Public ? Privé ?

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

C'est pas moi c'est l'autre.

Comme à la maternelle.

Public ? Privé ?

Pas de mémoire.

C'est ce qu'on pourrait penser quand on lit ce triste article, des élus n'ont pas de mémoire ou alors ils l'occultent pour penser à autre chose.

Il est vrai que la mémoire, dans ce cas de figure, a un cout, celui de l'entretien et surtout celui de la vie.

L'entretien d'une ville c'est effectivement un cout, on appelle ça le budget de fonctionnement, c'est un des plus gourmand sur une année mais c'est aussi ce qui fait fonctionner la ville.

La vie aussi a un cout, pas le même, une négligence qui entraine un handicap à vie c'est une économie de bouts de chandelles qui prive une personne de son autonomie, qui sanctionne une famille et qui grève un peu plus le budget de la Sécu, quand ce n'est pas la mort que rien ne remplace.

Et c'est bien là la question. Quand il y a un accident corporel c'est la sécurité sociale et, éventuellement, divers intervenants - assurances - qui pallient les frais concernant les personnes blessées, ça ne coute pas un sous à la municipalité, ou aux responsables divers quand il s'agit de structures privées.

Des dizaines de milliers d'euros sur le dos des contribuables et des salariés pour économiser quelques coups de peinture, pour une négligence coupable, pour un laxisme veule, c'est lamentable.

Dans ce cas de figure mon avis personnel c'est de la responsabilité du privé, ce panneau publicitaire lui appartient, ou plutôt lui appartenait puisqu'il est tombé, il est donc responsable de son entretien comme de son éclairage comme du changement des affiches qui y sont collées. 

Sauf que ce panneau était là bien avant Carrefour, ça risque donc de durer encore longtemps ce procès. 

Toutefois il est évident que le laxisme et la négligence coupable sont les réels responsables de cet accident, comme sont responsables ceux qui sont responsables de leur entretien.

En ce qui concerne la municipalité il n'y a plus grand chose à écrire concernant l'entretien de la ville, pas spécifiquement le ramassage des mégots et détritus là où ça se voit, ni même le coup de balayeuse municipale après chaque matinée de marché, non, la négligence coupable et voulue parce que ça coute de l'argent, cet argent des impôts qui sont levés aussi pour que la ville soit entretenue et pas seulement par quelques coups de balais.

Quand ça rouille ça dérouille

Du 19 avril 2018

Briançon appelle "au secours"

Du 07 avril 2018

Juste aller regarder mes deux dernières pages ci-dessus sur le sujet et les centaines d'autres que j'ai publiées depuis dix ans que mon blog existe, il y a des centaines de photos toutes révélatrices du laxisme municipal en matière d'entretien.

Et bien vous ne savez pas ? Ils ont été réélus pour continuer à.... ne rien faire en ce sens.

Quand on aime !!!!

Demain une autre page sur le problème d'entretien à Briançon, aussi bien du privé que du public mais comme le privé accueille du public ça devient une affaire publique que le public veut rendre privé. 

Si je suis élu un jour, à Briançon, ça va changer.

Bonne soirée à tous et à demain.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

 

 

Publié dans Briançon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article