Neuve de même pas six mois

Publié le par François Ihuel

 

Gaspillage d'argent public ou prestataire indélicat ?

 

Neuve de même pas six mois

Un effort notoire.

La géographie briançonnaise impose des contraintes que ne connaissent pas les rues urbaines des villes et villages de plaine, l'inclinaison de nos rues ajoutée aux gros écarts de températures c'est destructeur.

Craquantes en hiver, fondantes en été, nos chaussées sont à la peine, l'entretien doit être en conséquence, la municipalité précédente a laissé pourrir nos rues qui demandent en presque totalité d'être refaites, un cout énorme et un délai assez long pour y remédier.

Je salue donc la volonté municipale de s'y atteler même si hélas ça ne dure pas longtemps, le superficiel reste fragile, comme souligné dans une page précédente notre climat demande des fondations routières prenant en compte la géographie des lieux et les écarts importants de température.

En montagne une couche d'enrobé doit être épaisse d'au moins 20 centimètres, comme pour les autoroutes, malheureusement on ne se contente que de cinq centimètres sur un support trop meuble pour être stable, voir ma page précédente du 1er Février sur le sujet. 

La "Chaussée", nommée rue de la République, est une de celles qui sont les plus exposées aux problèmes plus avant décrits, reprendre le revêtement c'est bien mais je ne suis pas sûr que ce soit suffisant, la précédente réfection date de 2008 sous l'impulsion de M Alain Bayrou alors maire de la ville, mais c'était à l'occasion d'un évènement sportif double, le tour de France et le Giro d'Italie sur quelques jours. 

Une chaussée qui dure douze ans c'est peu et beaucoup, ça dépend surtout de la façon dont ça a été fait, cette dernière réfection "partielle" de 2008 a été réalisée dans l'urgence et pour répondre à un cahier des charges imposée par la direction du Tour de France, ce fut une couche superficielle qui a duré une dizaine d'années, depuis elle se dégrade très vite d'autant que le tonnage de certains véhicules y est pour beaucoup, j'ai interpellé M le Maire en ce sens il y a peu pour qu'il puisse prendre des dispositions locales sur la limite de tonnage des véhicules empruntant cette avenue. 

Je n'ai pas de réponse, ce qui m'agace un peu, mais je pense que cette importante disposition sera prise en compte et discutée en réunion du Conseil Municipal. Je serai très sensible au fait que la nouvelle municipalité ne fasse pas comme la précédente dont le silence chronique est presque une insulte, je sais aussi que le travail des actuels élus est énorme pour reprendre en main ce qui a été fortement négligé par la précédente municipalité, je mets donc pour le moment cette non-réponse sur ce compte. 

 

Neuve de même pas six moisNeuve de même pas six mois

Travaux récents. (cliquez sur la photo pour l'agrandir)

C'est à la sortie de la zone d'activité, des bordures de trottoirs "déchaussées" par le passage d'un poids-lourd, rien n'est facile sur la route et il est parfois impossible de faire autrement que de monter sur un trottoir bien qu'ils ne soient pas conçus pour cela, par contre que les bordures se soient désolidarisées de cette façon c'est le résultat d'un travail de salaud, de l'ouvrage rapide à prix réduit, forcément les conséquences se font sentir et les coûts de réfection aussi. Qui paye ?

Les contribuables comme d'habitude, cette caisse inépuisable qui sert à tout même à ce qui ne devrait pas exister. On va me rétorquer ce n'est pas la commune mais la communauté de commune, le résultat est identique, c'est le contribuable qui alimente toutes les caisses, qu'elles soient nationales ou locales le porte-monnaies dans lequel on ponctionne c'est le même. 

Ces travaux sont récents, même pas deux ans, c'était la fierté (électorale) de l'ancien Maire.

Alors qui est responsable ? La garantie est-elle applicable ? quand va-t-on faire la réfection ? L'habitude locale c'est d'attendre que ce soit très fortement dégradé pour intervenir, à coûts élevés bien entendu ; pour refaire le même travail de salaud par la même entreprise ?

D'où viennent ces négligences et ces travaux superficiels, d'une négligence de l'entreprise ou de la réfection superficielle à moindre coût ?

Il serait souhaitable que l'ouverture avancée par les élus d'informations municipales puisse répondre, les payeurs sont en droit de savoir ce qui déconne dans ces problèmes incessants et couteux.

