Couleurs et contrastes

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/

DSCN9639Les Têtes de Sainte Marguerite.

Avec son "chapeau" de brumes.

C'est, avec le Mélézin, ma montagne préférée.

Ces pics sont disposés de telle façon qu'ils font penser à une caldeira volcanique.

Cet éclairage du matin accentue les détails des montagnes, en pleine journée et en pleine lumière, elles perdent de leur majesté.

DSCN9640La vitesse de rotation de la terre....

....Dont la surface avance vers l'Est à 1667 km/h (A l'équateur) et 1181 km/h à Briançon, change les couleurs et les contrastes à chaque seconde.

L'avantage de la montagne c'est de prendre différentes apparences de par ces changements très rapides d'exposition à la lumière solaire.

C'est aussi pourquoi l'attrait de la montagne est si fort, il n'y a jamais la même chose à voir.

Ce flanc boisé, en quelques secondes, se dévoile au soleil.

Toutefois, pour aborder légèrement une évidence, plus on se rapproche des pôles, plus les aurores et les crépuscules sont longs en été.

L'axe de la terre étant d'environ 23° par rapport à son orbite solaire, sous nos latitudes les jours font deux fois la durée de la nuit en été et le contraire en hiver. (Approximativement, je n'ai pas calculé de façon scientifique ces données)

C'est ce qui fait aussi la diversité et la particularité de la nature de nos contrées situées à mi-chemin des pôles et de l'équateur, donc leurs richesses végétales.

DSCN9641Des ombres que nous connaissons.

Mais qui laissent l'importance en suspens.

DSCN9642Qui se dévoile en treize minutes.

Pour qui observera, en été la luminosité se fait plus rapide qu'en hiver, l'inclinaison de la terre en est responsable.

Pour ceux qui vivent sous les tropiques équatoriaux (Ou qui sont allé y séjourner), il n'y a pratiquement pas d'aurore ni de crépuscule, on bascule très rapidement du jour à la nuit et de la nuit au jour.

Ce qui fait que les journées sont sensiblement identiques aux nuits la plus grande partie de l'année.

Aux pôles, ce sont les nuits qui dominent en hiver au nord et en été au Sud.

En moyenne quatre mois de nuit mais pas forcément le noir complet, la réverbération lumineuse du soleil sur les couches atmosphériques permet des nuits bleues.

Au plus profond de l'hiver (Ou de l'été) les nuits sont totales, environ deux mois.

Minuit pile » à Longyearbyen, le 16 juillet 2007 (78° NMinuit pile » à Longyearbyen, le 16 juillet 2007 (78° N)

Iles nordiques de la mer du Nord, entre la Norvège et le Groenland.

En été, c'est le contraire, il fait jour des mois entiers, oh pas le plein jour mais un crépuscule qui devient aurore passé minuit.

Les habitants de Marseille ou Nice, ont plus de durée de jour que les habitants de Lille. (~ Environ une demi-heure)

Par contre, Les habitants de Lille, s'ils sont observateurs, pourront discerner une légère lueur plus claire en pleine nuit d'été (Le 21 et 22 Juin plus particulièrement, là où le soleil domine le plus vers le Nord) en regardant vers le Nord, que les habitants du midi qui auront une nuit noire.

DSCN9645Les cadrans solaires n'étant sensibles qu'au soleil.

La complexité de leur interprétation est consécutive au mouvement de la terre par rapport à son orbite, raison pour laquelle certains cadrans (Plus justes) impliquent l'impression de plusieurs niveaux de lecture, du presque cercle à l'ovale tronqué.

Nos pendules actuelles, ne dépendant pas de ces inconvénients, ne demandent qu'à être visible de jour comme de nuit.

La façade de la Collégiale Saint Nicolas de Briançon, place du Temple dans la vieille ville.

DSCN9646Poterne sous la salle des mariages.

Arc boutant, s'appuyant sur la collégiale, muni d'une porte qui n'est pas entretenue, ce qui est bien dommage.

La place du temple, encore à l'ombre, rend indiscernables le grand Aréa qu'on voit très bien de cette position.

La luminosité extérieure étant intense.

Ces contrastes "effacent" les montagnes.

Par contre, l'hiver, la vue est magnifique sur cette montagne enneigée. (Voir des photos de certaines de mes pages antérieures)

DSCN9647Un petit "zoom" et le voilà.

Le grand Aréa.

Lui aussi, il a un petit chapeau.

