Combat ou concours ? Un programme.

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/

2013-10-02-Briancon 1148Au delà de Briançon.

Vers la Provence les esprits s'échauffent aussi, chacun affute ses "armes" électorales et ses arguments.

Des arguments, partisans pour la plupart, et des arguments plus en rapport avec une élection municipale, ceux qui sont destinés à convaincre les habitants de chaque ville ou village du bien fondé d'une position visionnaire.

Commençons par les partisans.

Fort d'un parti ou mouvement politique chaque représentant(e) de ce parti ou mouvement se place en intermédiaire direct de l'un ou de l'autre.

C'est la méthode qui consiste à ratisser dans un électorat encarté ou sympathisant.

C'est aussi la méthode qui consiste à faire bouger les indécis, ceux qui ne connaissent rien à la politique (Nombreux) et qui s'en remettent à celui (Ou celle) qui parlera le mieux et surtout le plus tard possible.

Les derniers jours de campagne sont les plus importants et ceux qui remportent l'adhésion des indécis. (Quand j'écris celui ou ceux j'englobe les deux sexes)

Toutefois les arguments locaux sont plus déterminants pour ceux qui sauront les exposer et surtout leur donner une suite en cas de "victoire", promettre c'est bien et ça ne coute rien, mettre en oeuvre c'est plus compliqué et quelque fois couteux, voir très couteux.

Si de promettre abouti à une mise en oeuvre qui entraine des dépenses excessives et des augmentations d'impôts et de taxes, la manipulation est vicieuse.

Dans une campagne électorale la plupart des candidats en campagne font abstraction des moyens qui seront nécessaires pour tenir leurs promesses, peu d'interlocuteurs posent la question et c'est bien dommage, la donne ne serait pas la même.

Un maire sortant a cet avantage de connaitre ce qu'il laisse pour, éventuellement, le retrouver, il sait donc sur ce dont il peut compter.

Le problème, concernant Briançon du moins, c'est que les projets ne reposent, pour beaucoup, que sur des finances qui n'existent pas encore, si elles sont probables elles ne sont pas garanties.

Sous la municipalité Bayrou les anglais qui ont présenté force projets pour la ville ont fait la même erreur, la crise a interrompu tous ces beaux projets et la ville s'en est trouvée fragilisée, certains artisans ou commerçants ont pris des dispositions en ce sens, ils se retrouvent à ce jour en difficulté de n'avoir pas le retour de ces promesses tombées à l'eau.

Il est à espérer que le projet Coeur de Ville ne connaisse pas le même sort, le consortium Leclerc n'est pas à l'abri des revers, tout puissant soit-il.

Cependant, il serait judicieux de n'entreprendre les réalisations qu'au coup par coup pour éviter les mauvaises surprises et les chantiers interrompus, ça c'est déjà vu.

Je ne perds pas de vue d'installer la mairie dans l'actuelle caserne Colaud, pour le bien-être de tous et la praticité d'accès, les dessertes directes par les lignes de bus, les parkings potentiels suffisants et gratuits pour accéder aux divers services administratifs.

Pour la gloire de la ville et son titre de ville la plus haute d'Europe politique on laissera le bureau du maire en vieille ville dans l'ancienne mairie devenue salle des mariages.

Le bâtiment de l'actuelle mairie sera vendu un bon prix, sa situation le permet.

Ces recettes serviront à aménager la nouvelle mairie au centre ville, la caserne Colaud est encore en excellent état.

L'aménagement des alentours se fera dans l'unique destination sociale et populaire, accueillir les habitants de Briançon pour toutes leurs démarches administratives. (J'ai quelques projets d'aménagement que je soumettrais si j'accède aux fonctions de Maire, le bien-être de la population passant avant toutes autres choses)

Parking clairs et facile d'accès, arborés avec des espaces verts, pour le personnels côté rue René Froger et pour le public côté avenue du Gal Barbot.

De cette façon, en vieille ville, le parking du Colonel Blanchard retrouvera sa fonction d'en prioriser les stationnements pour les riverains.

Il sera possible de conserver une des dépendances de Colaud pour y installer l'office du tourisme afin que ces derniers puissent avoir plus de possibilité d'y accéder, l'actuel place du Temple en vieille ville restera en qualité d'annexe.

Enfin, dans le cadre d'aménagement de ce même secteur la création d'une salle des fêtes, une vraie, dans un des bâtiments "hangar" actuel ou à l'emplacement si l'état ne permet pas de conserver ce qui existe.

Bien sûr ça ne se fera pas en huit jours, cependant avec ma préoccupation primaire de la circulation en ville, ce sera un des points qui passeront en priorité.

Il sera important d'attirer les PME et de faire travailler ces dernières dans l'intérêt de la ville, on y palliera le problème de l'emploi, les dispositions visant à assainir la ville des problèmes qui la paralysent actuellement favoriseront l'embauche.

