Briançon, ville misère

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

La misère c'est, par définition, le manque de quelques chose.

À Briançon il y a pas mal de misères, je laisse de côté celle des humains pour n'aborder que celle du quotidien.

 

Briançon, ville misère
Briançon, ville misèreBriançon, ville misère

Les rues de Briançon.

Ces échantillons (cliquez sur les photos pour les agrandir) sont représentatifs de l'état de la presque totalité des rues de briançon.

On va me dire il y a des urgences, juste réaliser que pour en arriver à avoir l'ensemble du réseau urbain de Briançon dans cet état, c'est à dire des décennies de rebouchage par enrobé à froid, c'est que l'abandon de la ville est la caractéristique d'une gestion en dessous de tout.

Ce n'est pas un problème ponctuel qui viendrait à commencer à dégrader les chaussées, c'est la continuité d'une indifférence caractérisée de nos élus à tout ce qui touche le quotidien des briançonnais.

Je ne vais pas de nouveau remettre des photos que j'ai déjà publiées dans des pages antérieures, il y en a des milliers qui d'ailleurs sont aussi une preuve que tout se dégrade puisqu'au fil du temps et de mes photos on voit bien que ça s'amplifie d'année en année.

Juste réaliser que les priorités municipales sont toutes focalisées sur le Coeur de ville que le Maire se dépêche de finir avant les élections histoire de faire quelques belles photos à mettre en avant sur la sucrerie municipale, Place Publique, ainsi que de les proposer pour une belle page dans les médias locaux, écrits et télévisuels.

Pour sûr que sur certains ça va marcher, c'est la couverture incontournable de toutes campagnes électorales de presque toutes les villes de France.

Mais il n'y a pas que les automobilistes qui sont à la peine.

 

Briançon, ville misèreBriançon, ville misère
Briançon, ville misèreBriançon, ville misère
Briançon, ville misèreBriançon, ville misère
Briançon, ville misèreBriançon, ville misère

Au hasard. (Cliquez sur les photos pour les agrandir)

Quelques trottoirs, de ceux qui existent bien sûr, qui ressemblent furieusement aux rues qu'ils longent.

Il n'est pas rare que je me torde un pied sur ces parcours supposés sécuriser les piétons, là aussi on se fout de la gueule du monde d'autant qu'à briançon il y a beaucoup de personnes âgées.

Le Maire veut faire de sa ville une ville dortoir pour le troisième âge, comme ils disent, donc on va faire venir des vieux pour les parquer dans des cages à lapin moderne du coeur de ville, appelées "résidences" aux noms ronflants et limite puérils, ces vieux qu'on ne pourra assumer médicalement vu les énormes problèmes sanitaires de la ville qui ne possède que deux gastroentérologues, trois cardiologues, un seul ophtalmologiste, trop peu de dentistes et pas du tout de dermatologue, le plus proche est à Embrun, pour une population de 12 000 habitants à Briançon plus environ 3 000 pour les vallées, hors touristes bien entendu.

Pour un IRM compter deux mois d'attente mais seulement à Gap ou à Grenoble, distance 90 ou 110 km au choix par des routes de montagne bien entendu alors que depuis des années je préconise un IRM à Briançon, ce qui semble se profiler mais je ne suis pas certain que ce ne soit pas qu'une image électorale.

Pour un RDV dermatologue c'est environ trois mois mais à Embrun.

Pour un RDV ophtalmologiste c'est entre trois et cinq mois, tout ça pour 15 000 potentiels clients perdus dans le trou du cul du monde perché entre 1200 et 1600 mètres et dans lequel le Maire, fort de sa science des bêtes, à défaut de celle des hommes, veut illuminer par l'image de sa phobie, un diamant dans une poubelle sale, un faux diamant bien entendu mais dans une vraie poubelle, vu le constructif actuel dans le secteur en rénovation c'est ni plus ni moins que du HLM de base un peu amélioré, pas de quoi se lever la nuit pour se regarder dormir.

D'ailleurs le dernier dermatologue est parti très vite, conseiller municipal un temps il voulait faire de l'écologie, politique bien entendu, sa devise "Briançon ville santé" qui est devenue "Briançon ville saletés", c'est aussi peut-être à cause de ça qu'il est parti, on ne sait où d'ailleurs puisque sa "disparition" semble étrange, du moins pour une partie de la population.

Parce que je ne veux pas être critique - un peu quand-même - mais le nettoyage de la ville s'est très sérieusement dégradé, c'est l'effet de l'absence d'orage lumineux à la tête des services techniques, vous savez celui qui est nommé par le Maire, grassement payé à ne pas savoir comment faire par manque de compétences réelles alors qu'aux ST il y a des personnels compétents qui feraient très bien l'affaire et dont la connaissance de la ville et de ses besoins n'a pas de secret pour eux.

