Salariés délaissés.

Publié le par François Ihuel

 

Sujet que j'avais déjà soulevé il y a quelques années,

sans réponse bien sûr.

 

Salariés délaissés.

Transports urbains.

Appelés TUB chez nous, ne pas confondre avec le Tube de Londres dans lequel d'ailleurs je n'ai jamais mis les pieds. 

À l'époque j'avais interpelée Mme Daerden, conseillère municipale de la majorité de la municipalité Fromm et responsable des transports, j'avais d'ailleurs souligné que le poste lui allait comme un tablier à une vache parce qu'une assistante sociale qui se charge des transports c'est comme un évêque qu'on emploierait à l'abattoir. 

Bref, elle m'a reçu parce qu'elle ne me connaissait pas et puis ce fut au café, la mairie étant trop sophistiquée pour ma petite personne insignifiante, quand on est élu on passe dans la catégorie sociale supérieure qui consiste à négliger les simples administrés sans valeur, c'est du moins comme ça que je l'ai perçu puisque c'est aussi comme ça qu'on me l'a fait comprendre. 

Bref, je lui avais remis un petit dossier que j'avais monté en soulignant ce qui serait à faire pour améliorer les transports urbains afin de faciliter la vie des personne les utilisant, revoir certaines lignes et modifier à coût insignifiant quelques arrêts incongrus et dangereux ; ce dossier, qu'elle n'a certainement jamais ouvert, est aussi très certainement parti à la corbeille, on m'a reçu juste pour le principe puisque cette municipalité a créé des délégués supposément à l'écoute des citoyens sans préciser lesquels et à quelle appartenance politique ils devaient se soumettre pour rentrer dans les papiers des élus. 

Dans ce dossier j'avais précisé l'importance à accorder aux chauffeurs de la régie TUB en mettant à leur disposition des équipements de base à chaque extrémité des lignes de bus, c'est-à-dire un local, type "algéco", avec toilettes, lavabo et machine à café, ce qui se gère par les entreprises spécialisées en la matière.

Les services de lignes de Briançon sont assez serrés, les chauffeurs ne disposent pratiquement pas de temps de pose pour se détendre et assouvir ce que la nature exige, donc obligé d'aller pisser dans un coin de mur, emmener avec soi une thermos de café, bouteille d'eau et casse-croute.

Les conditions climatiques de nos contrées sont aussi défavorables à une sortie extérieure durable, donc une forme de mépris de la profession et des chauffeurs souvent considérés comme de simples ustensiles complémentaires des bus, je connais très bien le problème, je baigne dans le métier depuis des décennies et j'ai eu souvent l'occasion d'être confronté à des situations de ce genre quand je roulais sur Paris et en Alsace.

Cependant je me demande comment est considérée la législation des transports concernant le personnel, ayant aussi travaillé à la RATP, à la SNCF, dans de multiples entreprises de transports de personnes, je sais de quoi ont besoin les employés, il y a des obligations que certaines entreprises ne respectent pas, comme assurer le minimum aux chauffeurs de lignes régulières et urbaines. 

Je connais quelques chauffeurs des TUB, ils sont à la peine mais je ne suis pas sûr qu'ils soient entendus, donc pas écoutés, pourtant la municipalité gère le transport urbain, donc est responsable du bien-être des personnels, j'aimerai bien avoir un avis municipal sur cette étrange façon de considérer les personnels de conduite. 

 Maintenant, comme la municipalité toute neuve a du pain sur la planche pour redresser les "conneries" accumulées par la précédente, je pense que ces critères humains des transports seront considérés et améliorés. 

À suivre.

Bonne soirée à tous et à très bientôt pour autre-chose.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la rubrique "s'abonner" du bandeau droit de cette page

 

Publié dans Briançon et société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article