Une ville saine et propre sera possible en augmentant le nombre de personnels communaux, ce personnel insuffisant actuellement est à même de résoudre une bonne partie des inconvénients qui font que Briançon est une ville à l'apparence peut attirante.

Le financement des personnels nouvellement embauchés se fera par une réduction des financements aléatoires douteux d'aujourd'hui, je n'ai pas les comptes de la ville mais dès que j'aurais étudié ces derniers il sera indispensable de prioriser les dépenses en faveur de la population.

2013-10-02-Briancon 1150Un bout de Mélézin.

Pour ceux qui connaissent on distingue bien les strates représentant les fond marins avant que ne se soulève le plancher océanique qui forme aujourd'hui nos montagnes.

Ce qui fut le fond de la mer est maintenant ce qui nous entoure à plusieurs milliers de mètres d'altitude.

Ces profonds changements géologiques de la terre lui permettent de continuer à fonctionner et entretenir sa température interne, la combinaison des attractions, solaire et lunaire, créé des marées magmatiques internes qui maintiennent, par frictions permanentes, la fusion du manteau terrestre, ce qui est salvateur pour nous puisque c'est ce qui maintient la vie sur terre.

Le remodelage physique permet le renouveau constant en recréant de nouveaux éléments pour remplacer les anciens qui eux, retournent dans le chaudron.

Le fonctionnement sociétaire de l'humanité marche aussi de cette façon, les jeunes arrivent pour remplacer les anciens et amener, de ce fait, des idées nouvelles.

Ce que je diffuse, depuis des années à travers mes blogs, ce sont des idées de jeunes, ce que je pense pouvoir leur être bénéfique et surtout sur ce qu'ils m'induisent.

J'ai cette chance de côtoyer très souvent des jeunes et, de ce fait, pouvoir connaitre leur aspirations qui détonnent souvent des nôtres?

Cependant, les jeunes envisagent et créent ce qui leur sera nécessaire, donc loin des préoccupations des gens de mon âge qui fonctionnent sur des idées déjà dépassées.

Qui plus est, je n'ai pas la notion de profit, ni personnel ni collectif restreint, du fait que je ne possède rien sinon le strict nécessaire pour vivre correctement.

C'est un avantage de n'avoir pas à posséder un commerce ou une entreprise pouvant influer sur la fonction qu'on brigue.

J'ai pu constater, depuis des décennies, l'attitude de ceux qui aspirent à des fonctions électives, l'indispensable force d'une position sert avant tout une aspiration personnelle qui fait, hélas trop souvent, abstraction du désir des autres, non pas ceux qui récoltent mais ceux qui payent.

Quand on accède à un poste électif c'est qu'on a été mis en place par des gens qui nous font confiance, ces derniers attendent donc de l'élu que celui-ci réponde aux doléances de la population gérée.

Quand on se retrouve à solliciter un poste, donc une fonction, il est difficile d'être impartial et surtout difficile de ne pas faire de référence.

De là nait la concurrence d'un adversaire par rapport à un autre avec , hélas, des débordements.

Les débordements sont de toutes natures, les simples sont ceux qui consistent à avancer des hypothèses sur des faits réels ou supposés, (Je n'y échappe pas) sujets à erreurs ou mauvaises interprétations il est de bonne guerre de laisser celui qui se trompe s'enfoncer dans son erreur, ça profite toujours à l'adversaire mais peut également se révéler un atout.

Il y a les débordements discriminatoires ou incisifs, c'est une façon de marteler un adversaire quand on n'a pas ou plus d'argument à avancer, ne pouvant faire mieux on essaye de détruire ceux des adversaires. C'est actuellement très courant, surtout au niveau des plus hautes instances de l'Etat et des partis politiques.

Il y a enfin les débordements ignobles qui consistent à salir les gens par des arguments faux, inventés ou faisant référence à des situations anciennes ayant marqué les esprits.

L'incursion dans la vie privé en est un, l'insulte et la grossièreté en sont d'autres.

Il devient donc difficile à un électeur de pouvoir s'identifier à un personnage utilisant de tels expédiants, de s'identifier à la haine ou la vindicte peut être utile mais aussi très néfaste.

Quoi de plus simple alors de divulguer des informations visant à accuser telle ou telle personne de faits faux ou inventés, quoi de plus facile que d'appuyer sur une situation fausse ou/et inventée pour dévaloriser tel ou tel parti politique.

Ceux qui me suivent bien sauront où je veux en venir.

J'ai déjà décrit l'épisode de Mr Sylvestre Michel à l'occasion des élections municipales de 2008, il est à remarquer qu'il a été la cible d'incursions dans sa vie privée absolument ignobles jusqu'à produire des copies de courriers (Certainement faux et fabriqués) pour le salir.

J'ai été particulièrement écoeuré de ces méthodes très basses, ceux qui en sont les auteurs se trouvent au milieu de ceux qui se répondent à vouloir diriger la ville.