Sauf que Mr le Maire choisi ses poulains parmis ses lécheurs de cul, il n'a pas besoin de PQ, les esclaves de la notoriété sont prêts à se vautrer au sol pour avoir une place lucrative, il suffit juste de dire comme le maire.

Donc, ces trottoirs pourris et défoncés sont aussi dangereux pour les piétons que le sont les rues pour les voitures. Comme on voit, tout baigne dans l'huile en ville.

La communauté de commune, présidée par le Maire de Briançon, justement, entreprend la création de trottoirs en zone d'activité, ce n'est pas du luxe mais moi j'aurai commencé par les rues particulièrement dangereuses de la ville, c'est à dire l'Avenue de Savoie, l'Avenue du Professeur Forgues, l'Avenue du Dauphiné, la rue des Maisons Blanches, et puis bien d'autres, tellement d'autres qu'il est fastidieux de tout marquer.

 

Briançon, ville misèreBriançon, ville misère

Et puis il y a ces conneries.

C'est en face de Carrefour City rue Maurice Petsche, c'est un des anciens éléments du pylône qui a gravement blessé une passante quand il s'est écroulé rongé par la rouille, comme les ponts et passerelles de la ville - mes pages antérieures - tout aussi mal entretenus, pardon pas du tout entretenus.

Cette photos a plusieurs jours, ce matin il y a quelques canettes vides abandonnées là par les salariés de l'Etat, ces travailleurs invisibles qui se vautrent dans la crasse aux frais des contribuables qu'ils emmerdent superbement.

Le socle pourri appartient à Carrefour, il est sur la voie publique et crée un risque de chutes pour les piétons, certains mal-voyants que je vois passer parfois.

Savoir si la ville doit s'en charger au risque d'empiéter sur les responsabilités du magasin ou si le magasin laisse en l'état parce que c'est du domaine public, ce cinéma d'irresponsables qui se renvoient la balle, comme la mairie se défausse sur le département pour les rues qui ne lui appartiennent pas mais dont elle a la charge.

Toutes ces conneries qui sont innombrables dans cette ville en ruine et qui pourrissent la vie des briançonnais.

 

Briançon, ville misère

Puis aussi.

Toujours cet indécrottable crétinisme, la fainéantise de marcher quelques pas de plus, l'insulte sournoise de ceux qui emmerdent les autres par leur seule présence.

Tout le monde sait qu'un car de ligne a besoin de place pour se mettre en place sur cette gare routière, très mal foutue d'ailleurs, mais non, la connerie est solidifiée dans certains cerveaux, alors on se pose là comme un chien fout sa merde, ce qui veut dire, "voyez comme je vous emmerde !".

Si on a le malheur de se manifester pour demander le passage c'est une volée d'injure et de reproches, il est vrai que le parking SNCF, qui n'est géré par personne puisqu'on ne sait pas qui en est responsable, est toujours plein, c'est son rôle sauf qu'il est nettement insuffisant et puis il y a les ventouses, une qui a déjà passé deux hivers au même endroit sans bouger et qui se prépare pour le troisième, mais comme personne ne gère cet endroit tout est possible.

On peut donc comprendre qu'à l'arrivée des trains les places soient nettement insuffisantes. 

 

Briançon, ville misère

Transport Vieille Ville.

On pourrait le croire à constater presque tous les jours ces véhicules lourds justement là où il est vivement préconisé de ne pas surcharger des remparts déjà malades.

La solution existe, mais comme c'est moi, avec d'autres de la vieille ville, qui en ont fait la potentielle possibilité ça ne sera jamais fait, il n'y a que les lumières municipales, éteintes mais tout le monde ne le sait pas, qui ont les clefs de la réussite sociale briançonnaise, ne sont intelligents que sont qui sont élus, on voit ce que ça donne.

Franchement, ce n'est pas une belle photo de vacances de monument historique classé UNESCO à ramener chez eux par les touristes !

Ces derniers se font de moins en moins présents, ils sont écoeurés, taxés, rackettés par les stationnements et les PV ils vont ailleurs, il n'y a pas que Briançon dans les Hautes Alpes.

La panneau qui limitait le poids des camions en vieille ville n'est plus là, alors on fait ce qu'on veut, comme partout dans cette ville.

       

Briançon, ville misère

Crédit Agricole.

C'est le "sas" pour accéder au distributeur automatique de billet, le dernier de la totalité du haut de Briançon, pour une ville qui veut attirer les touristes on ne met pas beaucoup de moyens pour les satisfaire.

Maintenant ce n'est pas du ressort de la municipalité, pour une fois.

D'ailleurs à la gare non plus il n'y a pas de distributeur, ce qui étonne les vacanciers plutôt emmerdés de ne pouvoir retirer de l'argent pour acheter un billet de bus ou se payer un café.

