Le tourisme. Une illusion ? 2

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/


100 5283Briançon vieille ville.


Une des vues privilégiées de Briançon, de celles qui rendent agréable la visite, qui retiennent les touristes.


S'il reste beaucoup à faire ce qui existe déjà doit être valorisé et mis en avant.

 

Les atouts du tourisme, dans une ville historique, c'est d'abord l'accueil, sans être critique Briançon est loin d'offrir à ces touristes l'image idyllique qu'ils sont en droit d'attendre, les entrées de villes sont sales, ternes, mal éclairées par des lampadaires hors d'âge ne diffusant leur luminosité qu'à leur environnement immédiat et largement dans les nuages.

 

Un éclairage subtil, programmé et bien orienté, concentré sur le seul point à éclairer, c'est à dire la route ou le passage protégé, serait plus efficace et plus économique.

 

La signalisation est souvent anarchique, les panneaux usés, illisibles ou incompréhensibles partant du fait que ceux qui en programment l'installation connaissent bien leur ville, ce qui n'est pas le cas des visiteurs.

 

Pas ou peu de panneaux signalétiques descriptif de la ville aux entrées, pas d'emplacement, donc, pour pouvoir les étudier en toute sécurité sauf à l'entrée de la zone d'activité Sud en arrivant de Gap et Porte de Pignerol à condition d'y aller à pieds.

 

Des parkings anarchiques, en mauvais état bien que payants, pas assez de places de stationnement certains jours, un urbanisme routier déroutant et en mauvais état.

 

Bref tout ce qu'il faut pour donner de la ville une première image négative.


100 6004Restauration et commerces.


Ce sont les principaux acteurs de l'accueil touristique avec les hôtels, trop peu nombreux à Briançon. 


Des établissements sont très attractifs, comme le Gavroche en vieille ville, services tardifs, devanture accueillante, patron et personnels agréables.


100 6008D'autres plus discrets.


Mais tout aussi valables, je ne vais pas tous les mettre ils sont, eux, trop nombreux.


Cette concurrence rend la vieille ville anarchique, trop de commerces de souvenirs     pas toujours authentiques d'ailleurs.


Les autres commerces, ouverts trop tard et fermés trop tôt rend difficile une circulation touristique tardive, les tours-leaders du matin ne s'arrêtent plus, parking payants et magasins fermés.


Le commerce s'en ressent, si certains, bien implantés, n'ont pas besoin de leurs recettes pour vivre d'autres ne vivent que du tourisme, le laxisme des uns fait du tord aux autres. 


La réglementation nouvellement réorganisée par la municipalité, en place de 2009 à 2014, n'a rien arrangé, ce n'est pas en matraquant les commerces de taxes diverses, pour tenter de renflouer des caisses chroniquement vides, qu'on incite ces commerces à travailler de bon coeur.


J'ai littéralement submergé la municipalité de mes signalement concernant la propreté des rues, un très net effort a été fait, peut-être grâce à moi, peut-être pas, ce n'est pas Mr le Maire qui abondera dans mon sens de toutes les façons.


Je sais que, touriste aussi assez souvent, quand je vais dans une ville à l'aspect si négligé je n'y retourne pas, j'en fais également état autour de moi, des vieilles pierres et des monuments Vauban il y en a partout en France.


100 6009Le Rustique.


Il y a aussi les établissements totalement isolés, sauf connaitre il est difficile d'attirer une clientèle.


Pourtant une bonne cuisine et un bon accueil.


Je mets l'accent sur la vieille ville puisque c'est le phare de Briançon, il y a aussi d'excellents établissements dans la ville du bas, le Péché Gourmand, récemment récompensé au Michelin, en est le principal.


Mais pareil, ce dernier mal entouré par un environnement sale, pas de parking adapté à proximité, un garage de réparation de voitures qui met des véhicules un peu partout en dépit du bon sens, c'est une clientèle rebutés par ces problèmes chroniques briançonnais.


100 6639Il y a aussi la neige.


Le tourisme d'hiver n'est pas, à proprement parler, ce qui va enrichir la ville, ce serait plutôt le contraire puisque d'avoir voulu transformer une ville climatique en station de ski a détruit cette ville.


J'ai entendu dire, souvent, que Briançon est une ville dortoir pour touristes égarés.


Image dévalorisante, en effet les vacanciers d'hiver, que je ne classe pas dans le tourisme tel qu'on le conçoit, achètent de la neige, ils ne sont venus que pour compenser les tarifs exorbitants appliqués à ces "sports" d'hiver en se gavant de remontées mécaniques et de pistes aux dimensions souvent exagérées.


