Faut le faire

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Parfois on se demande pourquoi certains services sont la cible des critiques.

 

Faut le faire

Il faut au moins ça.

Un tel engin de déneigement pour trimballer deux sapins c'est le moins qu'on puisse faire, c'est urgent, Noël c'est bientôt, dans 32 jours.

Et puis le gasoil en ces lieux ça ne coute pas cher, au bas mot ça consomme environ 30 litres à l'heure, ce qui fait environ 100 litres au 100 km, ma foi, dans nos hautes montagnes c'est tout indiqué.

Bref, on ne va pas en faire un fromage.

Par contre !!!!

 

Faut le faire

Pas urgent.

C'est vrai quoi, les sapins ça passe avant la sécurité des piétons et des touristes qui prennent le car.

Et puis les chutes de neige sont récentes, moins d'une semaine, on n'a pas le temps de tout faire en même temps.

Un godet de cette taille pour deux sapins c'est tout juste suffisant, alors pour pousser un peu la neige transformée en glace ça un peu fait léger.

D'autant qu'il en est tombé au moins trente centimètres, ce qui sous nos contrées est colossal et exceptionnel,  surtout en cette saison, nous ne sommes même pas encore en hiver, on va attendre, comme tous les ans, qu'il en tombe encore, c'est vrai quoi, déplacer un engin de déneigement qui consomme 100 litres de gasoil au 100 km c'est excessif pour une si petite butte de glace, parce qu'avec moins douze degrés, ce matin, c'est maintenant de la glace. 

Vers mi-Avril on va faire un tour pour dégager ce qui reste, s'il en reste, après tout, ce qu'on peut faire la semaine prochaine ça peut bien attendre trois mois, c'est comme ça que ça marche aux services techniques, ne pas faire le jour même ce qu'on peut faire plus tard, mais vraiment plus tard.

 

Faut le faire
Faut le faire

Et les piétons ?

Et les usagers des transports ?

Ben comme d'hab, ils se démerdent, c'est vrai quoi, déjà qu'on leur installe, à leurs frais, de beaux sapins synthétiques pour les fêtes tellement proches que ça ne peut pas attendre quelques jours, ils ne vont pas encore exiger d'avoir des trottoirs dégagés !

Non mais alors.

C'est à Monêtiers-les-Bains ce matin 18 Novembre 2019 à 8h30 et 9h30.

Mais ça va être aussi ailleurs dans peu de temps, de la matière première pour mon blog à la gloire des services techniques divers, qu'ils soient communaux ou départementaux.

À très bientôt pour autre chose.

Bonne soirée à tous. 

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

 

Publié dans Communauté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cece 28/11/2019 09:42

Sérieusement,tentez de faire ce job une nuit et on en reparle.... Pour moi habitante des montagnes également c'est très bien déneiger... Critique complètement inutile

francois.ihuel15.over-blog.fr 28/11/2019 11:26

Ah ah ah, mort de rire, à croire que ne travaillent que ceux qui sont au boulot de bonne heure, ma foi je comprends que ce soit pénible mais c'est un choix. Juste pour vous informer que je connais un peu de ce qu'est le travail : 1967/68, travail de nuit en qualité d'artiste de cabaret à Paris ; 1968/69 Marine Nationale, marin embarqué sur un escorteur d'escadre, tempêtes, quart de veille, escales diverses, etc. ; 1970, SNCF, conduite des trains, dont aussi sur machines à vapeur encore en service à l'époque, rouler de nuit, découché, décalage des heures de travail, pénibilité, etc. ; 1971/72, Commis d'abattoirs de Vaugirard à Paris, Corbeil-Essonne et Montceau-les-Mines, travail pénibles et de force, horaires extravagants, de 4h00 du matin à 18h30 le soir, livraisons en plus, semaines de 90 heures de travail, autre époque autres pratiques ; 1973/75 livraisons de nuit, application de mon métier d'électricien en industrie, puis travail en imprimerie, les 3/8, semaines de six jours, travail pénible dans les odeurs de solvant divers et le bruit infernal, livraisons de bouteilles de gaz en semi-remorque, 700 bouteilles par jour à manipuler à la main ; 1975/80 Chauffeur routier toutes distances, jour et nuit, bouffer des kilomètres et livrer des clients en haute montagne par tous les temps ; 1980/83 Chauffeur routier spécifique pour secteurs géographiques difficiles, montagne particulièrement ; 1983/2001, conducteur de métro et de RER, horaires décalés, un seul week-end à la maison sur six, travail les jours de fête, vie de famille perturbée, insécurité permanente des lignes de train la nuit, agressions diverses, incivilités, agressions physiques, insultes, dans le même temps et en double emploi conducteur de car toutes distances, entre 120 et 150 heures de travail cumulé par semaine 7 jours sur 7 - ce que ne font même pas dans le mois les employés communaux - sans RTT et autres facilités de repos divers ; 2001 à aujourd'hui, retraité salarié, conducteur de car à bientôt 70 ans pour répondre aux demandes de ceux que j'aide, j'écris des livres, j'anime mon blog, je fais un peu de politique, je m'occupe de ma maison et de mon ménage puisque seul, je dors aussi parfois, il m'arrive d'aller pisser, de chier aussi de temps en temps, je ne me branle presque plus parce que ma zigounette est plus souvent à six heures trente qu'à midi moins dix, je sors faire mes courses et j'aide comme je peux ceux qui en ont besoin. Je continue !!!!!! Je vous remercie donc de m'informer qu'il y a des gens qui travaillent comme des forcenés la nuit et parfois le jour, si c'est pour laisser le bordel qu'on voit souvent au bord des routes, sur les emplacements de bus, sur les trottoirs, alors je vous respecte de tant d'efforts pour un travail quelque peu bâclé. Si vous m'y invitez je peux venir vous donner un petit coup de main, le travail je connais. Bien à vous

Cece 28/11/2019 09:38

N'allait jamais dans le Vercors chère Monsieur....

Anonyme 27/11/2019 21:13

Vous avez rien d autre a foutre que de critiquer les gens qui bossent ???

francois.ihuel15.over-blog.fr 28/11/2019 09:09

Si, je bosse aussi. Qui plus est je ne suis pas anonyme, j'ai les couilles de signer mes écrits et je raconte tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, trop bas d'ailleurs, sinon ça changerait pas mal de choses