C'est peut-être la seule gare de France à n'avoir pas de commodité pour les voyageurs, les portes d'extrémité fermées en permanence, la gare qui n'ouvre qu'à 7h00, pas de passage "protégé" pour traverser en dehors de celui qui est pratiquement invisible et si mal placé que les risques ne sont pas négligeables, des détritus partout, des zonards plantés comme des bougies, ce qui indispose les voyageurs et fait peur aux enfants de ces voyageurs, etc. 

Bref, que du bonheur, ça cadre parfaitement avec la politique municipale qui vise attirer les touristes, quand ils débarquent dans notre poubelle déglinguée ils déchantent vite et le font savoir.

Maintenant on ne peut pas financer un garage à vélos couvert et payant, qui n'a pas dû voir trente vélos en trois ans pour 50 000 euros qui aurait pu servir à du plus utile, et en même temps s'occuper de l'indispensable.

Comme aller coller des Moloks le long des quais, alors qu'il y a la place à l'angle en face du parking VL de la gare, les éboueurs ! Oh pardon, les techniciens de surface urbains, ne sont pas à la noce pour accéder à ces endroits les jours ou l'affluence est importante, je passerais sur les odeurs et les mouches l'été, tout ce qu'il faut pour accueillir des voyageurs qui ont passé une nuit dans le train.

Bref, la ville c'est une merde mais il ne faut pas le dire, la gestion municipale est en-dessous de tout mais tout va bien, le coeur de ville se construit.

 

Briançon, ville misère
Briançon, ville misèreBriançon, ville misère
Briançon, ville misèreBriançon, ville misère

L'impuissance municipale.

Au début de l'été Mr le Maire s'était insurgé de l'invasion des gens du voyage qui viennent régulièrement squatter cet endroit tous les ans, il semblerait que ses pouvoir se heurtent à la passivité de ces gens très envahissants.

Bien sûr il faut qu'ils se posent, rejetés de partout - j'ai vécu ça quelques mois (un de mes livres) - la solution c'est de s'imposer quoi qu'il arrive.

Le problème ce sont les nuisances environnementales, un des riverains du Chemin Vieux m'en a fait part alors que je passais près de lui.

Je lui ai promis de faire un article sur une page de blog, dont acte, habiter en ces endroits avec les saletés générées par les occupant provisoires longue durée ce n'est pas de tout repos.

Qui se manifeste dans cette ville ?

Peu de monde à vrai dire, je rencontre bien des tas de gens qui sont unanimes à penser comme moi mais s'ils se manifestent ils ne sont pas entendu.

 

Briançon, ville misère

Il y a Mr MURGIAT.

J'abonde dans son sens sur pas mal de sujets, savoir si ses objectifs ne sont qu'électoraux ou concrétisables.

De toutes les façons personne ne pourra faire pire que le maire actuel, je ne sais qui sera en lice, qui sera élu, mais je sais que reprendre la ville dans l'état c'est un sacré fardeau et il faudra plus d'un mandat pour la remettre en état, du moins ce qu'on peut encore sauver de la démagogie actuelle et de la paranoïa constructive.

Je note l'absence de Mr GRYZKA qui est pourtant le leader de l'opposition municipale élue, il semblerait vouloir lui aussi se lancer dans la course, ce qui risque de recommencer le cirque de 2014, mais pas grand chose suinte de ses dispositions.

Il est vrai qu'il voyait grand, une plage à la Shappe, un téléphérique pour monter à montgenèvre, un autre pour relier la vieille ville, un front de neige au coût pharaonique, un terrain de foot en synthétique, et autres projets très couteux et absolument inutiles. Du moins pas indispensables.

Il avait bien sûr prévu un "plan Marshal" pour les rues de briançon mais je doute qu'avec ses projets plutôt farfelus il ait pu trouver les finances pour le minimum d'entretien, exactement ce que fait le maire actuel.

Ce qui m'interroge chez Mr MURGIAT c'est la préférence pour tout ce qui touche les potentiels investisseurs, il est vrai que d'être candidat implique de se plier aux exigences de ceux qui ont les clefs des contrats, savoir s'il veut travailler pour la ville ou seulement parvenir à avoir la place pour la place.

Il est trop tôt pour le dire, je reste prudent parce que depuis des décennies les briançonnais attendent celui qui améliorera leur quotidien tout en mettant en place des gens qui font tout le contraire.

Quand on aime.  

​​​​​​​Il manque beaucoup de choses à Briançon, surtout la volonté de ne pas céder aux chants des sirènes, à l'appât du gain, à la notoriété pourtant illusoire, ça c'est nettement plus difficile pour les arrivistes.

Si je fais une liste, ou venant à me trouver sur une liste mais pas en queue de peloton, je ne bosserais, si par miracle je suis élu, que pour la population, les commerçants et les artisans en laissant de côté les investisseurs qui lorgnent, dans leur folie constructive, tous les terrains municipaux restant disponibles.

Bientôt une autre page sur autre chose, la jalousie.

​​​​​​​Bonne soirée à tous.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

 

 

Publié dans Briançon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article