impact soit la collision s'est faite de biais, ce qui annihile le rebond.

477px-Victoria_crater_from_HiRise.jpgC'est le cratère Victoria.

Les vents ont apporté des poussières qui comblent partiellement les accidents dus au choc, c'est ce qui rend si paisible l'observation de ce cratère.

Il y a toujours de l'activité atmosphérique sur mars, c'est ce qui arase les traces d'impacts de météorites.

Ce cratère ne fait que 750 mètres de diamètre, donc largement inférieur à "Météor Cratère" en Arizona.

La qualité de la photo révèle bien les prouesses technologiques permettant des clichés si rapprochés. (Pris de bien plus haut mais avec une résolution extraordinaire)

Olympus montL'encombrant Mont Olympus.

Comparé à la place qu'il prend aux dimensions de la France ça permet de voir quelle place tiendrait la France sur Mars.

A peu près la place que prend l'Australie sur terre.

Terre-Lune depuis marsUn petit coup d'œil à la Terre.

Avant de repartir.

Agrandie, la photo n'est pas très nette mais ce n'est pas moi qui l'a prise.

Toutefois c'est exactement tel que qu'on peut voir la Terre et la Lune depuis Mars.

2012-08-03T192849Z 1674471078 GM2E88409HW01 RTRMADP 3 SPACEJe retourne dans mon véhicule.

Pour aller encore plus loin, vers une région très encombrée, limite entre le système tellurique et le système gazeux de notre univers solaire.

xlargeEt c'est reparti.

Encore un coup d'oeil à la Terre à l'horizon, qui se dilue dans l'atmosphère de mars.

C'est parti pour un voyage de plus de 220 millions de kilomètres, distance qui me sépare maintenant de la ceinture d'astéroïdes, d'orbite à orbite, s'entend.

Après ce sera une autre ceinture qui gravite sur l'orbite de Jupiter, 350 millions de kilomètres plus loin, soit à 615 millions de kilomètres de la maison.

J'espère qu'ils m'ont fait le plein sur terre !

Bonne année 2013 à tous, un voyage pareil ne me fera revenir que l'an prochain, dans quelques jours.

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article