La controverse

Publié le par François Ihuel

 

Ceux qui créent les problèmes sont ceux qui en tirent profits.

 

La controverse

Ou l'opinion divergente.

Moi je veux bien qu'il y ait discussions sur des points récents et qui demandent réflexion, par contre je me pose la question de savoir ce qui peut justifier qu'un fait avéré, solide, qui est reconnu depuis des décennies, puisse subitement provoquer une controverse inutile.

La gigantesque vague de solidarité envers le Professeur Raoult est le réalisme généralisé de ce qui est censé et logique, sauf pour quelques-uns, ces quelques-uns ont bizarrement une place à défendre et des intérêts à soutenir. 

Mais d'où vient la controverse ?

Pas des personnels de santé, pas des médecins français, encore mois des médecins étrangers, elle n'est créée que par des gens qui ont des intérêts à défendre et des places à préserver, voire à obtenir, lécher le cul d'un politique c'est bon pour l'avenir et ça assure une place dans un ministère même si on n'y connait rien, on en a plein en ce moment, des incompétents qui gèrent ce qu'ils ne connaissent pas. 

La controverse qui secoue le pays, et qui en même temps occupent les français de façon à ce qu'ils ne réalisent pas qu'on est gouverné par des nullités, c'est aussi un écran de fumée, on voit parader des supposés médecins médiatiques, plus détracteurs que soigneurs, qui n'ont donc rien d'autre à foutre en ces temps ou tous les personnels de santé sont sur la brèche ?

Il n'est pas inconnu que les politiques ne dirigent rien, ils exécutent les ordres de ceux qui les financent pour raconter des conneries, en ce moment ce sont des laboratoires, cette puissance financière qui maintient les malades en état stationnaire de façon à ce qu'ils restent malades le plus longtemps possible afin de vendre le plus de médicaments possible, ces médicament qui les tiennent en état stationnaire pour faire durer cette maladie si lucrative.

Qu'on y réfléchisse bien, si les médicaments soignaient réellement il n'y aurait plus beaucoup de malades, donc moins de profits.

Une population ce n'est pas fait pour s'en occuper, c'est fait pour en profiter, les laboratoires de recherche qui se penchent depuis des décennies sur le cancer, sur le Sida, sur d'autres maladies répandues, sont subventionnés par l'État, avec l'argent du contribuable, je doute fort qu'en un demi-siècle on n'ait pas encore trouvé un remède efficace pour soigner le cancer, je reste persuadé, mais ça n'engage que moi, que de faire durer une maladie permet de gagner du fric, quand on a de quoi faire durer la pompe à pognon on ne va pas s'en défaire, on l'entretient.

Donc on entretient certaines maladies très répandues pour l'intérêt, rien d'autre. 

 

La controverse

Les différences.

Un Professeur qui ne travaille que pour la santé publique, son sérieux, sa renommée, sa réputation, ses travaux, ne sont plus à démontrer.

Pas d'intérêts à défendre, juste une réaction de scientifique médical devant une attaque épidémique, il fait son devoir, respecte le serment le serment d'Hippocrate sur lequel il s'est engagé à se dévouer pour soigner les autres.

Rien qu'on ne pourrait lui reprocher si ce n'est qu'il a prouvé que le médicament en question est connu, très répandu, très utilisé depuis des décennies et préconisé par les armées.   

Seulement voilà, c'est peu couteux, il y en a des stock énormes et ça empêche les laboratoires opportunistes de sortir un produit similaire qui coute dix fois plus bien qu'utilisant la même molécule.

La polémique vient du gouvernement à travers des "médecins" douteux plus avides de notoriété que de se soumettre au serment qu'ils ont normalement prêté également. 

 

La controverse

Exemples.

Les médicaux ne s'y trompent pas, allant à l'encontre des ridicules mises en garde de Mr Véran, "médecin" politique, la posologie est appliquée parce qu'elle est efficace. 

On s'interroge donc de savoir pourquoi des journalistes qui se prennent pour des savants, pourquoi des médecins "engagés" qui se prennent pour des journalistes, vont à l'encontre de la presque totalité du corps médical français.

En effet, il va y avoir des comptes à rendre et j'espère que ce gouvernement va tomber, les milliers de plaintes contre l'État déjà engagées doivent se poursuivre.

Le peuple n'est pas à pressuriser ni à se plier aux injonctions de quelques illuminés avides d'intérêts, la République c'est le pouvoir du peuple, pas l'inverse. 

 

La controverse

Caricature.

Je l'aime bien celle-là, elle est très révélatrice des semaines à venir. 

Juste savoir que ça va être récupéré par les syndicats, par des partis politiques, par des opportunistes qui vont faire miroiter la liberté en faisant exactement la même chose.

Demain une page politique locale.

La surprenante théorie du caméléon appliquée par quelque opportuniste aussi, mais de Briançon. 

Bonne journée à tous. 

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article