On confirme le 22

Publié le par François Ihuel

 

Sans surprise les briançonnais ouvrent les yeux. 

 

On confirme le 22

C'est clair.

En fait les évènements migratoires de ces derniers mois, fortement encouragés par des élus et plébiscités par quelques candidat(e)s, conjugués à la crise sanitaire hyper dangereuse actuelle, font que la prudence et la raison l'emportent sur la démagogie actuelle et la ruine de la ville. 

Le trio gauche et pro-gauche, tendance droite ou centre, on ne sait plus trop avec la girouette Gryzka qui fort heureusement n'engage pas ses sympathisants certainement abusés par ses magouilles et alléchantes réunions plus festives que politiques, n'a pas réalisé que les briançonnais, à l'instar du reste de la population française, réalisent que quand c'est trop c'est trop.

La supposée solidarité humanitaire qui dépasse tous les excès possibles et imaginables, comme forcer massivement la frontière à Montgenèvre en dépit de notre constitution officielle - les fameuses maraudes si médiatisées positivement par quelques journaux locaux - n'a plus sa place dans la catégorie entraide ; sous couvert d'écologie un parti (vert) encourage largement l'entrée massive de migrants potentiellement malades ou pouvant le devenir, en fait c'est totalement irresponsable sachant que les migrants sains risquent de tomber malade et dans ce cas d'être gravement atteints à leur tour en propageant la maladie à grande vitesse du fait de leurs déplacements hasardeux, c'est l'exact contraire de l'écologie qui englobe la santé alors que c'est l'actuel fer de lance de ce mouvement politique boiteux.

Il n'y a pas besoin de se proclamer écologiste pour faire de l'écologie, pas plus que le social appartiendrait aux socialistes ni que les finances n'appartiendraient qu'aux nantis de droite, chaque citoyen fonctionne fonction de ce qu'il ressent et de ce qu'il a besoin, je ne peux admettre que quelques égarés politisés puissent s'arroger le droit d'influer sur le comportement individuel d'un citoyen en le persuadant que ce qu'il ferait contre son gré serait pour son bien. 

En ce sens je devine les administrés briançonnais lucides et maitre de leur avenir, les consignes de vote des uns et des autres ne sont pas des méthodes visant à travailler pour le bien commun mais à éliminer un adversaire, c'est un piège dans lequel il ne faut pas tomber.

Des convictions de droite favorisants des candidats de gauche seraient la récompense de ceux qui prêchent la haine de n'avoir pas réussi à s'imposer à cause de leur incapacité à être performant ou le devenir, je ne vise personne l'opinion de chacun étant respectable et respectée. 

Je déplore que l'équipe de Stéphan Jules ait fait un si piètre score mais le soutien LREM de Mr Giraud les a défavorisé, ajouté aux annonces coup de point de ces derniers jours de gouvernants hâtif et désordonnés, pris dans la tempête médiatique d'une part et dans l'urgence sanitaire de l'autre, cette liste de droite influencée LREM par "obligation" partait hélas perdante.

Comme elle est composée de personnages que j'estime je n'ai pas voulu inclure d'opinions personnelles la concernant, ce serait une erreur stratégique et amicale, on ne se fâche pas avec des gens pour quelques semaines de divergences politiques qui vont vite retomber dans l'oubli. 

Je devine que les briançonnais vont réaliser qu'il est grand temps de tourner la page désastre de la ville afin de voir plus clair dans l'avenir, celui de Briançon c'est de garder son caractère montagnard avec ses spécificités montagnardes qui plaisent tant aux touristes et vacanciers qui viennent se dépayser chez nous. 

Le béton des promoteurs avides et méprisants n'a pas sa place dans ce caractère de la France profonde que les briançonnais affectionnent, tout comme les nouveaux arrivés en nos lieux apprécient ce caractère si différent du fonctionnement urbain des grandes villes qu'ils ont quitté pour trouver l'apaisement du calme de nos montagnes.

Hors trop de candidats avides, et pourtant certains natifs de la région, ont pour objectif de transformer Briançon en banlieues fortement urbanisées, le mirage du fric qui va les enrichir les fait se saborder et a sur eux l'effet contraire de ce qu'attendent les briançonnais et les habitants des vallées alentours qu'on se doit de garder naturelles et vierges de toutes constructions massives qui les détruisent. 

Hier j'ai eu le sentiment de voter juste et je ne me suis pas trompé. 

Alors pour en finir avec la destruction briançonnaise, l'animosité municipale actuelle qui sépare les administrés au lieu de les rassembler, pour retrouver la sérénité ancestrale de cette merveilleuse régions à préserver, il faut concrétiser ce qui est bien parti, pas de consignes de vote qui de toutes façons ne m'appartiennent pas parce que chacun est maitre de ses décisions, juste un sens de la logique, du réalisme et le retour aux liens amicaux qui font que Briançon a traversé les siècles dans l'unité de ses habitants solidaires.  

Et là nos touristes vont revenir quand la crise sanitaire sera terminée, il voudront retrouver ce qui leur manque, le dépaysement que nos magnifiques montagnes leur apportent, c'est bon pour la convivialité, c'est bon pour le commerce, c'est bon pour l'économie de la ville.

On peut faire fonctionner correctement une ville sans ponctionner abusivement ses administrés, savoir que ce ne sont pas les taxes drastiques de divers expédients municipaux qui font qu'une ville fonctionne bien, c'est la façon de la gérer et de permettre à nos divers commerces et artisans de fonctionner sans non plus les ponctionner à les mettre en difficulté financières, ce n'est pas le prix élevé qui fait la recette, c'est la qualité de nos commerces locaux et la quantité de nos visiteurs qu'on va cesser de matraquer par actuels taxes et péages honteux qui les font partir.

Dans la semaine une autre page.

Bonne journée à tous en restant chez soi, sauf pour ceux qui ne peuvent faire autrement, afin d'enrayer cette pandémie.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

 

Publié dans Briançon et politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article