Des voeux !

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Je suis plutôt cartésien, je préfère la philosophie de René Descartes que les discours d'Emmanuel Macron. 

Des voeux !

Ni modèle ni repère.

La philosophie enseigne beaucoup de choses, les choses enseignent la philosophie, la boucle est bouclée, enfin presque.

La réalité n'est pas dans les mots, elle résulte d'un vécu, de preuves tangibles, de modèles concrets et palpables.

Le reste c'est du vent exploité par ceux qui créent ce vent.

 

Des voeux !

Au hasard.

J'ai "piqué" cette image Internet, il y en a des centaines de milliers chaque année qui attirent l'attention suivant ce que chacun cherche sans d'ailleurs jamais le trouver.

L'origine des voeux est obscure, on l'attribue aux Romain - d'ailleurs tout ce qui est obscur est attribué aux Romains - mais il est certainement plus logique de l'attribuer au juifs de l'ancien testament, c'est à dire à partir d'Abraham, en des temps obscurs qui sont tout aussi opaques que la vérité elle-même et très antérieur aux Romains.

On peut logiquement attribuer le fait de vouloir - racine de voeux - à un fonctionnement religieux, dans le contexte de ces époques lointaines ces voeux avaient une autre signification que la nôtre, ou plutôt des nôtres puisque les voeux sont devenus un business tout aussi lucratif que Noël - également religieux - Pâques - également religieux - et autres exploitations de la crédulité humaine pour enrichir certains au détriment de tous les autres, ce qui est aussi un précepte religieux mais il est conseillé de ne pas en parler. 

Si on creuse un peu on réalise que presque toutes les grandes religions ont pour origine Abraham, donc le peuple juif serait universel même à travers leurs plus durs opposants puisque c'est de cet instant que l'émergence des différentes religions s'est fait marquante entre frères juifs génétiquement identiques. (C'est plus compliqué mais je résume)

 

Des voeux !

Également piquée au hasard.

Il y en a tellement, plus niaises et débiles les unes que les autres.

Maintenant c'est l'intention qui compte, juste savoir si les attentions intentionnelles des uns ne font pas l'inattention des autres.

Comme tout le monde j'ai longtemps cru à beaucoup de choses, au Père Noël avant toutes puisque dès que le bambin commence à percevoir le sens des mots et des gestes on lui induit immédiatement des tas de conneries qui vont orienter sa vie future.

Donc la première connerie que j'ai perçu c'est Noël, bien qu'en 1953 on m'a induit que c'était d'abord un acte religieux qui débutait une année d'enseignement, du moins les sept premiers mois dans lesquels on retrace la vie entière de Jésus de Nazaret jusqu'à sa mort et sa potentielle résurrection, puis sa montée aux cieux, jusqu'à l'Assomption de Marie le 15 Août de chaque année. 

Donc la messe de minuit qui ouvrait une période catéchiste. Maintenant c'est le dieu commerce qui a remplacé Jésus et les multinationales qui ont remplacé la crèche, il y a plus de monde au restaurant qu'à la messe de minuit bien qu'on y reçoive aussi à manger, il est vrai qu'à l'église c'est nettement plus chiche, une simple ostie et même pas un coup de pinard réservé à l'officiant, on peut comprendre les choix.

Par la suite, j'ai été imprégné de multiples conneries qui ont embrouillé mon cerveau afin que je rentre moi aussi dans le moule, pas que les religieuses, les autres, les commerciales et les politiques alors qu'à cette époque on n'était pas au millième de ce qu'on incruste dans les cerveaux des enfants de maintenant. 

 

Des voeux !

Chaque année pousse l'autre.

Une logique comme chaque jour pousse l'autre, chaque minute aussi et ainsi de suite dans la continuité.

De vouloir souhaiter quelque chose à d'autres, proches ou pas, ne changera rien de ce qui fonctionne, juste qu'on profite de ce moment où la Terre a fait son tour du Soleil pour se rappeler qu'on n'est pas seul au monde.

Je bosse le jour de l'an et la veille, je coupe donc le son de mon téléphone pour faire une nuit sereine.

Alors voilà mes voeux pour 2019, que ceux qui me connaissent sachent que je reste fidèle contact ou ami suivant qu'on interprète certaines définitions, s'ils en ont l'ambition je ne doute pas qu'ils y parviennent.

Ceux que je ne connais pas je ne leur souhaite rien puisque je ne les connais pas.

Il reste les autres, dont des proches et même de la famille, ceux qui se rappellent que j'existe juste le temps d'envoyer un SMS de voeux dont je me fous royalement parce que je préfère le bisous d'une visite surprise agréable qu'un contact virtuel qui n'a aucun fondement. 

Puis ceux qui m'ont volontairement oublié, ce dont je les remercie d'ailleurs parce qu'ils me rendent un grand service en ce sens, par contre à ceux-là je ne leur souhaite que des emmerdes à la hauteur de celles qu'ils m'ont créé, s'il y a une chose à laquelle je crois c'est la Justice immanente, c'est une forme de retour de bâton qui frappe ceux qui s'en sont servi pour nuire.

Je ne particularise pas, les uns comme les autres se reconnaitront.

Alors ceux qui font des dettes continuez à faire des dettes, ceux qui sont sympas continuez à être sympas et ceux qui m'ignorent 364 jours sur 365 continuez à m'ignorer, ceux qui picolent continuez à picoler, ceux qui fument continuez à fumer, et ceux qui baisent je les envie parce que je commence à être plus facilement à six heures et demi qu'à midi moins dix.

Bonnes journées à tous.

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article