Putain, j'me casse.

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

C'est marrant la vie, à force de déceptions on prend un autre virage.

 

Putain, j'me casse.

Bretagne.

Normalement tout le monde reconnait mais des fois je précise quand-même, je réalise, à mesure que je prends de l'âge, que les lacunes intellectuelles touchent les plus basiques évidences chez de plus en plus de monde. 

La Bretagne je connais un peu d'y avoir vécu quelques années durant ma prime enfance et d'y avoir des contacts et de la famille.

J'y ai également habité épisodiquement comme dans beaucoup de régions de France puisque ma stabilité légendaire ne m'a permis de déménager seulement que quarante trois fois et ne m'a permis de n'exercer que onze métiers différents chez quelques soixante trois employeurs.

J'ai donc encore de la marge et beaucoup de choses à découvrir.

Je pensais retourner à Paris mais le prix de l'immobilier y atteint des sommets qui dépassent même mes plus folles espérances, il y a donc un choix à faire et le mien va être de bientôt quitter la région PACA pour des contrés plus calmes et moins onéreuses, d'habiter le trou du cul du monde n'est pas critère de bien-être ni critère d'économie puisque les populations des zones touristiques sont pénalisées de subir les mêmes tarifs que les touristes. 

 

Putain, j'me casse.

Pour ceux qui sont aveugles.

La municipalité affiche donc un peu partout, aux différentes entrées de la ville, que cette dernière est en travaux, annonces inutiles mais ça permet de justifier l'injustifiable, il y a même des panneaux indiquant les jours de fermeture de certaines rues comme il y en a pour les périodes de fermeture des cols.

Bref, c'est le bordel à Briançon comme jamais ça ne l'a été depuis sa création il y a quelques siècles, de quoi en avoir raz la casquettes de galérer pour circuler, pour respirer sereinement, pour tenter de trouver un secteur calme, etc..

Ça fait maintenant neuf ans que ça dure et chaque année est plus compliquée que la précédente, les touristes ne viennent plus, les riverains sont au bord de la dépression, nos enfants souffrent de la pollution, nos vieux souffrent de ne pouvoir aller ailleurs, sinon tout va bien et Mr le Maire est content, d'ailleurs il n'en peut plus de s'encenser, il doit avoir des Pampers ou changer de slip trois fois par jour, une telle autosuffisance ça frise la paranoïa, ma foi on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même. 

Ma voiture, à l'entretient aux coût largement augmentés par l'état des rues de la ville, souffre tout autant que les voitures, camions, cars, cycles divers de pratiquement la totalité des habitants de la ville de Briançon, depuis plus de neuf ans que le "maitre" est en place, celui qui n'en fait qu'à son bon vouloir, les seules rues qui ont été refaites c'est la route de Grenoble, et encore elle a été commencée par son prédécesseur, et il n'a fallut finalement que huit ans pour ne la rénover que provisoirement sur environ deux kilomètres de chaussée, quand on pense aux voie romaines autrement mieux construites en des temps plus court on se pose la question de savoir combien il va falloir de siècles pour que la ville de Briançon soit carrossable pour la sécurité de ceux qui en empruntent les rues quotidiennement, parce que ça aussi le maire il l'ignore, que la dégradation des véhicules due aux dégradations des rues dégrade aussi la sécurité de tous.

J'écris "provisoirement puisqu'elle est déjà dégradée en plusieurs endroits ce qui va vite lui faire retrouver son état d'origine, celui que les briançonnais connaissent depuis plus de cinquante ans.

Puis le boulevard du Lautaret qui est devenu tellement compliqué dans sa rénovation que de se croiser à deux véhicules relève de la haute voltige et de la plus grande prudence, donc des rénovations couteuses, très mal faites pour un résultat médiocre, il est vrai que le chantre de la ville nous distille une mélodie, inaudible pour la plupart, mais qui satisfait son "moi second", sa suffisance à se mettre toujours en avant pour nous démontrer qu'il est nul à chier en matière de gestion municipale ressemble fort à une prétention insolente qui le place au dessus de Dieu le père lui-même.

D'ailleurs ça se voit sur les photos, on y voit le monarque toiser d'importance ses subordonnés et son entourage, soigneusement prises par quelques journaleux locaux achetés pour leur silence à ne pas dénoncer ce qui devrait pourtant être leur rôle. Mais on a l'habitude et c'est aussi ceux qui nous pondent chaque jour quelques pages insipides de sucreries locales heureusement égayées de quelques publicités largement étalées dans le même journal, finalement la pub ça rapporte autant que les subventions diverses qui permettent à ces divers journaux plutôt minables de continuer à être imprimées. 

Ma foi, il en faut pour tous les gouts et surtout les dégouts.

        

Putain, j'me casse.

Sur le papier ça jette.