Dès lors qu'on se livre à d'aussi bas expédients on se pose la question de savoir ce qu'il en sera si ces gens sont en place, la liberté individuelle de tous est menacée.

Une campagne électorale c'est un concours entre adversaires ayant des points de vues différentes, voire opposées, à d'autres adversaires.

Chacun fait donc état de ses objectifs, de ses prétentions et de ses capacités à mettre en oeuvre de quoi répondre aux besoins d'une population.

Mais ce n'est pas la guerre, tout repose sur le sérieux de celui qui se présente, ses aspects, physique et moral, comptent beaucoup, il est préférable de connaitre les gens qu'on aspire à mettre en place.

Cependant ce n'est pas suffisant, d'être très connu mais incapable de travailler dans l'intérêt d'une population c'est prendre le risque de "galérer" pendant six ans.

Il y a aussi un autre facteur d'importance à prendre en compte, c'est de d'abord se demander si le poste convoité ne sert pas pour assoir un commerce, une entreprise ou de pouvoir accéder à de plus hautes fonctions en laissant les autres travailler à la place.

On appelle cela un tremplin dans cette dernière hypothèse, ce qui m'a été demandé par un journaliste récemment.

De la même façon, d'être affublé d'une étiquette sert ou dessert un candidat, j'en suis conscient et j'ai pu me rendre très rapidement compte de la défection brutale de certains (Sans raison réelle d'ailleurs, juste à la vision d'un simple logo) mais de l'adhésion d'une quantité non négligeable de sympathisants.

J'ai donc gagné plus que je n'ai perdu.

Mais je suis toujours le même bonhomme, il n'y a aucune différence entre hier et aujourd'hui, juste une étiquette.

2013-10-02-Briancon 1156Le Montbrison.

Au-dessus de Briançon à l'Ouest.

Avec Le Prorel et le Mélézin c'est le plus connu de nos pic briançonnais dans l'axe Nord-Sud.

Cet environnement que beaucoup nous envient il faut le valoriser par une image qui s'intègre dans ce qu'attendent nos visiteurs.

De quel que côté qu'on rentre en ville, l'aspect général est très défavorable, sans vouloir révolutionner l'urbanisme il est possible de rendre attractives les entrées de ville par des éléments décoratifs en rapport avec notre ville.

Les rond-points sont fleuris mais les alentours sont un peu négligés.

Dans mon blog, il y a presque trois ans, j'avais suggéré de mettre en valeur le premier immeuble qu'on voit en arrivant d'Italie, j'avais avancé l'idée de peindre une fresque sur le pignon de cet immeuble, en concertation avec les collèges et lycées de la ville on pourrait faire en sorte d'intégrer le concours de la population et des jeunes pour élaborer le décor qu'on pourrait installer aux entrées de la ville, ce serait d'une part la fierté des briançonnais et d'autre part la récompense de l'intérêt qu'ont les habitants à accueillir les touristes.

De la même façon j'avais suggéré de remettre en valeur le parterre du glacis du Champ de Mars fleuri aux armes de la ville.

Nous avons des jardiniers de qualité à Briançon, ils seraient certainement enthousiastes de pouvoir exprimer leurs talents à valoriser les différents coins de la ville qui sont immédiatement apperçus par les touristes, j'ai pu constater que leur travail est sans reproche. 

Ce que j'expose aujourd'hui c'est une partie infime de mon programme, j'aimerais que Briançon retrouve sa valeur, ses qualités et son image sans dépenser des fortunes en travaux qui vont bouleverser le paysage durant des années.

La suite très bientôt.

Bon dimanche à tous.

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

marie pascal 07/10/2013 08:34


Voillà de quoi bien démarrer la semaine...


Mais il y a fort à faire à Briançon et je crains que la plus dificile soit de faire en sorte que les Briançonnais s'ouvrent au monde et cessent de vivre comme au moyen âge... Qu'ils oublient
définitivement de vivre selon leurs propres lois et qu'ils accueillent convenablement les touristes ou les gens qui désirent s'intaller dans leur ville. Je pense que cela favoriserait le
dynamisme de la ville entre autres !

francois.ihuel15.over-blog.fr 07/10/2013 10:25



C'est exact, c'est la raison pour laquelle il est urgent de redonner à notre ville cet aspect accueillant de ville de haute montagne. L'aspect général de la ville
est lamentable et décevant, combien de touristes de ma connaissance me l'ont dit. La plupart des briançonnais actuels ne sont pas originaire de Briançon mais ils sont venu y chercher ce qu'on ne
retrouve plus ailleurs, l'authenticité. Evoluer c'est bien mais en tenant compte de la demande de nos visiteurs, c'est ce qui pourrait passer pour de l'obscurantisme, il n'est pas facile d'allier
évolution et tradition. Par contre les deux sont assimilables sans grands bouleversements. Merci de cette remarque