Conditionnés pour ne rester que du samedi après midi au samedi suivant avant midi cette continuité d'une vie trépidante leur coute des fortunes, ils ne viennent que pour la station, les véhicules ne bougent pas de toute la semaine. (Pour la presque totalité des vacanciers) 


La plupart des stations de ski, les vraies, sont entièrement organisées pour ce faire, de l'arrivée au départ les vacanciers sont pris en main par les professionnels de la glisse et de l'hébergement, le conditionnement dans le moule du parfait skieur de congés payés.


Rares sont ceux qui se "fendent" d'une visite à Briançon pour "casser" le train-train organisé, mais difficile de leur en vouloir, d'une part ils ne sont pas venus pour çà et puis le déneigement de Briançon est loin de satisfaire le désir de ces vacanciers.


Non que ce soit mal fait mais il n'y a pas assez de personnel mobilisé au bon moment, la plupart des parkings se transforment en patinoire (Plus de sel, c'est anti-écologique, comme la connerie humaine de ceux qui en ont décidé la suppression (J'assume)) la signalisation devient invisible, les rues de la vieille ville sont, en dehors de la grande gargouille, impraticables à très court terme.


La station du Prorel, qui a couté une fortune, toujours déficitaire, n'est qu'une très pâle copie de ce qui existe tout autour dans les trois vallées.


Mal conçue, mal orientée, sale, inaccueillante, pas de parking gratuit (Boulimie financière oblige) en dehors du seul qui est dans un tel état qu'on a pas trop envie d'y laisser longtemps son véhicule. (Voir ma page "Locations et parking du Prorel" du 16 mai 2013)


Sale, ça pue la pisse et la merde présente partout, c'est rébarbatif, c'est tout sauf accueillant. Pas de quoi attirer la clientèle.


Le premier coup d'oeil n'est pas vraiment incitatif non plus, une rue trop étroite, vite engorgée par les cars, mal déneigée, aboutissant sur l'Avenue de Provence par une montée défoncée, dans un décor gris-sale de fin de bombardement. (Voir ma page "La Ville du Bas, Briançon" du 13 mai 2013)


L'avenue René Froger n'est pas spécialement attirante, l'avenue Maurice Petsche non plus d'ailleurs.


Cette gare de télécabine à été installée là par des irresponsables (Déjà cités dans différentes pages) pour s'enorgueillir d'avoir une piste de ski propre à la ville, une connerie couteuse impossible à améliorer sauf investissements pharaoniques que je dénonce depuis longtemps, totalement inutile puisqu'il faudrait raser le quartier en entier pour que ça devienne acceptable.


Mais comme il n'y a souvent pas assez de neige une nouvelle dette, grossie, ne servirait à rien d'autre qu'à plonger la ville dans un abime de dettes pour un siècle.


J'ai suffisamment transporté de skieurs pour savoir ce qu'ils pensent de cette station, en dehors de ceux qui restent persuadés que c'est viable (Candidats aux élections, commerçants spécialistes qui ont investi à perte dans ce lieu) personne ne parierait sur des recettes bénéfiques à cet endroit.


C'est aussi la raison pour laquelle je me suis opposé à cette utopique front de neige presque irréalisable sans tout raser sur 300 mètres à la ronde.


Qui plus est, le bétonnage des vallées va à l'encontre de ce que sont venus chercher les vacanciers, de la neige en pleine nature montagnarde, pas Bobigny ou Trappes sur neige.


2010 02 26 Chantemerle après l'ouverture des pistes -18Piste Luc Alphand avant travaux.


Cette photo, que j'ai prise en 2012, laisse apparaitre ces pylônes datant d'avant guerre.


Il devenait urgent d'y remédier.


La station a les moyens et puis elle n'est consacrée qu'à çà.


gallery_3327_687_3199.jpgDes travaux d'importance.


Ce qui devait être fait, un site plus adapté et plus accueillant.


Travaux réalisé dans un espace ciblé et déjà adapté, je n'ose imaginer de tels travaux à Briançon pour construire un front de neige cher à certains.


D'autant que sous nos latitudes les travaux sont très liés aux conditions atmosphériques, ce chantier exécuté dans un espace libre de toutes contraintes immobilière n'aurait pas le même impact en pleine ville comme à Briançon.


Couvrir l'avenue de Provence pour y prolonger la piste oblige d'entreprendre des travaux de grande importance, six mois n'y suffiraient pas et à quel coût !