 

Neuve de même pas six mois

Travaux encore plus récents. (cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Même pas six mois que cette rue Joseph Silvestre à été refaite, c'est déjà dans un triste état.

Réfections entreprises par la nouvelle municipalité ; je me dis que l'entreprise a une responsabilité sauf si elle a été réglée au ras des pâquerettes, avec dix sous on n'en a que pour son argent, avec cent sous c'eut été certainement mieux. 

Pour moi c'est du travail de dégueulasse, c'est ni fait ni à faire.

 

Neuve de même pas six mois

La même rue.  (cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Un peu plus loin, les plaques de regard d'égout - ou autres - s'affaissent déjà d'un travail négligé, je me demande si ce sont réellement des ingénieurs qui sont à l'origine de ce genre de travaux.

Mais ces défauts sont généralisés dans la ville, il n'y a qu'à voir le boulevard du Lautaret récemment rénové, déjà il est dégradé, alors la route de Grenoble n'en parlons même pas, c'est encore pire. 

 

Neuve de même pas six mois

Rue Alfred Mondet.  (cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Qui dessert Pont-de-Cervières et le collège des Garcins, peut-être la plus dégradée de la ville après que d'autres, qui lui faisaient concurrence, ne soit remises en état mais pour combien de temps vu ce qu'on découvre chaque jour. 

La couche d'enrobé est totalement détruite et se détache par petits morceaux qui restent le long du caniveau, ce qui fait de magnifiques projectiles potentiellement meurtriers quand c'est éjecté par les pneus des véhicules, sachant qu'ici circulent des centaines d'enfants chaque jour scolaire on s'interroge de savoir si la sécurité est une priorité ; on pourrait au moins ramasser les bouts qui trainent, ce qui serait bien vu ; sauf que comme d'habitude on va y coller quelques pelles d'enrobé à froid en attendant un miracle. 

Cette rue voit passer des centaines de véhicules chaque jour dont des cars pour desservir le collège, je m'étonne que depuis des décennies rien n'ait été fait pour sécuriser l'endroit alors qu'il y a quelques années j'avais avancé une possibilité, maintenant presque impossible, pour la circulation en sens unique vers les Garcins.

Il est vrai que c'était l'ancienne municipalité qui n'aimait pas beaucoup mes pages de blog sur ces sujets, pourtant les services techniques prenaient en considération certains de mes signalement, sauf que plus haut il y a des ordres et des contradictions.

 

Neuve de même pas six moisNeuve de même pas six mois

Route des Maisons Blanches.  (cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Côté Est de la ligne de chemin de fer.

Je sais la municipalité soucieuse de l'état de dégradation avancée de la ville, on ne peut tout faire d'un coup, les aléas climatiques, les finances, les disponibilités des entreprises, rien n'est simple et rattraper un retard décennal de négligences c'est un gros travail, cependant ces rues très utilisées demandent des travaux d'urgence. Que faire ?

 

Neuve de même pas six moisNeuve de même pas six mois

Route des Maisons Blanches.  (cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Être piéton demande de l'attention et de la prudence, le mauvais état de la route, sa fréquentation, son étroitesse rendent le parcours piétons très dangereux, j'en ai fait l'expérience ce matin. 

Les trottoirs impraticables impliquent de marcher sur la chaussée, on risque sa vie à chaque pas.

Savoir que les véhicules de la régie TUB sont rudement mis à l'épreuve, la dégradation de certains secteurs leur cause des dommages mécaniques eux aussi couteux, toujours à la charge des administrés, ça fait beaucoup de charges pour les briançonnais pour un résultat pour le moment médiocre.

Espérons que cette ville redevienne accueillante, l'état des route est aussi un facteur de désaffection touristique, ce que beaucoup négligent de souligner.

J'ai d'autres photos, j'arrête là de les mettre, ça fait des pages trop longues non considérées de toute façon.

Bonne journée à tous et à très bientôt pour autre chose. 

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la rubrique "s'abonner" du bandeau droit de cette page

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

NICOLAS FAURE 03/02/2021 11:53

L'avenue de la Gare est dangereuse pour les personnes atteintes de pathologies lombaires.
Je fais désormais le tour par la Durance et la zone.