Nostalgie, il y a quarante six ans

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/



DSCN0277Spectacle matinal.


En Alsace c'était les Daims, ici ce sont les vaches.


Quelques effluves campagnardes, pas désagréables mais tenaces, nez sensibles s'abstenir ou se contenter des gaz d'échappement.


Je met ça parce qu'en 1973, j'étais à la campagne, près de Châlons-sur-Marne (Devenu Châlons-en-Champagne), les odeurs de fermes étaient très présentes.


Un couple de parisiens qui louait une petite maison, près de celle que j'habitais, se plaignait des odeurs des vaches et du bruit de la volaille. (Ce n'est pas d'aujourd'hui ce phénomène)


M'ayant pris à témoin, une erreur, je leur ai rétorqué ironiquement "qu'à Paris l'air était plus sain, surtout près des grands boulevards (Les périphériques commençaient seulement à apparaitre), les bruits des camions qui desservaient les abattoirs (La Villette) étant certainement plus agréables que le chant du coq".


"Quand on n'aime pas la campagne on loue un appartement à Bobigny ou à la Courneuve, pas venir faire chier les paysans avec des réflexions à deux balles."


Ils ne m'ont plus jamais adressé la parole.


Bref, les odeurs des champs sont préférables aux gaz d'échappement de la Chaussée aux heures d'entrées et de sorties scolaires. (Un exemple parmi tant d'autres)


Et puis le lait direct "usine" sur pattes c'est bien meilleurs.


DSCN0280Brest.


La tour Tanguy et le château à côté duquel l'amirauté à ses bureaux.

 

Ces deux monuments historiques, miraculeusement presque épargnés par les guerres, retracent une partie de l'Histoire de Brest et exposent dix sept siècles du passé.

 

Pour ceux qui viennent à Brest c'est une visite incontournable que je me réserve pour les jours à venir.

 

De la verdure, de l'espace, de l'air à volonté, l'avantage de Brest c'est de n'être pas polluée.

 

DSCN0281Forteresse Vauban.

 

Les Briançonnais reconnaitront facilement la main de cet ingénieur militaire de Louis XIV, les fortifications de la vieille ville sont quasi-identiques.

 

Une ville intéressante que je vais redécouvrir après quarante six ans depuis mon séjour militaire.

 

DSCN0282La tour Tanguy et le pont de Recouvrance.

 

Pont qui a remplacé le pont tournant détruit en 1944 par les bombardements alliés. (Voir ma page P'tit coup de frais du 10 Avril 2014)

 

Tout autour de l'arsenal rien n'a changé, c'est à l'identique de ce que j'ai connu en 1968, même les cafés sont restés inchangés, ça fait même un drôle d'effet de retrouver les mêmes comptoirs de bars aux mêmes places, seul le personnel à changé, que des bretons, c'est rassurant quelque part.

 

J'ai donc repris un petit bain de jeunesse nostalgique.

 

DSCN0283.JPGLe pont.

 

Le système d'élévation a été changé, avant il y avait quatre gros câbles par pile, le tramway n'existait pas et les mouvements de navires étaient plus fréquent, la construction et la réparation maritime représentaient une grosse activité.

 

En Février 1969, lorsque le Du-Chayla a effectué sa première sortie à la mer d'essais après carénage, nous avons essuyé une tempête force 8, des vagues de 12/14 mètres. 

 Coeurs mal accrochés s'abstenir.

C'est génial, que du bonheur. (Si inactif cliquez sur "visionner sur You-Tube)

 

En début de vidéo c'est l'Abeille-Flandre, sister-ship de l'Abeille-Bourbon qu'on peut voir sur ma page "Concarneau" du 26/04/2013, remorqueur imposant à quai, un vrai bouchon dans la tempête et en fin de vidéo un navire de la Marine Nationale française, type "aviso" semblable au Du-Chayla et dans les mêmes circonstances.

 

Pour sortir de la forme de radoub (Cale sèche) il faut passer sous le pont, les navires de guerre disposant d'une mature élevée ne pouvant pas s'incliner comme sur certains navires de commerce fluviaux, c'est le pont qui se lève d'une seule pièce.

 

A Londres le pont se lève en deux parties comme des guillemets, à Sète certains ponts pivotent pour se ranger le long du quai et bien d'autres systèmes encore. 

 

Quelques exemples :

 

17492Recouvrance à Brest


vue-pont-et-tgv-jp-degas-2014-2496-5106Près de Béziers


Tower.bridge.6.veryopen.london.arpLondres


pont-tournant 444497Sète

 

J'ai toujours été fasciné par les prouesses technologiques, je ne me lasse pas d'apprendre et encore apprendre sur toutes ces avancées.


De la même façon je vois les navires s'améliorer, devenir plus "sveltes" et plus beau à regarder.


130603_150601_7.jpgCroiseur Courbet en 1932.

 

Accosté dans le goulet de la Penfeld de l'arsenal de Brest.

 

Croiseur_Colbert_dans_le_port_de_Bordeaux.jpgLe Colbert à Bordeaux.

 

Désarmé en 1992 il servait de musée dans la capitale girondine, la sortie à l'étranger que j'avais effectué en Allemagne, à Hambourg en 1969, était composée de sept navires français dont le porte avions Foch et le croiseur Colbert.

