Réchauffement climatique et responsables

Publié le par François Ihuel

 

Il y a des situations qu'on fait passer de peu d'importance mais qui sont pourtant majeures au réchauffement climatique.

 

Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables
Réchauffement climatique et responsables

Qui en parle ? (Faire défiler les clichés à l'aide des flèches en positionnant la souris sur l'image)

La pollution de la haute atmosphère.

Il y a les navires de commerce, mais ces navires sont sous l'autorité financière internationale et les affréteurs parmis les plus riches au monde, donc on ne parle pas de la pollution par les navires.

Il y a les avions mais les avions c'est une manne colossale de rapports financiers, ce sont des emplois et des revenus d'importance, qui plus est les compagnies sont gérées en presque totalité par des États. Donc on ne parle pas de la pollution par l'aviation.

Il y a les fusées, de plus en plus de sociétés diverses et richissimes se lancent dans la courses avec la bénédiction des structures officielles et bien implantées, la course au profit au moindre cout génère des errances diverses qui créent de plus en plus de problèmes.

Il y a l'automobile qui dépend entièrement des populations en possédant une, voire plusieurs, là il n'y a aucun intérêt financier de grande envergure si ce n'est les constructeurs qui innovent en permanence pour vendre de plus en plus et parfois de l'inutile.,

Mais n'est-ce pas le clinquant, l'image personnalisée qui fait le client ! De ce côté là les constructeurs sont sans limite d'ingéniosité pour faire croire que de la merde c'est la panacé, juste un peu de PUB et quelques exemples factices médiatisés pour appâter le gogo. 

Et puis c'est génial parce que le particulier on peut lui taper sur la gueule autant qu'on veut, formaté pour obéir sans broncher on peut le responsabiliser de tous les maux du monde qu'il fermera sa gueule pour conserver sa précieuse voiture, c'est du vrai beurre afin de tirer de ces gogos avides de liberté illusoire des finances insondables.

La pollution qui serait à l'origine du réchauffement climatique elle n'est pas au raz du sol puisque les éléments terrestres - forêts, mers et océans, végétations - en absorbent une grande partie, par contre la pollution atmosphérique de haute altitude, voire de très haute altitude, personne n'en parle parce qu'on ne la respire pas au niveau du sol mais elle n'est pas non plus compensée par les éléments naturels qui l'absorbent. 

On a aujourd'hui plus de 150 lancements de fusées réussis par an mais on ne compte pas les échecs tout aussi nombreux, ces échec sont générateurs d'explosions à très grande échelle, une fusée ce sont des dizaines de tonnes de carburant qui entre en combustion instantanément. 

Les combustions de haute altitude dégradent à très grande vitesse la haute atmosphère qui nous protège des rayonnement mortels du soleil et de bien d'autres agressions cosmiques.

Le réchauffement climatique ce n'est pas une réponse immédiate de la nature à une nuisance humaine, la réponse se fait des années après, voire des dizaines d'années après, on peut considérer que la pollution atmosphérique de maintenant résulte de la pollution des années 1950-1970, c'est à dire nettement moindre que celle d'aujourd'hui, alors que la Chine fonctionnait encore comme au XIX ème siècle de chez nous tout comme l'Inde.

On peu sans trop d'erreur imputer la pollution de maintenant aux excès des pays occidentaux d'il y a quarante - cinquante ans, quand les USA et l'URSS fonctionnaient anarchiquement en consumant des quantités colossales de carburants divers et d'énergies fossiles comme le charbon.

L'avènement de l'électricité nucléaire aurait pu freiner cette exponentielle pollution si certains "écologistes" anti-nucléaires n'avaient pas brandi le spectre de la peur des ondes radioactives qui pourtant nous traversent depuis la nuit des temps, ne serait-ce que par émanations des sous-sol et sous forme de radiations en provenance du cosmos.

Le réchauffement climatique n'en est hélas qu'à ses tous débuts, les effets de la surpopulation et de l'expansions incontrôlables des dégagements de CO2 dus à l'accroissement de cette population se feront sentir au quadruple dans une trentaine d'années, vu la vitesse à laquelle on brule des carburants en haute altitude il y a fort à parier que d'ici 2050 plus rien ne soit contrôlable, de là les cataclysmes climatiques prendront encore plus d'ampleur, aucune région du monde ne sera épargnée. 

Savoir que d'ici là la population aura encore augmenté pour atteindre environ 11 000 000 000 - onze millards - d'habitants, l'accélération du processus ira crescendo, l'affolement de l'atmosphère aura raison de ces humains trop malins pour réaliser que de faire des enfants en pagaille pour les condamner à une mort horrible signera la fin de cette humanité qui se suicide.

Je ne doute pas un seul instant qu'on en impute la responsabilité aux automobilistes qui ne génèrent pourtant qu'à peine un cinquième de la pollution générale.

Ou alors je suis si con que je raconte n'importe quoi, ce que ne manqueront pas de souligner ceux qui en tirent ponctuellement profits se fichant royalement de l'avenir.  

Alors on attend.

Si je suis encore de ce monde en 2050 je ne manquerai pas de rappeler ce que j'écris aujourd'hui. 

Bonne fin de journée à tous et à très bientôt pour autre chose.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article