Incivisme ou débilité ?

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Les écarts constatés, dans pratiquement tous les domaines, amènent à penser qu'il y a un gros malaise de comportement, en France.

 

Incivisme ou débilité ?

Le réalisent-ils ?

Les écouteurs sur les oreilles c'est dangereux, et pas seulement pour l'ouïe, écouter de la musique - d'ailleurs je me demande comment font certains et certaines pour s'abrutir toute la journée avec ces "expédiants" - en n'importe quelle circonstance génère une absence de discernement qui peut être préjudiciable à tout le monde.

Je ne compte plus les piétons, les jeunes la plupart du temps, qui se lancent sur la chaussée pour traverser, sans regarder, sans même réaliser que c'est aussi une voie de circulation pour les automobiles, cette sale manie locale qui consiste à se croire prioritaire absolu en toutes circonstance dès l'hors qu'on est à pieds, un réel danger pour eux mais avec d'autres conséquences.

Je ne compte plus les coups de freins incontournables pour ne pas percuter ces inconscients qui traversent alors même que le véhicule qui arrive ne peut plus fonctionner normalement et est obligé d'effectuer un arrêt d'urgence.

Dans un car c'est un risque non négligeable pour les passagers, il n'y pas que des ados et des jeunes en pleine santé, il y a aussi des personnes âgées, des handicapés, des femmes enceinte, puis d'autres que je ne vais pas lister, ces gens sont donc potentiellement en danger d'un coup de frein brutal pour éviter un piéton inconscient ou tellement persuadé qu'il est prioritaire qu'il n'hésitera pas à obliger un bus à freiner d'urgence sans même réaliser que ce dernier transporte des gens.

On pourrait en écrire des pages comme ça mais je ne suis pas sûr que ce soit utile, l'éducation sociale se fait à la maison, dans la rue par les parents quand ces derniers sont responsables - ce qui rejoint le dernier article de ma page "De tout en vrac 1". 

Education sociale ça n'existe officiellement pas, pourtant ça devrait aussi s'ajouter à l'instruction civique, qui est similaire mais dans des domaines différents, qu'on est censé apprendre aux enfants à l'école.

Quand dans les bus on est obligé d'afficher des mises en garde c'est que l'instruction est vraiment tombée très bas en France, ce qui était une logique devient un rappel incessant et c'est bien là que c'est grave, les gens abêtifiés par des décennies de prise en main permanente n'ont plus le sens de la réalité et sont dans l'obligation de s'instruire de ce qui est à l'origine une logique de fonctionnement. 

 

Incivisme ou débilité ?

Les neuneus c'est partout.

De la même façon des entreprises de transport se voient obligées de prendre des dispositions pénalisantes à cause de l'incivisme chronique, c'est ce que je mets régulièrement dans mes pages.

Il est fréquents, pour les chauffeurs de bus et cars de ligne, de ne pouvoir accéder à l'emplacement réservé pour charger et décharger des voyageurs, c'est un risque élevé pour tout le monde, déjà les voyageurs sont dans l'obligation de se rendre sur la chaussée pour monter dans les véhicules, en cas d'accident les responsabilités sont difficiles à déterminer d'autant que les connards - ou connasses - qui se servent des arrêts de bus pour stationner afin d'aller chercher un pain, des cigarettes ou autres motifs ne nécessitant pas une urgence absolue, déplacent leur véhicule en prenant "la fuite" dans de telles circonstances, ce qui fait qu'un car ou un bus se retrouve à effectuer un chargement de personnes alors que l'arrêt est devenu libre.

Le bus ou le car doit rester sur la chaussée, ça génère des blocages de circulation, énerve les autres automobilistes, certains viennent engueuler le chauffeur du bus ou du car alors que ce sont ceux qui sont sur l'emplacement réservé qui devraient se faire engueuler, ça crée des frictions, des échanges verbaux venimeux, parfois des échanges de coups, tout ça parce qu'un con ou une conne stationne sur l'emplacement réservé aux bus.

A Briançon c'est en quasi-permanence mais aussi ailleurs, ce n'est pas spécifique à cette ville qui manque cruellement de plan de circulation et de possibilité d'accès aux commerces sans être obligé de payer incessamment. 

A Monêtier-les-Bains c'est presque permanent, et ce sont des touristes souvent, mais sachant que dans notre région le laxisme des autorités est légendaire tout semble permis, - ils me l'ont dit - il est vrai que d'appeler des agents pour ces causes ne sert à rien, ils ont d'autres chats à fouetter et puis ils sont trop peu nombreux ou ont des ordres leurs conseillant la mansuétude afin de ne pas pénaliser des touristes qui se font rares, il devient difficile de faire respecter quelle que réglementation que ce soit dans ces circonstances. 

Alors on pénalise les utilisateurs des transports en commun ce qui va à l'encontre de la volonté de les étendre pour atténuer le nombre de véhicules sur les routes. Encore un non-sens.

Les jours de marché, à Briançon, c'est du délire, surtout le mercredi, et encore, pour le moment il n'y a pas encore d'école. La municipalité le sait, pourtant rien n'est prévu pour mettre en place un plan de circulation qui réduirait les problèmes de ces jours spécifiques avec tous les risques que cela comporte, encore une fois on a l'impression d'avoir des irresponsables débiles à gérer une municipalité en déroute. 

Quoi dire d'autre !

Rien, c'est la politique du fait accompli, l'évidence crève les yeux mais personne ne veut la voir.

En 2020, pensez-y, ajouté au déneigement catastrophique, aux négligences d'entretien de la ville, au mépris affiché de ceux qui sont en place, aux innombrables dégradations des véhicules dues à l'état des chaussées que le maire fera faire en urgence six mois avant les élections histoire de cacher la merde au chat, etc..

Les neuneus c'est partout, pas seulement chez les cinglés de la vitesse.

D'ailleurs, si ça se trouve, je suis peut-être le roi des neuneus.

Bonne journée à tous et à très bientôt.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article