 

Un sacré appareillage dans ce port allemand où nous avons été très bien accueilli. (J'en ai surtout le souvenir d'une cuite mémorable à la bière) 

 

topelement.jpgPorte-hélicoptères Mistral.


Les derniers plus modernes construits de cette série, un peu plus petit qu'un porte-avions c'est tout de même un navire imposant.

 

Revenons à Brest.

 

DSCN0284Sortie des bassins de l'arsenal.


Pour aller s'amarrer dans le port militaire.


DSCN0285A partir d'ici.

 

Je n'ai pas pu prendre de photos par manque de visibilité (Présence de bâtiments et murs), je voulais m'y rendre à pieds mais mes chaussures neuves me les cisaillent, marcher devient un supplice.

 

On a quand-même un aperçu de la rade de Brest, en face, de l'autre côté, la pointe de Crozon, du moins dans cette direction.

 

C'est pratiquement à l'identique, je reconnais beaucoup de choses malgré ces quarante six ans passés depuis.

 

DSCN0286Les expéditions scientifiques maritimes.

 

C'est aussi ce que j'aime bien dans mes périples, découvrir et apprendre, c'est très enrichissant et ça permet de parler d'un sujet en connaissance de cause.

 

Quand le sujet m'intéresse vraiment j'approfondi mes recherches de documentations et d'archives, c'est ce qui me permet aussi de faire des pages de blog intéressantes sans raconter de conneries.

 

L'exposé ci-dessus en fait parti ainsi que les photos qui vont suivre.

 

DSCN0287Un équipage audacieux.

 

Pour ceux qui connaissent un peu la mer et la géographie du globe le détroit de Magellan se situe au Chili, près de la terre de feu, une passe maritime qui permet d'aller de l'Atlantique au Pacifique en évitant le très périlleux Cap Horn destructeur de navire.

 

Ce n'en est pas pour autant une promenade de santé, la Patagonie est réputée pour son climat rude, la proximité de l'Antarctique rend cette région très agitée climatiquement.

 

Les eaux de ces régions sont plus calmes en hiver austral mais aussi couvertes de glaces dérivantes, si les conditions de navigation (Surtout pour des navires de l'époque qui ne naviguaient qu'au compas et au sextant, uniquement à la voile) n'étaient pas spécialement faciles elles présentaient l'avantage, parmi d'autres, d'éviter les courants de rencontre des deux plus grands océans du monde dans une région au climat polaire.

 

Les tempêtes y sont fréquentes et dévastatrices, même de très gros navires y ont sombré.

 

DSCN0287Avec un peu d'imagination.

 

Se représenter ces navires en pleine tempête, la mature très imposante et une voilure offrant une surface importante, à réduire de façon très calculée fonction de la force des vents et leur direction.

 

Certains navires de haute mer étaient "ballastés" pour compenser la gite, alourdir les cales pour éviter le retournement, tout un art de marin de cette époque, il fallait avoir une sacré "paire de couilles" pour s'embarquer des mois là-dessus.

 

Viande séché, haricots secs pour la majorité des menus, de l'eau douce qui devait avoir un sacré gout de "croupi" au bout de quelques semaines, une promiscuité à l'hygiène douteuse et aux conséquences physiologiques incontournables, on est loin des clichés cinématographiques de "Pirates de Caraïbes".

 

Les mousses de 13 à 16 ans embarqués volontaires en sachant très bien le rôle qui leur était demandé.

 

Je ne m'étendrais pas sur le sujet que j'ai étudié, la bienséance me l'interdit mais savoir qu'ils faisaient aussi office d'exutoires pour les marins en mal de "femelle", beaucoup y laissaient la vie sans espoir de retour. (Il y a d'excellents ouvrages sur la vie sexuelle des marins de la "Royale" au XVI et XVIIème siècle (A ne pas confondre avec des revues érotiques ou pornographiques, il n'y a aucun rapport))

 

Autres époques, autres vies qui paraissent aujourd'hui excessives mais dont on s'accommodait très bien dans le contexte de ces temps pas si lointains.


DSCN0288Un bel exposé.

 

DSCN0289Sobre mais très explicite.

 

DSCN0290Gravure sur émail de lave.

 

Comme sur les remparts de Briançon.

 

DSCN0291Vue sur le port militaire.

 

Un BSL amarré entre les deux grues de gauche. (BSL, bâtiment de soutien logistique en liaison radar avec les Awax, avion radar de haute altitude balayant une superficie de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres carrés) AWAX.JPG

 

DSCN0292BSL, antenne radar imposante.

 

Parmi d'autres radars, il y en a quatre à plusieurs dizaines de différentes tailles sur les navires selon ce dont à quoi ce navire est destiné.


Les BSL sont de gros navires dépourvus d'armement, leur rôle n'étant pas offensif. (Quelques armes légères pour l'équipage, c'est quand-même un navire affecté militaire qui fonctionne aussi pour le civil)

 

Bientôt la suite, beaucoup de photos de prises, je ne mets pas tout sur la même page ce serait trop long.

 

Bonne soirée à tous.

       

      Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article