Autorités responsables

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Tous les ans des conflits éclatent entre divers utilisateurs de la route.

Raisons ???

 

Autorités responsables

Ce qu'on ne devrait pas avoir à lire.

Le résultat d'un conflit routier comme il y en a hélas en permanence en toutes circonstances. 

Ce chauffeur de camionnette est manifestement inconscient de se servir de son véhicule pour régler ses comptes, la sanction est justifiée.

Pourtant.  

Samedi de la semaine dernière, alors que je traversais Saint-Chaffrey au volant du car que je conduis, je me suis trouvé confronté à une situation similaire inverse qui aurait pu avoir de graves conséquences pour le cycliste si la presque totalité des chauffeurs n'étaient pas vigilant. 

Juste avant le café-épicerie Puy, pour ceux qui connaissent, il y a une légère courbe sur la droite quand on se dirige vers le pont-levis, cet endroit en permanence occupé par divers véhicules malgré le panneau de stationnement interdit, rend le lieu particulièrement délicat et dangereux, un car ça mesure entre 12 et 13 mètres pour les plus courants, c'est donc une manoeuvre autre que celle d'une voiture, il faut se déporter sur un côté ou l'autre pour passer l'ensemble du véhicule sans problème ni risque d'accrochage, ce qui n'est pas simple avec une circulation à sens unique à cause des véhicules en stationnement interdit. 

Un peu avant l'école, en montant, je dépasse un cycliste qui peine à monter, puis je ralentis à vitesse très réduite pour passer la première bosse des ralentisseurs excessivement hauts d'ailleurs. Le cycliste me rejoint et commence à me dépasser sur la droite alors que je reprends de la vitesse pour continuer, il se retrouve donc de nouveau assez loin derrière. Je ralentis de nouveau pour le second ralentisseur que je franchis, comme le précédent à 10 km/h, le cul du car n'aimant pas les bosses surtout à cause du poids du moteur qui est sur le porte-à-faux arrière, ce qui génère un mouvement important quand on passe sur ces bosses.

Le cycliste se retrouve de nouveau au cul du car alors qu'un véhicule arrive en face, je serre le plus possible pour ne pas accrocher les rétroviseurs que les ingénieurs des ponts et chaussées ne prennent pas en compte pour élaborer des routes, le cycliste reste derrière alors que j'aborde la troisième bosse. 

A ce moment précis, alors que je serre pour croiser l'autre véhicule, il entreprend de me dépasser par la droite alors que mon attention est focalisée par l'autre véhicule, ça passe très juste et il ne reste pratiquement plus d'espace entre le mur de la maison et mon car que je maintiens de façon à ne pas accrocher un panneau de stationnement interdit qui dépasse largement au-dessus de la chaussée.

Le croisement est délicat comme à chaque fois que je passe à cet endroit, c'est à dire plusieurs dizaines de fois par semaine, le cycliste profite de ce trop faible espace laissé entre le car et le mur de la maison pour s'y insérer et me dépasser par la droite alors que je serre le mur pour ne pas accrocher l'autre véhicule tout en laissant quelques centimètres pour pas toucher le panneau si judicieusement placé, un coup de pot que j'ai regardé dans mon rétro droit et que je l'ai vu alors que j'avançais, jamais je n'aurais pensé qu'il me dépasserait en cet endroit particulièrement dangereux. 

Sauf avoir une chiasse carabinée qu'il ne peut plus contenir je me demande ce qui peut justifier qu'il prenne le risque de perde la vie pour dépasser de cette façon, je me suis donc arrêté pour le laisser se dégager par l'avant en lui donnant un petit coup de klaxon bref pour le prévenir de ma manoeuvre. 

Il se retourne en m'abreuvant d'injures, que je ne discerne pas, en levant le poing vers moi, histoire de me dire qu'il n'est pas content que je l'ai prévenu du danger. Comme c'est cent fois par jour avec les cyclistes je n'y prête pas plus attention et je continue, je dépose un client à la mairie et je repars. 

À la hauteur de l'ancienne gendarmerie je le rattrape donc alors qu'il roule au beau milieu de la route et alors qu'il pourrait aisément se mettre à droite, à cet endroit la chaussée est en assez bon état et ne justifie pas d'écart pour éviter les dégradations qu'on trouve à Briançon, je redonne donc un petit coup de Klaxon pour l'inviter à se mettre à droite et le prévenir que j'arrive, avec les casques sur la tête certains n'entendent pas les véhicules arriver, surtout un car qui a le moteur à l'arrière. 