Il faut dire que l'orage de la veille à mouillée tous ces sols chauds, le résultat c'est la brume, classique.

DSCN9648Briançon dans l'ombre. 

Au fond la Grande Maye, 2518 mètres.

C'est dimanche, journée de repos. Enfin pour presque tout le monde, d'autres bossent, services publics obligent.

Le Mélézin, net de nuage mais pas le Montbrison.

Magnifique contrastes de couleurs et d'ombres.

DSCN9649Le Mélézin.

Imposant et majestueux.

En bas à gauche, la place Eberlé transformée en parking ??????

Exceptionnel alors, la municipalité ayant pris des mesures en ce sens.

DSCN9650J'aime bien ces écharpes nuageuses.

La vallée de la Durance avant de descendre sur l'Argentière-La-Bessée.

DSCN9651Le Montbrison.

Et le clocher de Puy Saint Pierre.

DSCN9652Les trois Evêchés.

Au fond de la vallée de la Guisane.

Paysages grandioses et envoutant.

DSCN9653Après les pluies.

Le ciel est nettoyé de ses poussières, la vue est plus pure.

Surtout en montagne où la poussière est prédominante, les éboulis continuels et les vents faibles condensent les poussières minérales dans l'atmosphère.

Ajouter la pollution des villes et villages, due essentiellement à la circulation automobile, au chauffage d'automne et en hiver et on se retrouve vite avec une chape de brouillards qui n'est pas naturel au-dessus de chaque villes.

Rien que de voir Grenoble en descendant de Voiron ou de Lus la croix Haute.

DSCN9884.JPGCe n'est pas pour du pétrole.

Cette plate-forme de forage a été installée en à peine deux semaines sur un terrain pas loin de mon domicile d'Alsace.

Dans un souci de recherche sur les énergies renouvelables, la région semble mettre à pied-d'oeuvre une politique intelligente qui vise à remplacer, progressivement, les énergies fossiles très polluantes par des ressources naturelles inépuisables dans le long terme.

Si je suis sceptique sur le remplacement des centrales nucléaires par des parcs éoliens, je suis plus enclin à penser que de résoudre une partie importante de la consommation de pétrole réside à remplacer les moyens de chauffages à combustible par des moyens de chauffage "propres".

Cela existe dans d'autres pays, notamment du nord de l'Europe et dans certaines villes françaises. (Ivry sur Seine en région parisienne entre autres)

Dans nos contrées montagneuses, et particulièrement dans le briançonnais, les sources d'eau chaude sont légion, les bains de Monétier, les sources d'eau chaude du Plan de Phazy. (Guillestrois)

Je me demande donc ce que font nos écologistes locaux pour ne pas influer (Du moins je n'en ai pas connaissance) sur les élus régionaux pour changer les modes de fonctionnements concernant les énergies.

Le chauffage urbain par géothermie existe et est très performant.

Plus de camion de fuel en quantité pour acheminer ces combustibles, gain de pollution et de trafic donc moins de nuisances dans beaucoup de domaines.

Le chauffage au bois, s'il a le confort et la douceur du feu dans la cheminée (La plupart étant d'ailleurs des poêles à bois) a l'énorme inconvénient de polluer presque autant que les hydrocarbures.

Il faut couper ce bois, donc consommation de carburant pour les tronçonneuses, huiles qui se dispersent dans la nature pour lubrifier les chaines de coupe, etc.

Il faut le débarder, le transporter et le fendre en buches admissibles par les systèmes de chauffage courant.

Toutefois les déchets de scieries sont bien plus rentables et moins polluantes que de bruler des buches, ces dernières peuvent rester le plaisir d'avoir une bonne flambée à l'occasion d'une veillée. (Quoi que je me demande si elles existent encore, la "télé" ayant détruit ces traditions ancestrales)

Bref, les écologistes d'aujourd'hui laissent plus paraitre une course à la bonne place qu'à construire un avenir plus acceptable pour une humanité à la démographie effrénée.

DSCN9654Le Prorel.

Un quart d'heure après la précédente photo. 

DSCN9655La Collégiale.

Et la vieille ville encore dans l'ombre de l'Infernet.

DSCN9656La porte d'Embrun.

Et le bastion Sud des fortifications Vauban.

L'ancien corps de garde qui abrite un atelier d'artisan luthier.

Les autres photos un autre jour.

Bonne semaine à tous.

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Commenter cet article