Suivez les Thraces

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Ceux venues du Sud mais n'ayant rien à voir avec les envahisseurs de la Grèce antique qui d'ailleurs ont eux aussi subit des invasions, non désirées ces dernières.

 

Suivez les Thraces

D'autres traces.

Bien que le sujet soit passionnant il est plus à noter la dérision journalistique des différentes interprétations que le sujet lui-même, on devine presque un motif de justifier l'inacceptable histoire de faire passer un message que la majorité refuse.

Donc nos journalistes locaux se lancent dans une diatribe qu'on pourrait aussi assimiler à une infatuation qu'ils voudraient pourtant lumineuse au point de servir certaines causes au détriment d'autres.

Mais le journalisme actuel n'est-il pas aussi une machine à laver les cerveaux, une pédagogie parallèle à l'éducation nationale avec des effets plus efficaces d'ailleurs, puisqu'il est plus facile de faire avaler ce qu'on voudrait révéler réel alors que ce n'est que de la manipulation mentale à travers les médias.

De ce côté-là rien de nouveau d'ailleurs, et puis ils sont payés pour ça, on ne fait pas l'école du journalisme pour sortir des fadaises ou des feuilles blanches, un journal il faut le meubler, l'enrichir - quoi que ! - donc aussi se faire le chantre de la critique de la critique. Et puis être instruit ne rend pas intelligent.

Donc, pour certains journalistes, que je préfère "journaleux", tout ce qui ne cadre pas avec leur objectif est forcément dérisoire, voire puéril, c'est avant tout ce que révèle cet article qui sert de support à cette forme de critique.

Bien joué puisque c'est aussi le but des journaleux payés, ou plutôt "achetés", afin de suivre une ligne de conduite dite et imposée. 

Sachant comment certains de ces derniers sont pro-migrant au service d'une cause douteuse on ne peut que constater leurs obligations à suivre des directives imposées, sinon plus de subvention, donc plus de journal, donc plus de journaleux, chacun défend son bifteck comme il le peut même s'il ne le veut pas, localement c'est très parlant et tellement flagrant. 

J'ignore si quelques internautes de la "webosphère" - ça fait bien ces nouveaux mots - s'échangent des noms d'oiseaux puisque j'évite de surenchérir certains commentaires effectivement affligeants, ce que je devine c'est l'attention qu'apportent nos journaleux locaux à les prendre en considération pour les tourner en dérision, ce qui, finalement, a tout de même un effet, faire réagir à travers un article de journal, on règle ses comptes comme on le peut.

Un paragraphe entier pour que des journaleux se débarrassent de leurs propres tensions intestines - chacun son tour - en responsabilisant d'autres tout aussi concernés par les mêmes maux, il y a une méthode plus simple et plus efficace, il ne suffit que d'aller au toilette et chier un bon coup sans oublier de se torcher le cul, pour ça il y a le papiers insipide de quelques pages toutes aussi insipides de ces quelques journaux locaux. Il faut bien que le papier des journaux serve à quelque chose de valorisant.

Bref, j'adore ces joutes planquées dans les lignes, où plutôt entre les lignes, mais il y a quand-même un sujet sérieux, c'est que même si on est pro-migrants, même si on est acheté pour se taire sur certains sujets, ou pour écrire n'importe quoi et surtout des conneries par d'autres, on ne reste pas insensible aux nuisances qui sont le résultat de la migration intensive imposée par nos propres dirigeants qui, au lieu d'exercer leur rôle comme la constitution le stipule, font exactement le contraire en imposant aux populations ce que ces dernières refusent.

Ce n'est pas tant que des individus divers laissent leurs merdes derrière eux qui est le réel problème, puisqu'on peut constater à longueur d'année qu'il n'est pas nécessaire d'être originaire d'Afrique pour être dégueulasse, les "no-borders" et zadistes divers, presque tous des assistés sociaux d'ailleurs, nous donnent régulièrement une leçon de crasse et d'associabilité en répandant un peu partout, partout où ils passent et séjournent, le résultat de leurs débilité et de leur crasse chronique. 

Il est vrai que depuis l'avènement écologiste politique les endroits encore épargnés par la connerie humaine sont à leur tour tachés de ces empruntes néfastes que seul l'homme est en capacité de créer, comme quoi dans le règne animal on peut se poser des questions quant à la place hiérarchique qu'on occupe réellement puisque la totalité des nuisances qui détruisent la terre n'est que du seul fait de l'homme. Le sujet est vaste et compliqué, il est plus facile de réglementer un imbécile qu'un érudit, ceci explique peut-être cela.

Ce qui est étonnant dans ce sujet ce sont les motifs de "l'exode" des profiteurs de la manne financière européenne, comme si depuis des milliers d'années on se soit subitement rendu compte que des peuples, incapables de s'auto-gérer de façon civilisée, aient un subit besoin de venir vivre aux crochets de ceux qui savent comment faire fonctionner une société, si on creuse un peu on réalise tout de même que d'avoir voulu imposer une civilisation incompatible à des peuples de culture opposée à la notre a engendré ces problème grandissants de façon exponentielle. 

La crasse et l'abandon d'un minimum social appartiennent à certaines cultures qui s'en satisfont, peut importe l'impact puisque quand on vit dans la merde on ne réalise pas que d'autres en subissent aussi les conséquences. 

Je ne vais pas refaire l'article mais si, comme c'est soigneusement mis en avant par les journaleux, les candidats à la vie facile sont confrontés à la mort - quelle idée aussi de gravir le col de l'Echelle en plein hiver - c'est parce que ceux qui vont les chercher les précipitent dans ce contexte, je doute qu'un seul africain venant de contrées où il fait régulièrement 30° soit assez stupide pour aller volontairement et de son seul chef franchi des montagnes à plus de 2000 mètres d'altitude par 20° sous zéro avec trois mètres de hauteur de neige.

Alors avant de marquer des conneries dans des pages pour une fois riches au milieu des sucreries habituelles, on analyse de savoir pourquoi les autochtones, appuyés par quelques associations douteuses, et surtout localement subventionnées, s'ingénient à faire passer ces gens déboussolés en ces endroits si difficiles et si dangereux si ce n'est autre que pour faire du sensationnel, de là à dire que ces africains sont exploités pour faire du sensationnel médiatique il n'y a qu'un pas que certains ont franchi. 

Ce qui rejoint ma page du  27 Avril 2018 "Pompe à migrants, humains exploités des médias", difficile de ne pas trouver un rapport direct entre ces faits et les sujets récurrents pondus par le journal local. 

Et puis pour en revenir à du plus terre à terre, on semble encore une fois viser les services de nettoyage municipaux, donc nos employés communaux, alors qu'il serait plus réaliste de cibler ceux qui foutent la merde, puisqu'ils amènent une main-d'oeuvre "d'esclaves noirs" autant leur faire ramasser la merde qu'ils foutent. 

La migration laisse des traces, les organisateurs de la migration aussi.

Dommage, pour une fois que la page sucrerie - dite aussi page Briançon - pond un article alléchant il est une fois de plus détourné et utilisé à des fins de propagandes à la gloire de ceux qui savent accueillir sans pouvoir assumer. 

Ce serait presque amusant si ce n'était si navrant.

A très bientôt pour autre chose.

Bon samedimanche à tous.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

 

 

Publié dans Briançon et société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article