Il reste au milieu en me faisant un doigt d'honneur, je me mets donc complètement à gauche de la route pour le dépasser et continuer mon parcours, il fait mine de se mettre devant moi en se déportant sur sa gauche juste pour m'emmerder, ce qui est extrêmement dangereux en roulant. Je ralentis donc pour ne pas le percuter, il se remet à sa droite, je passe et j'oublie cet incident multi-journalier

Arrivé à Chantemerle je dépose des clients à l'arrêt de bus pour en charger d'autres, au moment de repartir mon cycliste, qui m'a rattrapé, se met devant le car, met pied à terre et m'insulte copieusement, il est surexcité, les clients du car n'en reviennent pas de voir un tel agité. Il vient vers ma vitre de gauche qui est baissée, me traite de tous les noms en me conseillant d'apprendre à conduire, je lui dis d'aller se faire voir chez les Grecs et continue ma manoeuvre, il couche son vélo devant le car pour m'empêcher de partir, générant de ce fait un début de bouchon à cet endroit de la route. Comme il est surexcité je le laisse vomir sa bile, il va bien finir par se lasser, il crache à plusieurs reprises sur le pare-brise qui en a vu bien d'autres en m'invitant à descendre du car, il veut en découdre manuellement, ce que je ne fais pas pour que ça ne dégénère pas, puis il consent enfin à se déplacer, les autres automobilistes klaxonnant de ce cirque. 

Mes clients sont sidérés. Fin d'un des innombrables épisodes routiers entre automobilistes et cyclistes. 

Alors, sans donner raison au chauffeur de cet article de presse, il est bon de savoir que quelques cyclistes sont provocateurs, la route leur appartient dès l'hors qu'ils ont le cul sur une selle, ils oublient tout, la circulation, la réglementation, la prudence et leur cerveau pour ceux qui en ont un.

Ce n'est pas gagné mais indirectement qui est responsable ?

Dans l'article présent je ne sais pas, en ce qui concerne mon anecdote c'est le cycliste qui dépasse par la droite de façon inconsidérée, pour le reste ce sont les autorités civiles régionales.

Quand on passe entre huit et neuf heures par jour sur la route, on en voit des situations extraordinaires.

 

Autorités responsables

L'information c'est bien.

Sauf que ; l'évolution pondant de nouvelles idées et de nouveaux moyens de se déplacer, les autorités ne suivent pas cette évolution, tout le monde aura remarqué que sur les routes, du moins dans les Hautes-Alpes, pour "protéger" les deux roues non motorisés on trace sur la route des lignes discontinues en lieu et place de pistes cyclables qu'il est possible de réaliser mais pour ça il faut s'en donner les moyens. 

Ce qui réduit la largeur de la chaussée la rendant de ce fait nettement plus dangereuse pour tout le monde, on ne construit pas pour la sécurité mais on dégrade la sécurité en mélangeant les moyens de locomotion sur une même surface insuffisante pour ce faire.

Qui plus est, pour ceux qui l'auront remarqué, une partie non négligeable de cyclistes roulent à gauche des bandes ainsi peintes, alors qu'ils devraient logiquement rouler à droite sur la partie qu'on leur octroie par ces signalisations horizontales.

Il ne reste aux automobiles et autres véhicules que cinq mètres là ou il y en a six qui est la dimension minimum réglementaire d'une chaussée, déjà insuffisant quand on sait qu'un gros véhicule mesure deux mètres cinquante cinq de large sans compter les rétroviseurs. Sachant qu'il est préconisé de s'écarter d'un mètre cinquante des cyclistes qu'on dépasse il ne reste plus de place même pour un seul véhicule si deux cyclistes se trouvent au même endroit à se croiser chacun de part et d'autre de la route, ce qui est très courant en ce moment, un mètre pour la circulation de chaque vélo puis trois mètres pour les dépasser, ôtés des six mètres réglementaires il ne reste aux voitures, cars, camions et motos qu'un mètre pour circuler, ça fait désordre cet anachronisme et se foutage de gueule flagrant. 

Il est vrai aussi que de tracer des pistes réservées c'est bien, les entretenir c'est mieux, hors ces parties les plus à droite de la route sont souvent jonchés de débris divers, on peu comprendre qu'un cycliste évitera ces bandes de roulement dégueulasses pour ne pas crever un pneu tous les deux cent mètres. 

Les autorités sont donc responsables à au moins deux niveaux, le premier de ne pas créer de véritables pistes cyclables hors chaussée qui mettraient les cyclistes en sécurité, l'autre de ne pas nettoyer ces bandes réservées incitant ainsi à l'imprudence qui mène parfois à l'accident.

Comme d'habitude les impôts censés créer et entretenir les routes sont dépensés ailleurs mais on responsabilise les usager qui payent pour ne pas avoir le résultat de ce qu'ils payent.

Il serait bien que les autorités civiles s'occupent de ces problèmes que les contribuables payent au lieu de dépenser du fric en conneries et autres communications qui ne résolvent aucun problème sauf donner à ces autorités la bonne conscience qu'elles n'ont pas.

Quand est-ce qu'on aura des vrais responsables avec des couilles, désintéressés des finances faciles que leur poste rapporte et à l'écoute de la population ?

Bonne journée à tous.

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article