Tu charries Charlie ! Non, tu dégueules

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Les troubles troublent tout y compris la retenue et le respect.

 

Tu charries Charlie ! Non, tu dégueules
Tu charries Charlie ! Non, tu dégueules

Sans qualificatif existant.

La liberté d'expression est à l'image d'une certaine nouvelle Justice, ça déborde, ça dégueule, entre une Cour d'Appel qui diminue la peine de djiadistes "français" qui s'exhibaient avec une tête décapitée, et les dessins dit "humoristiques" d'un torchon appelé aussi "journal" qui dégueule lui aussi sur tout ce qui déplaît à ses concepteurs, on se dit que les limites à tout sont largement franchies.

Des excès nait la décadence, il n'y a pas besoin d'étudier les populations actuelles pour réaliser qu'une bonne partie des pays occidentaux dit développés sont entrés en décadence. 

Alors bien entendu je n'ai pas vocation à faire du journalisme même si on a officialisé ce que beaucoup sont en mesure de faire, juste pour fixer des quotas et des limites. 

Mon blog c'est une forme de journal qui n'engage que moi, pas de rédacteur, pas de personnel, pas de vérificateur pour en mesurer le sujet ni l'impact, il est entièrement gratuit donc sans but lucratif, l'hébergeur y insère des publicités mais je ne peux absolument rien y faire et je n'en tire aucun profit, il est accessible à tous, je décide seul de ce que j'écris sur des bases les plus fiables possibles, je peux déborder parfois sur certains sujets, c'est surtout le flou des médias autorisés qui génère ces débordements, le problème du journalisme d'aujourd'hui c'est qu'on n'informe plus les gens, on les formate dans des lignes bien précises en leur inculquant des leçons qu'ils se doivent non pas d'apprendre mais de retenir, qui de mieux que les médias pour ce faire et la télévision en particulier puisque qu'il y a le texte et les images souvent tronquées ou modifiées.

Toutefois, pour le sujet de cette page, on découvre des aberrations qui échappent à beaucoup et une manipulation des masses populaires par des réactions épidermiques sur des évènements dramatiques ponctuels.

Je "journal" Charlie Hebdo" c'est la purulence des médias comme quelques autres heureusement rares, c'est le cynisme mais aussi la méchanceté, limite la haine, c'est la fosse septique de la société, là où se déverse la merde mentale de ceux qui ne savent pas faire autre chose et qui font du fric avec de la merde, mais c'est aussi lu par ceux qui aiment la merde.

Même en me payant je n'acquerrais pas ce journal, je me contente de parcourir parfois les exemplaires laissés dans un coin de gare, dans un car, dans un train, parce que pour pouvoir en avoir une opinion il faut en parcourir les lignes. Déjà la couverture annonce la couleur, celle de la merde la plupart du temps, les pages sont à l'avenant.

S'il y a eu hélas un massacre dans les locaux de ce torchons c'est aussi parce que ce torchon a tout fait pour, j'ai de l'islam une vue différente de Charlie et je pense logique que toutes les religions aient leurs adeptes et leurs lieux de cultes, le problème de la guerre des religions actuelles, puisque c'est le mot juste, c'est l'hégémonie de certains à vouloir que d'autres soient comme eux, on sort du contexte religieux pour entrer dans les problèmes de société, savoir que la seule démocratie musulmane c'est la religion, ça c'est dû au laxisme décennal de nos derniers dirigeants mais comme ils ont été élus démocratiquement (quoi que ! La fraude) ils imposent une fois élus ce que ceux qui les ont élu réfutent, un paradoxe qui laisse découvrir que les élections c'est devenu une mascarade bénéfique au plus offrant par des artifices qui ne se gobent que par les crédules, innombrables.

Journal satirique ça ne veut rien dire à ce niveau, ceux qui ont survécu auraient alors dû alors faire paraitre une parodie du même acabit sur ce massacre en l'enjolivant de merde comme ils en sont coutumier, comme quoi on se donne le droit de vomir sans l'autoriser aux autres.

Les militaires qui sont mort au Mali ont été salis par des gens loin de ce genre de préoccupation, assis devant ordinateurs et autres, à parader bien en sécurité à Paris, protégés à cause de leur débordements, et encore épargnés par les problèmes de terrorismes parce que les militaires luttent en ce sens. 