D'évidence on ne peut avoir du neuf sans passer par les travaux, juste que de faire du neuf supposé clinquant dans une ville en ruine et dans laquelle il est impossible de circuler correctement ça fait désordre, il va y avoir des logements sociaux et on sait d'avance ce que ça veut dire et ce que ça va vite devenir, puis des logements pour les seniors, avant on disait vieux mais ça fait péjoratif, alors pour cacher cette honte de vieillir on met un beau motif linguistique pour passer la pommade, il est vrai que quand on voit comment survivent certains vieux il est préférable de les cacher, on ne présente donc que les seniors, ceux qui ont les moyens d'investir dans des beaux logements HLM améliorés plantés au milieu de cette même ville en ruine. Avant d'avoir une telle végétation luxuriante nos petits enfants pourront investir, en qualité de seniors, dans les ruines que seront devenus ces HLM mal construites.

Mais pour les occuper, les vieux seniors ou les seniors pas trop vieux, on fait un cinéma multiplex, une médiathèque, enfin toutes ces conneries couteuses qui passent largement avant l'entretien basique de la ville qui en souffre, il est vrai qu'avec les impôts détournés de leur origine on peut se le permettre quand on est maire d'une ville. 

L'imposition des briançonnais est donc détournée pour le plaisir d'un seul homme et l'enrichissement des investisseurs et promoteurs qui ont trouvé un sacré pigeon à plumer, je ne doute pas que la retraite de Mr le Maire se déroulera sans un seul jour maigre, les enveloppes doivent encombrer sa boite personnelle mais ça n'engage que moi en me doutant tout de même que d'avaliser autant de travaux, pour beaucoup largement superflus, doit passer forcément par le graissage financier complaisant incontournable. 

Être élu c'est aussi pour s'enrichir sur le dos de ceux qui ont du mal à vivre, mais c'est à tous les échelons de l'Etat. Si on réalise l'incongruité des dépenses financées par le détournement des impôts qui devraient servir à l'entretient de la ville il est possible de déposer une plainte pour détournement de l'argent public puisque les constructions du maire ne servent pas les intérêts des briançonnais mais ceux des investisseurs et promoteurs divers, les habitants continuent de vivre dans le bordel consécutif à l'abandon de l'entretien de la ville par son maitre. 

          

Putain, j'me casse.

En fait je n'en sais rien.

J'ignore combien de temps il me reste pour profiter d'une retraite que je n'ai pas encore prise, ça peut aller de quelques mois à plusieurs dizaines d'années, toutefois quelle qu'en soit la durée ça va se passer ailleurs qu'au milieu de chantiers permanents, à Briançon, au bas mot il y en a pour au moins encore dix ans de chantiers divers, pas sûr que tout sera fait et certainement pas les rues abandonnées depuis des décennies. Et encore, c'est sans compter sur les défauts divers, les reprises de travaux des dégradations des installations de chauffage urbain, etc. 

Si tout va bien à la fin du mois d'Avril 2019 j'arrête de travailler au terme de mon contrat actuel, du moins dans le secteur du transport puisqu'écrire c'est toujours travailler, en effet il me reste une quinzaine de livres à écrire de mon autobiographie puis cinq romans déjà commencés mais que j'écris alternativement de temps en temps, une page par-ci, trois pages par-là d'un autre, puis ceux que j'ai déjà en tête et qu'il me faut commencer. 

J'ai besoin de calme, ce que je ne suis pas parvenu à trouver à Briançon, j'ai besoin d'air pur et frais, ce que je ne suis pas parvenu non plus à trouver à 1300 mètres d'altitude. Avec plus de trente mille euros par ans sans compter mes droits d'auteur je peux me dispenser de stresser dans une ville que j'avais pourtant adopté pour son environnement, son climat qui se dégrade d'ailleurs et la sympathie de ceux que je connais, ce sera d'ailleurs ce qui me manquera le plus, ces gens qui m'apprécient et que j'apprécie.

J'avais envisagé acheter alentour mais franchement c'est devenu trop galère et je ne suis pas le seul à renoncer persévérer en cette ville qui s'est terriblement dégradée, aussi bien au niveau environnement immédiat que pour la qualité de l'air qu'on y respirait encore il y quelques années. 

Bien entendu je vais regretter certaines choses, les montagnes bien sûr mais je vais retrouver la mer, 

 

Putain, j'me casse.
Putain, j'me casse.

Où me fixer !

En fait je n'en sais rien, depuis 68 ans passés que je bouge d'une région à l'autre j'ai pu toutes les apprécier sans réellement trouver mon point de chute.

J'envisage de voyager un peu mais seulement en France, ça me donnera l'occasion de faire des photos diverses qui égayeront mon blog qui continue.

Bon, d'accord, on n'en est pas encore là, j'ai encore quelques pages acides à écrire sur cette ville de Briançon si belle et si dégradée.

Je voulais y finir mes jours dans cette ville de briançon.

Et puis comme ça ça met un terme à mon ambition de gérer cette ville, déjà j'ai du mal à trouver des gens compétents qui tiennent la route, et puis reprendre la ville dans l'état où elle est c'est au minimum deux mandats avec le même maire et des problèmes énormes à gérer, problèmes consécutifs à ce que va laisser comme merde et comme dette l'actuel maire, le travail  est titanesque, ce n'est pas à 70 ans - puisque j'aurai 70 ans en Avril 2020 - qu'on s'attelle à un tel travail de titan.

Bonne soirée à tous et à très bientôt pour autre chose.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

   

Publié dans Vie privée, Briançon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article