Les têtes pensantes de la ville

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Celles qui pensent mais ne pansent pas. 

 

Les têtes pensantes de la villeLes têtes pensantes de la villeLes têtes pensantes de la ville
Les têtes pensantes de la villeLes têtes pensantes de la ville

Rue René Froger. 

J'ai un peu de mal à comprendre la finalité de cet engorgement, parce que détourner cette rue vers une autre rue aussi compliquée c'est vraiment créer des problèmes en plus, déjà que la circulation est merdique dans cette ville. 

Si en période inter-saison c'est calme je crains quelques problèmes majeurs pour l'hiver. 

 

Les têtes pensantes de la ville
Les têtes pensantes de la ville

Bus urbain.

Qui mesure à peine dix mètres, soit une dimension inférieure à la dimension "standard" qui est de douze mètres.

Il y a de plus en plus de car de treize mètres, leur inconvénient étant d'avoir un empattement important qui oblige à prendre large dans les virages, dans ce cas de figure le chauffeur est donc obligé d'aller chercher sa distance de sécurité en empiétant sur la totalité de la partie gauche, ça c'est quand tout va bien, ce qui est déjà un problème dans ces virages serrés. 

Connaissant l'indiscipline chronique d'une partie non négligeable d'automobilistes, on devine déjà que quand la saison va commencer je ne doute pas un seul instant que ces magnifiques emplacements, si alléchants pour stationner, ne soient rapidement utilisés, même s'il y a des panneaux, connaissant la désinvolture chronique du respect de la réglementation, sachant qu'à Briançon la permissivité et l'excès sont les maitres mots, on va avoir quelques surprises surtout quand il va tomber de la neige que les engins ne dégageront, comme d'habitude, que sur une largeur de lame, s'exonérant de réfléchir si des fois des véhicules plus conséquents puissent également avoir le besoin de passer par là, même si ces "déneigeurs" conduisent ce genre de véhicule, on voit ça tous les ans, surtout dans les rond-points.

Savoir aussi qu'il y a des cars qui mesurent quatorze mètres, d'autres quinze mètres, là on va avoir du souci, le croisement de deux cars dans ce virage à la con, avec des véhicules stationnés à l'arrache et des tas de neige entassés au petit bonheur ce ne sera pas celui de tous. 

Sachant aussi que les chauffeurs de cars étrangers se fichent souvent royalement de l'emplacement où ils se posent, je prévois un bordel pas possible qui va exciter certains nerfs et créer quelques scènes difficiles, voir en venir aux mains (déjà vu) à cause d'une tête pensante qui a pensé à tout sauf à l'essentiel et à l'utile. 

À ça on va ajouter l'intersection de la rue René Froger avec l'avenue du Gal Barbot et voilà des situations futures hivernales qui vont générer le super bordel qu'on a déjà en temps normal sans ces conneries d'ingénieur. 

Ça sert aussi à ça les études d'ingénieur, à créer des complications là où il y en a déjà.

 

Les têtes pensantes de la ville

Le puzzle briançonnais.

C'est qui est bien dans cette ville, on fait les travaux au compte gouttes, c'est vrai quoi, des années du bordel qui emmerde les administrés ce n'est pas suffisant, on ne rafistole la ville que par tronçons, il est vrai que pour refaire les rues il n'y a pas de sous, il n'y en a juste que pour faire des conneries visuelles histoire que quelques guignols élus pavoisent et se targuent de travailler pour la ville, par pour les habitants de la ville, juste pour la ville, de façon à bénéficier d'enveloppes complaisantes qui font avoir des marchés immobiliers à quelques promoteurs qui se foutent éperdument de détruire l'âme de Briançon du moment qu'ils peuvent placer leurs billes pour faire du fric, que les briançonnais en subissent les conséquences ce n'est pas de leur ressort.

Alors on ne fait qu'une partie de la chaussée, la suite attendra quelques dizaines d'années de plus, les garagistes vont encore se régaler à changer amortisseurs, biellettes diverses et autres organes de roulement mis à très rude épreuve à cause de l'incompétence des élus. 

Cette partie de la rue René Froger est des plus dégradées, c'est pour ça qu'on la laisse en l'état. 

 

Les têtes pensantes de la ville
Les têtes pensantes de la ville

Là aussi.

Cet arrêt de bus est en mauvais état mais là non plus il n'y a pas de sous, il n'y a plus d'enrobé à froid pour boucher les trous, pourtant un exercice municipal bien rodé, c'est que ça coute cher l'enrobé, moins que les constructions HLM pour les vieux mais ce n'est pas le même usage. 

Est-ce que je parie que dans un mois ce sera toujours pareil ?

Voire plus dégradé puisque les trous ça ne se rebouche pas tout seul, sauf si la neige vient les boucher, comme ici c'est souvent très négligé on aura, comme tous les ans, un accès aux bus des plus difficile et dangereux, parce que ce que la mairie évite soigneusement de mettre dans sa sucrerie municipale, le petit journal de propagande "Place Publique", c'est le nombre de personnes qui chutent et se blessent à cause des négligences de déneigement et de déglaçage, les blessés se compte par dizaines tous les hivers et à cause des négligences laxistes municipales, il est vrai que c'est la SÉCU qui prends les frais de soins et d'hospitalisation en charge, sur le dos des administrés puisque là aussi ce sont eux qui payent. 

On va encore entendre les vacanciers nous demander si on paye des impôts dans cette ville. 

C'est beau une gestion bordélique.

Je ne doute pas un seul instant que la propagande du maire actuel va illuminer les pages de la sucrerie municipale avec force photos choisies, nettement différentes des miennes mais ça ne sert pas la même cause. 

Attendons le printemps, j'en aurais fait d'autres.

Bonne journée à tous et attention aux coups de Soleil. 

Ah merde, il y a des nuages au ras du sol. Pas de pot.

Bonne journée quand même. 

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

Publié dans Briançon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article