Pandémie financière mondiale

Publié le par François Ihuel

Pandémie financière mondiale
Pourquoi je ne crois pas à la pandémie mondiale.
Si l'humanité était réellement en danger, comme on tente de nous le faire croire, les laboratoires du monde entier collaboreraient au lieu de se lancer dans une course à celui qui trouvera - du moins le déclarera - le vaccin, encore qu'il faille qu'il soit fiable et efficace, pour ça il faut au minimum deux ans.
Le début de cette pandémie "illusoire" découle d'une économie mondiale qui s'effondre, pour tenter de sauver l'économie mondiale il faut des coupes drastiques et des changements d'importance dans les mentalités, c'est-à-dire influer sur les peuples afin de les rendre vulnérables et soumis ; c'est-à-dire étouffer les mouvements divers à travers la planète entière par ceux qui réalisent enfin qu'ils sont dans l'impasse à cause des gabegies de leurs dirigeants.
Depuis la nuit des temps la peur est le seul réel remède contre les populations vindicatives, le problème de notre époque c'est le surnombre, les dirigeants du monde entier sont dépassés par le nombre et perdent donc le pouvoir de soumission.
Bill Gate tente d'influer sur les populations mondiales en préconisant un vaccin d'office et obligatoire afin de retrouver la vie d'avant, ce qui est une gageure parce qu'à travers ce vaccin c'est justement la fin de la liberté des peuples par injection de nanoparticules qui prendront le contrôle des humains.
Tant que les populations n'accepteront pas le vaccin obligatoire les dirigeants feront durer la comédie du masque et peut-être aussi d'autres méthodes infantilisantes destinées à influer sur les mentalités.
Parce que je me demande par quel tour de magie les politiques peuvent savoir combien de temps durera une maladie sauf s'ils ont fabriqué cette maladie et qu'ils en contrôlent le cours et l'évolution, on est donc condamné à plier ou à porter le masque inutile pendant des mois avec toutes les conséquences qui en découlent.
Réfléchissez à ce que je viens d'écrire, ça peut être utile pour notre liberté.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article