Terrorisme industriel syndical

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Le terrorisme ce n'est pas spécifiquement

poser des bombes ou égorger des gens.

 

Terrorisme industriel syndical
Terrorisme industriel syndical

Perdu d'avance.

L'entrave au fonctionnement économique par des actes de malveillance volontaires visant à mettre en péril le fonctionnement de la machine industrielle vitale d'un pays c'est passible de la Correctionnelle.

Un syndicat ce n'est pas une armée en guerre contre un ennemi bien qu'il semblerait que certains franchissent le pas allègrement. 

Le droit de grève ce n'est pas le droit de paralysie, c'est l'action de cesser le travail au poste qu'on occupe.

Les dérives successives au fil des décennies ont amené certains "grévistes" à considérer qu'ils s'autorisaient le droit d'empêcher les autres salariés de travailler, c'est totalement contraire au droit de grève. 

Le problème c'est que les autorités, même si elles sont la cible de revendications qui ne sont d'ailleurs que particulières, ont toujours laissé faire alors que la substance même des revendications n'est pas unanimement partagée.

Ce qui est perturbant, parmi ces gens qui se revendiquent de détenir la clef des problèmes, c'est qu'ils semblent trouver anormal qu'on revoit leur "privilèges", en les défendant avec parfois de la violence, alors que ces mêmes personnages sont tout aussi inversement remontés pour dénoncer les privilèges des autres, surtout des riches et des nantis, c'est totalement anachronique.

Le partage semble, de ce fait, très particularisé et ne serait donc valable que si ceux qui sont favorisés le restent.

Chacun pensera ce qu'il veut mais personnellement j'ai travaillé dans les deux secteurs, le privé et le public, je sais très exactement ce qu'il en est des différences sociales et des avantages des uns au détriment des autres, sans préciser pour le moment. 

Empêcher un salarié de travailler parce qu'il ne partage pas l'opinion de celui qui l'empêche de travailler c'est du terrorisme, les AG je connais, les votes à main levée aussi, les pressions du moment, les intimidations, voire les menaces psychiques et parfois physiques par les équipes de choc de certains syndicat c'est aussi une forme de terrorisme.

Que l'on ne s'y trompe pas, si la Justice devait faire la vraie part des situations au regard de la constitution il y aurait des surprises et certainement la dissolution officielle de certains syndicats qui sortent sans vergogne de leur rôle afin d'imposer leur politique politicienne à travers des revendications parfois douteuses.

De l'autre côté le gouvernement a choisi cette date fatidique pour passer cette réforme - que je pense juste dans l'intérêt de tous les salariés et non pas pour certaines catégories de "privilégiés" - parce qu'il compte sur la réaction à chaud de la population en cette période sensible que sont les fêtes, c'est assez faux-cul comme méthode parce que c'est monter et faire se confronter les diverses communautés sociales les unes contre les autres, en clair c'est absolument dégueulasse d'agir ainsi mais les gens qui sont en place actuellement c'est une partie supposée majoritaire qui les a mis en place.

On dit aussi couper des verges pour se faire fouetter.

Si on envoie des CRS pour débloquer des centres névralgiques industriels c'est parce que l'État est dans son bon droit, ne pas se plaindre de prendre des coups quand on va les chercher.

Bloquer un pays par des actes volontaires de paralysie c'est du terrorisme.

La suite dans quelques jours.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article