Le Lapon à Chantemerle, suite.

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/

Pour de graves raisons, j'ai supprimé les publicités concernant cet établissement.

Les nécessités m'obligent à donner quelques explications.

A pâques, un de mes fils, le plus jeune, a été pressenti par le patron de cet établissement pour effectuer quelques heures de travail en cette période chargée.

Un autre de mes fils, y travaillant depuis le début de saison, m'induisait donc que je pouvais avoir une confiance totale envers cet employeur.

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque le plus jeune m'a annoncé qu'il avait travaillé sans être déclaré et n'ayant perçu, pour 24 heures de travail, que 100 Euros en liquidité.

Soit un peu plus de 4,16 Euros de l'heure sans couverture sociale ni assurance puisque non déclaré à l'URSAFF.

Avant de diffuser ce présent billet, j'ai saisi le service juridique au titre d'une de mes assurances.

Le patron de cet établissement faisant le mort et n'ayant pas jugé utile de répondre aux sollicitations amiables de ce service juridique, une procédure judiciaire est engagée. 

Qui plus est, durant cette saison, comme pour les autres d'ailleurs, mon fils qui était engagé légalement, a travaillé une journée supplémentaire également non déclarée pour effectuer du nettoyage.

Ce faisant, ce dernier n'ayant reçu de son salaire que le minimum légal, ses heures supplémentaires et ses congés non pris n'ont pas été payés non plus. 

Au mois de février 2012, il a travaillé plus de 12 heures par jour sans un seul jour de congé.

La récompense, c'est une fin de non-recevoir.

Mon fils, employé officiel, s'est fait rouler d'environ 2400 Euros.

Donc je diffuse cette situation qui est assez courante dans les périodes saisonnières pour pas mal de jeunes qui viennent faire un peu d'argent pour leurs études ou autres et se font exploiter par ce genre de patrons "véreux" qui discréditent les bons employeurs.

Toutefois, la question m'ayant été posée par plusieurs personnes, cela n'entrave en rien la qualité nutritionnelle de l'établissement, maigre consolation pour un "exploiteur".

Je tenais à ce que ça se sache afin que les jeunes ne se laissent pas "embobiner" par des paroles bienveillantes mais totalement fausses.

Et un conseil à ces jeunes, comptez et faites enregistrer vos heures au jour le jour à chaque fin de service, exigez au moins une journée de repos par semaine, même en pleine "bourre".

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article