Routeferrage

Publié le par François Ihuel

 

Ma foi !!!

En opposition au ferroutage.

 

 

Routeferrage

Combien ça coute ???

Je m'étonnerais toujours de certains paradoxes, mettre un wagon "chasse-neige" sur un camion pour l'amener d'une gare à une autre en convoi exceptionnel routier ça interpelle.

Pas bien lourd le wagon d'ailleurs, 10 tonnes à tout casser - à moins qu'on ne le leste - il ne faudrait pas qu'il y ait de grosses chutes rapprochées et fréquentes.

En principe, mais je ne suis pas ingénieur, on place une lame devant une motrice pour que la masse de cette dernière puisse compenser la force que crée la neige en quantité qui, quand elle est poussée, oppose une résistance d'autant plus importante qu'elle s'accumule en avant du convoi proportionnellement à la force qui s'y exerce en opposition.

Il est vrai que les chutes de neige de ces dernières décennies, à quelques exceptions près, sont insignifiantes, à tel point que quand elles sont normales on les trouve exceptionnelles.

Bref, avoir des rails pour ne pas s'en servir autre que des liaisons voyageurs - et encore, quand tout va bien - ça soulève quelques questions, depuis longtemps je me demande d'ailleurs pourquoi certaines marchandises, qui montent à Briançon, ne sont pas acheminées par le train, connaissant le réseau routier de cette partie des Hautes Alpes ce serait un soulagement pour les chaussées déficientes et la célèbre traversée de La Roche-de-Rame qui fait polémique depuis des décennies.

Parce que pour pousser ce wagon il va falloir une motrice qu'on fera monter de Valence, j'espère au moins qu'elle viendra par les rails parce que le poids n'est pas le même, 80 tonnes pour les plus légères, juste se demander si d'accrocher ce wagon derrière la dite motrice n'aurait pas été plus économique ?

Un convoi de trois camions de bonne taille qui consomment plus de gasoil qu'il n'en faudrait pour ce malheureux wagon, c'est bien dire de faire le contraire de ce que la supposée qualité de l'air des montagnes tend à offrir, en matière de lutte contre la pollution il y a mieux. 

Bien entendu il faut aussi des camions-grues pour remettre ce wagon sur les rails, donc encore de la pollution supplémentaire et du fric dépensé, décidément on déraille à la SNCF.

Au pire, avec un système de couplage Scharfenberg hybride adapté à un attelage classique, on met le wagon derrière une rame voyageur.

Bref, quand on a des sous à gaspiller autant que ça se sache donc que ça se voit, il est vrai que le pognon de la SNCF est majoritairement celui des impôts et s'il y a déficit l'État effacera la dette, compensée bien entendu avec les mêmes impôts, dans le domaine du gaspillage de l'argent public quelques milliards ne feront pas la différence, on est habitué et puis qui sait, on empruntera encore. 

C'est franchement pratique la tirelire fiscale inépuisable.

Sauf erreur ce sont des têtes pensantes qui organisent des conneries pareilles, comme quoi faire des études et avoir des diplômes n'est pas forcément gage d'intelligence ni n'est écologiquement efficace.

Ce n'est pas la peine de nous casser médiatiquement les couilles en prônant le ferroutage, afin de limiter l'impact pollueur et destructeur des routes par les camions, pour faire exactement l'inverse. 

Bonne journée à tous.

  

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article