De se servir de la caserne Colaud pour y ajouter des "lits" supplémentaires revient à transformer Briançon en ville dortoir de haute montagne.


Des villes dortoir il y en a plein les banlieues des grandes agglomérations, je ne suis pas certain que ce soit ce qu'attendent les touristes et vacanciers de passage. 


Mais revenons au tourisme en général.


100 6019Celui qui aime l'Histoire.


C'est le touriste le plus lucratif, celui qui se déplace pour découvrir, s'enrichir, s'instruire.


Indubitablement Briançon, comme énormément de villes et villages de France, possède de quoi assouvir cette passion, qui est aussi la mienne, de pouvoir apprécier la très grande richesse de notre patrimoine et de notre Histoire.


Etant directement concerné je suis à même de juger ce qui est déterminant pour être attiré par un lieu si riche de culture, déjà je compare les tarifs, visiter d'accord, me faire pigeonner pas d'accord, c'est un problème grandissant et très pénalisant pour les bénéficiaires potentiels.


Profiter d'un intérêt pour "gruger" ceux qui s'y intéressent n'est pas longtemps rentable, je fuis, et je ne suis pas seul, les lieux où, d'entrée, on nous assomme par des prix prohibitifs, des stationnements incontournablement payants, une police à l'affut du touriste pour profiter du manque de structure d'accueil qui incite à être en défaut dès qu'on sort de sa voiture.


Ce n'est pas de cette façon qu'on fait fructifier le commerce, s'il faut intégrer, dans des dépenses locales d'achats prévus, les PV et autres obligations locales pour accéder aux lieux à visiter je prend le large et je vais ailleurs.


Il existe suffisamment de moyens pour connaitre un patrimoine sans dépenser un centime, bien sûr l'effet n'est pas le même mais le porte-monnaies, lui, s'en porte mieux.


C'est malheureusement ce genre de tourisme qui est le plus la cible des abus de prix, ayant beaucoup voyagé à travers la France j'ai pu me rendre compte à quel point on pouvait profiter des gens en les alléchant par des artifices et des produits loin de répondre à la demande.


Ce suicide commercial est connu, qui n'a jamais vu de lieux touristiques changer, d'une année à l'autre, de commerces éphémères ayant eu les dents trop longues.


Le secteur de la restauration n'y échappe pas, beaucoup s'essayent dans ce secteur délicat, peu arrivent à s'en sortir, rien que dans la Grande gargouille à Briançon, chaque année des récents ferment juste après la saison (Définitivement s'entend) d'autres reprennent derrière.


Seuls ceux qui sont bien implantés et surtout professionnels subsistent.


Dans le secteur des gadgets et des souvenirs c'est un peu l'anarchie, 80 % des objets vendus sont de la merde, achetés "made in china" ils sont  mal fabriqués, contiennent des produits nocifs et ne correspondent pas souvent à la réalité.


Ce piège à gogo et à fric c'est un scandale commercial autorisé, beaucoup de gens se font avoir et c'est aussi pourquoi ces petits commerces qui vendent de la merde perdurent, rares sont les touristes qui s'insurgent, ces derniers acceptent cette arnaque comme une fatalité, le bonheur du commerçant verreux.


Mais ça discrédite un lieu, c'est du tort fait au patrimoine, c'est l'image d'une ville qui se dégrade.


Quand on dit "piège à fric piège à cons" c'est une réalité sauf que les cons ne reviennent pas et qu'ils le font savoir autour d'eux.


Heureusement.....


Vauban-j14-106.jpgL'hôtellerie joue le jeu.


Dans l'ensemble les hôtels sont abordables, ils proposent des prestations à hauteur de ce qu'attendent les touristes.


J'ai mis celui-ci mais j'aurai pu en mettre d'autres, à Briançon il y a des hôtels très corrects, en nombre insuffisant hélas surtout en vieille ville.


Personnellement c'est le genre d'hébergement que je favorise, il n'y a pas à s'occuper de quoi que ce soit, se laisser vivre sans contrainte. Ça fait aussi partie du prix.


C'est aussi le choix du "tourisme d'hiver", les formules existantes sont souvent intéressantes sauf que beaucoup d'hôteliers saisonniers n'ont pas les mêmes scrupules que les autres.


C'est aussi ce qui fait reculer les vacanciers d'hiver au budget souvent calculé au plus juste, les vacances d'hiver étant les plus onéreuses.


