Les valeurs ! De quelle République ?

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/


h-20-2455567-130192722321 Janvier 1793 à 10h22.


La tête de Louis XVI roule dans le panier de son qui sert à récupérer les restes de la décapitation, en Place de Grève à Paris, actuelle place de l'Hôtel de Ville.


Pourquoi du son ? Parce que c'est la matière de l'époque qui absorbe le mieux le sang qui résulte de cette opération dite de Justice (Il y a eu plus de décapités innocents que de coupables) sachant que ce n'était pas non plus un acte sans tache, loin s'en faut.


C'est, si on prend l'Histoire de France dans les formes qu'on a voulu lui donner pour la postérité, ce qui aura marqué le début de la République. 


République timide, non préparée et essuyant de sérieux revers durant près d'un siècle avec la résurgence monarchiques finalement plus stable que cette jeune république encore mal définie.


Cependant, au cours des 80 ans durant lesquels se sont construites les bases d'une république solide, se sont mises en place des valeurs qui font les fondations de notre société actuelle et sur lesquelles les chefs d'Etat successifs basent leur fonctionnement.


Du moins devraient baser leur fonctionnement.


Parce qu'en fait il y a la République monarchique et la République prolétaire.


La première retrouve, dans le faste des dorures monarchiques, une légitimité qu'elle n'aurait pas autant sans toute cette pompe traditionnellement représentée par les partis de droite surtout l'UMP qui ne cache pas ses origines aristocratiques.


La deuxième se répond plus de Danton, issu de la très haute bourgeoisie monarchique et de Robespierre plus assimilé à un terroriste (Pas ceux de notre époque) qu'à un homme politique avisé. Elle se présente sous l'égide de partis de gauche le PS en étant le plus influent.


Mais comme il faut un début à tout il aura fallu ces gens controversés pour démarrer les fondements de notre société actuelle.


Donc ne pas jeter la pierre à des hommes qui ont fait le changement de notre société.


Monsiau - Consulta de la Republique cisalpineL'Assemblée Constituante.


Qui pourrait être assimilée à notre assemblée Nationale actuelle sauf qu'elle se réunissait à Versailles, les édifices parisiens actuels ne leur étant pas encore dévolus.


C'est le coeur des balbutiements de la République française là où les valeurs du pays, donc les repères fondamentaux, ont été arrêtées pour définir une constitution et des Lois. (C'est bien plus compliqué mais dans les grandes lignes c'est çà)


Parmi les valeurs figurent largement en tête la famille, la patrie et la fraternité.


La fraternité vue à la fin du XVIII ème siècle n'a plus grand-chose à voir avec celle dont se répondent beaucoup à ce jour, elle était basée sur une unité nationale ne comprenant que les français pour faire front aux invasions étrangères, ne pas oublier qu'au moment où la Bastille est tombé nous étions en pleine guerre contre une bonne partie des pays d'Europe. (Rien à voir avec l'Europe actuelle)


Révolution facilité par la quasi absence des troupes bien occupées ailleurs.


La famille reste un des principaux fondements de la République, si les révolutionnaires d'hier voyaient l'état de la famille française d'aujourd'hui ils changeraient peut-être certains passages de la déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen qui d'ailleurs s'en exonère.


Bref, si nous devions appliquer à la lettre les préceptes d'antan certains de nos "responsables" politiques auraient du souci à se faire.


liberte egalite fraternite retaillee ok-5a031Quel changements !


Bien entendu à l'heure actuelle on ne parle plus d'invasion mais d'immigration ce qui revient au même mais il ne faut pas le dire.


Ce ne sont pas des ennemis de la France qui viennent, ce sont des invités (Dont beaucoup se sont invité eux-même, il gagnent le carton d'invitation par la force de leur présence)


Les valeurs de la France résident dans la famille et la patrie, la famille de maintenant c'est tout et n'importe quoi quant à la patrie c'est selon le bon vouloir de celui qui est élu, que ce soit au niveau municipal que national.


Les vertus de la naissance de la République se sont noyées dans les méandres compliqués des partis politiques, on ne gouverne plus un peuple avec le peuple mais fonction d'un programme établi, très discutable, et fonction des aspirations du moment.

On ne dit plus le peuple veut, on dit "moi je" ce qui est très clair sur la façon de décider sans tenir compte.


Actuellement, à l'approche des élections municipales, l'effervescence des partis politiques est à son maximum, c'est à celui qui fera le plus de scoops médiatiques pour s'attirer la sympathie (Il en faudrait plus mais des fois ça marche) de quelques électeurs hésitants, ceux qui ne se préoccupent pas vraiment de leurs conditions dès lors qu'il leur restent un semblant d'aisance pour faire bonne mesure.


Tant qu'on est tranquille chez soi mieux vaut que ce soit les autres qui "morflent", forme d'égoïsme hélas très répandu.


Parce qu'il ne faut pas se leurrer, quand Mr Valls, Mr Ayrault, Mr fillon, Mr Copé, Mme Le Pen et autres se déplacent ce n'est pas pour prêcher des convaincus, c'est pour prendre la part de bulletins de ceux qui ne savent pas pour qui ils vont voter, même dans l'isoloir.


Il y a ceux qu'on exploite, les "vieux" surtout pour lesquels force sympathisants se proposent bien volontier d'effectuer cette démarche administrative à leur place, il ne suffit que d'une procuration. (On a vu ça en 2008 et 2009 à Briançon avec les maisons de retraites) mais ça existe aussi ailleurs.