Drôles de remerciements et abjectes oraisons funèbres fortement médiatisées.

 

Tu charries Charlie ! Non, tu dégueules

L'excuse explicative.

Personnellement je n'accepte pas ce refuge derrière la liberté d'expression pour déborder sans aucune limite, cette lettre c'est même presque une insulte de plus.

Il faut donc que les hautes instances militaires s'indignent pour trouver un prétexte à présenter des condoléances ! 

Les moments dramatiques ne doivent pas soulever d'ironie, où alors c'est nier l'évidence et se retrancher derrière la parodie (ce que font nos dirigeants mais de façon officielle) pour révéler des attitudes. 

Je serait curieux de savoir ce que Riss peut connaitre des problèmes des militaires engagés sur les théâtres d'opération sensibles, ce n'est pas à travers les médias qu'on a des informations en ce sens et puis l'armée n'a pas vocation à mettre en avant ce qui se fait pour la sécurité intérieure et extérieure du pays.

Moi aussi j'ai été militaire, certes dans la marine qui a un autre rôle mais qui est toute aussi utile au pays.

Depuis que l'imprudent Jacques Chirac à supprimé la conscription je doute que les jeunes actuels aient une réalité de ce qu'est la défense nationale, c'est le revers de la médaille et aussi ce pourquoi la société est en dérive par l'explosion de la délinquance et de l'incivisme.

Soutenir des gens qui crachent presque sur la nation c'est absolument insupportable.

Pourtant.

 

Tu charries Charlie ! Non, tu dégueules

7 Janvier 2015.

Une attaque terroriste par deux musulmans radicalisés voulant venger leur prophète fait un massacre à la rédaction de Charlie Hebdo, moi comme les autres je suis atterré par cette boucherie, personne ne cautionne à part les exaltés également radicalisés et de plus en plus nombreux en France, une des causes de la politique suicidaire des dirigeants de la France, du laxisme général et de celui d'une certaine partie de la magistrature en particulier.

Le mouvement d'indignation a été national, toutefois s'il est logique de s'indigner de tels actes je ne suis pas sûr que d'abonder dans le sens du journal ainsi visé soit une réelle cause, les réponses aux provocations sont toujours disproportionnées mais elles relèvent d'une logique, quand on allume une mèche il faut s'attendre à ce que ça pète à l'autre bout de cette mèche, les mouvements sociaux actuels en sont une représentation, dans une autre dimension mais sur le même principe.

La liberté d'expression ce n'est pas s'autoriser tout et n'importe quoi, le problème post-attentat de Charlie c'est l'énorme récupération politique et la manipulation des masses populaires que ça a généré, si je suis pour la liberté d'expression - et j'en use d'ailleurs - et si je suis pour le soutient aux gens qui souffrent, je ne cautionne pas les excès qui génèrent l'inverse de ce qu'ils sont supposés défendre.

Il est totalement inacceptable qu'une municipalité dite "socialiste" récupère des morts pour en faire de la propagande malsaine, pas plus que je n'admet qu'on se servent de l'argent public pour faire de la propagande politique.

"NOUS SOMMES CHARLIE"

Qui ? Moi ! Certainement pas, pas plus que la majorité de la population, juste que des élus abusent de leur fonction et de leur place pour imposer une vue globale sans particularisme et de façon arbitraire.

C'est pourtant ce qu'a fait la municipalité de briançon avec l'aval de son opposition (qui n'oppose pas grand chose d'ailleurs) en incluant dans ses délires médiatiques, par apposition de plaques sur un édifice public, la totalité de la population de la ville ; bien sûr ce n'est pas une dépense pharamineuse, surtout comparée aux autres dans cette ville en déliquescence morale et politique, c'est toutefois de l'argent public et j'estime qu'une partie de mes impôts ne doit pas cautionner la morale douteuse d'un média torchon qui dégueule sur tout ce qui ne plait pas à ses créateurs.

Là aussi, chaque fois que quelqu'un franchi ces portes il devrait donc se sentir obligation de soutenir un journal qui insulte et méprise ! 

C'est ce que j'appelle dégueuler.

Bientôt cinq ans après, les plaques complices de l'abject sont toujours en place.

On est tombé bien bas dans ce pays.

Bonne journée à tous et à très bientôt pour autre chose. 

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article