L'oubli

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/

Parmi les nombreux sites d'échange de photos et autres j'en ai retenu un qui m'interpelle.

Résurgence du passé, mieux qu'une photo des lieux oubliés durant des années, des décennies.

Des êtres seuls qui nous semblent encore plus poignant dans ces photos qui nous révèlent un passé figé.

97693Fermée et abandonné durant plus de cinquante ans.

Les vieux, seuls, sans famille ou oubliés par cette dernière, partent en maison de retraite ou de repos, parfois directement au cimetière.

Souvent leur derniers lieux, ils oublient ce qu'ils étaient, ce qu'ils laissent à la poussière et aux toiles d'araignées.

Arrêt du temps 1

Des choses quotidiennes

Des lieux de vie devenus lieux de mort et d'abandon.

Arrêt du temps 2

Figé dans le temps

Prêt à resservir aussi vite que laissé.

Arrêt du temps 3

Des richesses

Souvent ceux qui partent sont longtemps restés seuls, de petits besoins qui font des bas de laine conséquents.

Du mobilier d'antan que les antiquaires s'arrachent pour une bouchée de pain.

Revendu à prix d'Or.

Arrêt du temps 4

Résurgence

Ces poupées et sujets qui n'existent plus depuis longtemps.

Arrêt du temps 5

Une autruche empaillée

Introuvable à l'heure actuelle.

Arrêt du temps 6

Des tableaux signés

Des meubles rares.

Des objets oubliés.

Attente d'un retour impossible

Partir pour ne plus revenir

Le savait-il celui (ou celle) qui refermé sa porte sans savoir que c'était la dernière fois.

Bien-aimé - Une poupée jouet poussiéreux est assis da

Se dire qu'on va revenir

Pour faire un peu de ménage ou de rangement.

L'objet, lui, il attend, il ne sait pas, en fait nul ne sait ni celui qui part ni celui qui reste.

Objet ou être qu'importe, ces liens irréels qui maintiennent un semblant de contact avec un monde oublié.

De nombreux bâtiments photographies dans la série sont

Retour en enfance

La mienne, c'était ça l'information et la distraction.

Pas de télé, pas d'ordinateur, pas de jeux vidéo sophistiqués, le cinéma du bas de la rue sur des chaises en pailles ou des bancs en bois.

Petit cinéma de campagne avec son charme et sa naïveté de l'époque.

La fête à Neu-Neu qui date de napoléon 1er, sur l'avenue du Gal De Gaulle à Courbevoie du Pont de Neuilly jusqu'à la défense, l'ancienne, pas celle d'aujourd'hui qui ne ressemble à rien d'humain.

Plus loin vers l'Ouest, Saint Germain et la fête des Loges, mon frère Michel m'y emmenait avec les ticket de bus de son lycée, lycée Condorcet à Paris où il était étudiant en 1959.

J'y passais des journées merveilleuses.

Entre la ville de paris et la campagne Bretonne, que du bonheur oublié.

Désaffectée - Ignorer la poussière, la saleté et la

On oublie la poussière et les toiles d'araignées

Nous voilà prêt à passer à table.

Papier peint au mur, meubles "rococo" plafonds hauts, image furtive du passé.

Fantomatique - Cette étrange photographie capte les bancs

Chapelle privée

Fantomatique.

Figé dans le temps - les occupants de cette ferme abandon

Une vieille femme

Partie en 1967.

Rien n'a bougé, la chambre attend le retour impossible.

Grand

Les grands édifices n'y échappent pas

Piscine début du XXème siècle.

grandeur perdue -

Le temps des splendeurs

Quand l'argent ne coutait rien, quand les gens avaient le temps, quand le monde vivait encore avant la survie de maintenant.

Prêt à emménager - mis à part les murs légèreme

Il vient de partir ?

Non, il y a longtemps qu'il n'y a plus personne.

Religieux - une couche de couvertures restent sur le lit da

Qui le croirait

Fermée depuis soixante dix ans.

Cette chambre semble avoir été quittée ce matin.

Splendeur - lumière du soleil rayonnant à travers des t

Que de réceptions

Ont pu avoir lieu en cet endroit encore plein de prestige.

Les plafonds se dégradent, le toit s'écroule et pourtant ça reste exceptionnel.

Triste - Une paire de chaussures devant un fauteuil vide d

Le chat est mort lui aussi

Il ne reste que les chaussures pour attendre un retour impossible.

Vestiges d'une vie - un vieux Landau devant une fenêtre

Un landau des années 1930

L'occupant, ce jour, doit commencer à être bien vieux, à moins qu'il ne soit déjà parti.

Vide - Le lit est encore couvert par une couette soigneusem

Alors le temps fait son oeuvre

L'humidité et la moisissure rognent doucement ces lieux désertés.

Ces images sont des photos pastellisées des lieux retrouvés en l'état par les notaires après la fin d'une période de successions où personne ne s'est manifesté.

Il y en a bien plus qu'on pourrait le croire.

Une succession c'est quatre-vingt dix ans avant sa clôture définitive.

Certaines maisons sont restées inoccupées des décennies avant qu'on en ouvre de nouveau la porte, ça donne çà.

Cependant, la solitude c'est une forme de jouissance, on n'appartient plus qu'à soi, on oublie la famille et la famille nous oublie.

Ce n'est pas de la délectation morose, c'est une réalité, plus nous sommes nombreux et plus il y a de personnes seules, paradoxal ? Non !

 

 

Les vieux

Une nouvelle vie dans un inconnu que seul ceux qui sont mort de solitude ont pu connaitre.

Bon dimanche à tous.

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

aspiration centralisée 07/12/2016 14:47

Je plaint la personne qui va faire le ménage dans les locaux 0_0

francois.ihuel15.over-blog.fr 07/12/2016 17:38

En effet mais comme ce sont des vestiges du passé, il est possible que certains sites privés restent en l'état.
Le reste c'est pour la démolition, je doute que le ménage soit soigné pour ce faire.
J'aime bien ces mémoires qui ressurgissent, des maisons sont restées fermées des décennies avant d'être de nouveau rouvertes, le temps a été suspendu, entrer dans une pièce qui a été quittée il y a longtemps mais où tout est resté à l'époque de son dernier jour ce doit être prenant, nostalgie quand tu nous tiens.
Ouvrir la porte d'hier, mon rêve.
Merci de l'intérêt que vous avez porté à cette page.
Bien à vous

Eric Ihuel 12/08/2013 21:43


tout se cache dans les details ..... merci !!

francois.ihuel15.over-blog.fr 13/08/2013 07:22



Je m'efforce d'être le plus précis possible, j'adore faire de la photo, les plus simples sont souvent plus révélatrice. Merci