On fait voter les morts de fraiche date, les expatriés et autres ne pouvant se déplacer. (Surtout quand on est mort)


La politique politicienne actuelle est saisissante d'incongruité.


Premiers-contacts-entre-Manuel-Valls-et-l-Eglise-de-FranceMr Valls, ministre de l'intérieur et de tas d'autres choses.


Je mets ça parce qu'on ne sait plus trop bien qui fait quoi parmi cette quantité de ministres (38 pour rappel) qui, en dehors de leur fonction même, empiètent largement sur les fonctions d'autres ministres, soit que ces premiers sont hyper-performants (Ça se saurait) soit que ces derniers ne sont pas suffisamment compétents pour remplir les devoirs pour lesquels ils sont "grassement" payés.


Le ministre de l'intérieur va donc dans "les terres" du FN pour faire barrage à un mouvement politique grandissant.


Il annonce qu'il va défendre les valeurs de la république, mais quelles valeurs ! Les siennes, celle du PS, elles sont basées sur quoi ses valeurs ?


Son rôle étant de garantir aux français la sécurité, ne pouvant s'exécuter, d'incompétence, devant l'ampleur de la tâche (Que ce gouvernement à largement contribué à faciliter) il part en croisade pour faire barrage à ceux qui le gênent.


Mais ! N'a-t-il pas autre chose à faire avec cette explosion de la délinquance, la surmultiplication des cambriolages et autres délits relevant de sa fonction ?


N'y a-t-il pas d'autres régions de France ou il pourrait faire montre de son autorité ? (Qu'il n'a pas mais ça c'est autre chose)


Au lieu de chercher à savoir comment contrer les exactions grandissantes, il s'emploi à donner des leçons en prenant des mesures de rétorsion au lieu de prendre des mesures de prévention.


Il est vrai qu'à l'heure actuelle pour la prévention c'est devenu très délicat, j'ai récemment mis sur Facebook que :


Faut-il y voir une relation de cause à effet ? 
Dans la même lettre d'info du Figaro du jour on peut lire :
- Le nombre de cambriolage continue d'augmenter.
- Régularisations et naturalisation en hausses.

- Baisse des expulsions en 2013.

Depuis le 1er Janvier les pays dit "à population émigrante sensible" peuvent envoyer leurs citoyens (Toujours les dit sensibles) à travers toute l'Europe alors que ces gens n'ont aucun moyen de subsistance légal et aucune attache particulière.
Nous avons introduit le vers dans le fruit, il est un peu tard pour commencer à se lamenter.

En dehors d'une issue douloureuse presque inévitable je ne vois pas trop comment un gouvernement laxiste et complaisant viendrait prendre des mesures contre ce qu'il a lui-même créé.


Donc trop tard pour s'atteler à combattre la cause, on essait donc de minimiser les effets.


manuel-valls-enerveUn air courroucé connu.


On le voit rarement avec le sourrire mais une image ne reste qu'une image.


Caractéristique d'un homme en continuelle recherche d'autorité, pour qui est un peu psychologue et pour ceux qui sont spécialistes de la personnalité l'évidence est frappante.


Chacune de ses interventions télévisuelles est ponctué de condamnation de tel ou tel fait, il ne peut construire une phrase parlé sans y ajouter un "Heu" tous les trois mots, ce sont toujours les mêmes phrases adaptées au terrain.


En fait d'être aussi peu efficace révèle bien son manque d'assurance dans ses interventions.


C'est donc ce croisé là qui va défendre les valeurs de la France.


Mais quelles valeurs ?


Les valeurs du PS, la défense de l'anti-famille, le soutient au laxisme de sa collègue Garde des Sceaux partisane d'une Justice pour tous à la mode PS qui n'est en fait qu'une Justice pour délinquants ?


On en est aujourd'hui à porter aux nues un prisonnier de longue date en excluant totalement qu'il fut un dangereux individu, ayant purgé sa peine, certes, mais qui n'en est pas moins récidiviste à chacune de ses sorties précédentes. (Il se serait peut-être passé de cette PUB)


La liberté d'un individu c'est de pouvoir sortir partout où il le veut sans avoir à raser les murs passé 19h00. 


Bien sûr, dans les campagnes on en n'est pas encore là mais ça venir avec le bétonnage et les logements sociaux obligatoires dans toutes les villes. (Qui dit logement sociaux voit population à risque, surtout en ville)


Ce n'est pas aller prôner des conditions de détention (Parfois difficiles c'est vrai) pour ceux qui sèment la terreur dans un quartier voire dans une ville.


Mr Valls est absolument incapable d'apporter aux français la sécurité dont il est pourtant garant.


Le gros problème, à l'heure actuelle, c'est qu'un élu se sent le patron de la place qu'il occupe alors qu'il n'en est que le gestionnaire.


De la même façon une majorité des maires de France sont persuadés d'être les patrons de leur ville alors que le vrai patron c'est le peuple.


Tans que nous fonctionneront comme ça nous resterons a végéter dans une fausse politique en nous contentant de subir.


La valeur d'un homme c'est de pouvoir apporter à ses administrés ce qu'ils attendent, pas ce qu'il décide.


Quand j'entends les prétendus programmes de certains postulants aux élections municipales je me dis qu'il y a encore du chemin à faire pour trouver un consensus acceptable.


Pour Briançon, la prétention d'un individu à imposer ses vues et son programme très personnel à une ville laisse présager de grosses désillusions pour l'avenir.


Mais il n'est pas le seul.


A bientôt, pour autre chose. 

 

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article