Ces merdes briançonnaises

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

J'ai vu beaucoup de villes et villages en une cinquantaine d'années, je ne me souviens pas avoir vu conserver et entretenir la merde municipale.

Surtout plusieurs années de suite dans la continuité.

 

Ces merdes briançonnaises

Vous souvenez-vous !

J'ai fait une photo identique en Mai 2017 au même endroit, je l'ai mise sur une de mes pages décrivant la crasse et la misère de Briançon, et bien vous ne savez pas ?

Cette photo est d'hier après-midi, c'est resté à l'identique, aucun balais n'est venu ne serait-ce que ramasser les morceaux de verre.

C'est le résultat d'un automobiliste qui a reculé dans des installations, qu'on ne voit pas telles que ces dernières sont implantées, et qui a fait exploser son pare-brise arrière.

Il est donc à supposer que c'est classé UNESCO, bien que loin de la vieille ville, et qu'il est donc interdit d'intervenir.

C'est implanté à la gare SNCF, ce lieu ou personne ne sait qui gère quoi et qui est responsable des lieux bien que ce soit la municipalité qui a installé ces "équipements".

Maintenant, sachant que la mairie à un vague projet de transformation du parking de la gare, d'ici trois à cinq ans au mieux, il n'est pas nécessaire de ramasser la merde alors que dans quelques années ces éléments vont peut-être disparaitre, un peu comme les rues de briançon qu'on laisse dans un état de délabrement très avancé puisqu'il est prévu, d'ici quelques années, une réfection partielle, et tant pis si les automobilistes de briançon cassent leur voiture sur ces chaussées qui n'en ont que le nom.

 

Ces merdes briançonnaisesCes merdes briançonnaises
Ces merdes briançonnaisesCes merdes briançonnaises

Bordures de parking.

Ce fameux parking qui n'appartient à personne et qui est resté enneigé trois mois de suite sans qu'aucun véhicule de dégagement n'intervienne avant Mars 2018.

Une ventouse est là depuis trois sans sans avoir bougée, certainement abandonnée ça prend la place d'un visiteurs. (Photo trois)

Ces bordures sont dans un état lamentable, c'est l'image que la municipalité montre en permanence de ce lieu qui voit passer une quantité non négligeable de touristes, ces derniers sont édifiés d'un tel "carnage" qui perdure puisqu'ils voient la même chose chaque année à l'occasion de leur passage dans notre ville.

Un véhicule de touriste de passage y a laissé un bout de jupe de pare-choc, c'est aussi resté tel quel, personne ne ramasse.

Là, c'est carrément dire aux riverains environnant, "la municipalité vous emmerde superbement".

Il est vrai que c'est loin du Coeur de Ville, donc pas valorisant ni porteur, pourtant c'est aussi la ville de Briançon et ce sont aussi nos impôts.

Seul avantage de ces dégradations persistantes c'est la récupération, par quelque individu plus malin que les autres, des éléments de décoration de ces murets - plaques de marbre ou granit imitation marbre - franchement il - ou elle - aurait tort de ne pas en profiter dans cette ville où absolument tout est permis.

C'est la belle image, de la ville, parmis tant d'autres aussi lamentables qui se présentent aux yeux de nos visiteurs.

C'est marrant, c'est le genre de photo qu'on ne voit jamais sur la sucrerie municipale, ce journal de propagande socialiste nommé "Place Publique".

Pourtant, pas très loin, il y a un autre équipement qui a fait une page très remarquée sur le journal local, c'est le garage à vélos de Mr le Maire, inauguré en grandes pompes avec le député local, Mr Giraud, enjolivé d'un article ronflant précisant aussi que ce local serait entretenu - pour quoi faire il n'y a jamais un vélo - bien que je n'ai jamais vu un seul employé y passer ne serait-ce qu'un coup de balais, toujours cette propagande et ces effets d'annonce.

Ce garage à vélos invisibles a couté aux contribuables briançonnais la bagatelle de 50 000 Euros pour rien, comme quoi la gloire d'un personnage nul à chier vaut bien un  sacrifice de la population mais on a la même chose à l'échelle nationale avec d'autres personnages tout aussi nuls à chier. 

Alors, briançonnais, économisez sur les réparations de vos véhicules pour ne pas payer ce qui pourtant les éviterait, puisque les impôts qui ne servent pas à refaire les rues de la ville servent au moins à déposer des vélos invisibles qui d'ailleurs roulent peu sur ces mêmes rues si défoncées qu'y circuler en deux roues relève de la haute voltige.

C'est vrai qu'ils se foutent de nos gueules à la mairie.

Et bien vous ne savez pas ! Rien en bouge.

Quand on aime.

Bonne journée quand-même et à très bientôt pour autre chose.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article