Je rêve d'une station de ski qui proposerait un service complet, proposer à ses clients de fournir, moyennant finances bien sûr, la presque totalité de ce que "trimbalent" les touristes de sports d'hiver. (Affaires de toilette, vêtements spécifiques, chaussures, chaussons, du prêt à servir en arrivant les mains dans les poches, rouler léger en étant assuré d'avoir tout ce qu'il faut sur place)


Le jour où un complexe hotelier proposera ce genre de prestations complètes je serai le premier à en profiter.


100 6593Pré Chabert à Monêtier les Bains.


Comme toutes les stations de sport d'hiver il y a les incontournables magasins d'équipements spécifiques, là aussi il y a des abus bien que dans l'ensemble ce soit positif.


Je reproche toutefois, à la restauration locale, d'avoir des tarifs largement excessifs, je ne suis pas sans savoir qu'une saison c'est quatre mois mais est-ce que ça justifie d'exploiter les gens au point de faire payer un café 3 euros ou une limonade le prix d'un repas routier ?


Ce que les gens dépensent en excès parfois incontournables ils ne le dépensent pas dans ce qui pourrait être plus lucratif pour une ville touristique.


Si on prend un budget moyen de 800 Euros par personne pour une semaine de neige, ôté le transport, le forfait ski exorbitant, le prix du stationnement et les PV éventuels il ne reste plus grand chose pour se permettre des extras et c'est bien dommage pour le commerce local.


100 7299Chantemerle.


Station de ski de Saint Chaffrey.


Vacances de mars 2012, je conduisais la navette gratuite mise à disposition par la Compagnie des Alpes comme dans beaucoup de stations pour éviter l'engorgement des voitures aux pieds des pistes.


Les aménagements spécifiques pour les véhicules sont loin d'être suffisants, c'est souvent "bordélique" de 8h30 à 9h30 et de 16h30 à 18h00, surtout en soirée où tout le monde sort en même temps.


Le rapport qualité/prix s'en ressent, le sentiment des touristes, je l'ai tellement de fois entendu, c'est "cher et pas adapté".


Logique, tant qu'on privilégiera le tout voiture on ne sortira pas des problèmes.


La station "Les Orres" a, à ce niveau, une politique intelligente, interdiction d'approcher avec les véhicules personnels, parkings d'accueil extérieurs et transport par navettes obligatoire.


Cependant il n'est jamais facile d'adapter le "zéro voiture", les infrastructures ne suivent pas souvent.


La politique de vouloir le plus en investissant le moins est aussi un gros handicap, c'est ce qui est un des points qui me font m'opposer à l'agrandissement de la station du Prorel à Briançon, rien n'est prévu pour permettre une vraie station de ski.


100 7315On en est donc là.


Le grand problème pas encore évoqué est celui du touriste lui-même, fort de sa supériorité acquise par ses paiements il est souvent excessif en voulant avoir le beurre et l'argent du beurre.


Combien de fois ai-je entendu "j'ai payé".


On paye une prestation, pas un droit et c'est là que ça pêche, beaucoup sont persuadés que de payer leur donne des droits imaginaires, s'imposer par le portefeuille, nouvelle façon de briller et de montrer ce qu'on n'est pas.


C'est donc cet effet de "paiement" qui incite à profiter du touriste, le persuader que par ses subsides il peut tout obtenir, même l'absolution des forces de l'ordre.


100 7309Le Serre d'Aigle à Chantemerle.


Il est 9h00, se mélangent les écoles de ski et les autres, "The bavordavel". (Ce n'est pas dans le dictionnaire, San-Antonio dixit)


Et encore il fait beau, quand il neige c'est pire.


100 6697Plus haut c'est plus calme.


Et tellement magnifique qu'on en oublie les vicissitudes à accepter pour en arriver là.


Rien que pour ça on accepte beaucoup de choses.

 

100 7216Dès l'arrivée.


On est subjugué par le paysage, le fort du Château de la vieille ville de Briançon sur fond de Montbrison c'est un des atouts pour accueillir les vacanciers.


L'accès par l'Italie est très utilisé, surtout depuis que la route de Oulx a été refaite, par le tunnel du Fréjus les temps de trajets sont réduits par rapport à "l'escalade" du col du Lautarêt ou le détour par Gap (Pour ceux qui viennent du Nord bien sûr)


Il est important de donner au touriste ce qu'il attend tout en étant accueillant par des prestations abordables.


Bientôt le tourisme d'été.


Bonne semaine à tous.


Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article