Revue de presse locale

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Quelques infos nationales et locales.

Un sujet sensible qui a beaucoup marqué les briançonnais.

D'autres sujets moins sensibles, du moins pour les esprits qui marquent aussi les briançonnais mais d'une autre manière.

 

Revue de presse locale

Trop cher payé ou pas assez ?

Ce n'est pas à moi d'en juger d'autant que comme la plupart des briançonnais on ne peut que déplorer ces matins difficiles de sorties de boites.

Cet article est très révélateur de la difficulté à analyser des faits à tête reposée, les réactions épidermiques, ce jour dit, ont été très agressives mais c'est difficile d'en vouloir à leurs auteurs, la mort de cette façon c'est ce qu'on ne peut imaginer dans le contexte d'une petite ville encore à peu près tranquille. 

Bien entendu ce n'est pas le procès des boites de nuit, bien entendu ce n'est pas le procès de l'alcool, pourtant il est difficile d'éviter les sujets, ce qui est pourtant dans ce résumé, on écarte le contexte alcoolique pour ne retenir que des faits avérés et qui démontrent clairement dans quel état de démence peut mettre une forte consommation d'alcool et l'excitation générée par une nuit de musiques parfois démentes. 

J'ai vécu des tas de situations diverses dans des conditions d'alcoolémie quand j'étais jeune, la mienne d'alcoolémie et surtout celle des autres, j'ai connu des choses énormes, des situations cocasses et d'autres dramatiques, je sais ce qu'il en est et à quoi l'ivresse peut mener dans tous les domaines.

Pourtant ça montre aussi que ce genre d'expédient laisse ressortir des antagonismes rentrés, la haine resurgit là où on ne l'attend pas, les situations de conflits permanents mais étouffés ressurgissent. 

C'est aussi un des phénomènes de bande qui rend les nuits difficiles pour la société, les rivalités des grandes villes se font jour médiatiquement de plus en plus souvent.

Des jeunes qui ne s'estiment pas beaucoup mais qui se retrouvent dans le seul lieu de "distraction" de la région, le manque de sommeil, l'alcool, surtout l'alcool, ce détonateur des haines contenues.

Le reste c'est la Justice, je déplore seulement que le sujet de l'alcool ne soit pas soulevé dans le contexte puisque c'est, en finalité, le réel responsable.

Une jeune fille décédée et un "gamin" détruit pour le restant de sa vie, quel gâchis pour une soirée de beuveries.

Mais ça n'engage que moi, je suis triste pour les deux, une vie éteinte par la mort et l'autre brisée par la connerie. 

 

Revue de presse localeRevue de presse locale

Vies brisées.

Il y a d'autres vies en péril en ce monde, pas par l'alcool mais par la mort, celle qui frappe les innocents pour épargner les responsables qui se retrouveront un jour à se serrer la main en oubliant pourquoi ils ont tué pour rien.

Deux gosses du même âge, un qui est insouciant des avantages de son univers, l'autre qui souffre sans aucun espoir.

Le premier de ces pays qui déclarent la guerre et qui l'entretiennent, mais loin de chez eux, le second qui subit une guerre entretenue par les premiers pour des intérêts douteux qui seraient censés, justement, les faire vivre en paix alors qu'ils y étaient avant la guerre qui veut leur imposer la paix qu'ils avaient avant cette guerre. 

La mort et la désolation de ceux qu'on voudrait voir supposément vivre heureux pour la liberté de ceux qui le sont sans pouvoir l'exporter en la volant aux autres.

Ceux qui depuis plus d'un demi-siècle prônent la paix sont ceux qui sèment la guerre et qui apportent désolations dans ces pays où ils veulent imposer la paix par la guerre.

Mais c'est quoi ces conneries ?

Les enfants du monde pourraient être heureux si, quand ils grandissent, ils n'oubliaient pas ceux qu'ils font.

Ce sont toujours les enfants qui souffrent le plus.

Pourtant !

 

Revue de presse locale

Les apparences.

Les illusions, l'image, la façade, la vitrine.

Ceux qui sont les plus arrogants en matière de liberté et de paix sont aussi ceux qui cachent ce qu'ils dénoncent chez les autres, avant de faire le ménage ailleurs on le fait chez soi, savoir que dans les pays occidentaux dit civilisés le taux de misère est supérieur aux autres pays, paradoxe d'une société décadente et en dérive constante.

Ceux qui dénoncent la misère des pays dit "pauvres" ne savent même pas ce que c'est que d'être pauvre et de manquer du minimum, quand on est nantis, opulent, bien nourri, sans jamais avoir manqué de rien, on n'est très mal placé pour aller dénoncer ce qu'on impose dans son propre pays tous les jours.

Aux USA il y a plus de gens en grande difficulté que dans beaucoup de pays dit du "tiers monde" comparativement aux richesses des dit pays civilisés. 

J'écris USA mais ce n'est pas mieux en Europe où on est plus préoccupé du sort de ceux d'autres pays que du sort de ses propres ressortissants, le phénomène "subprimes" américain est le même que les problèmes des prêts à risque européens, ça ne s'appelle pas pareil, c'est la seule différence.

Dans certains de mes livres je fais allusion à ces apparences, à ces nantis qui sont plus vérolés que les autres mais qui le cachent, là aussi, j'ai vu et vécu de drôles de situations.

Les USA, comme certains pays européens, montrent des fausses victimes fabriquées de toutes pièces et fortement médiatisées pour amener la mort ailleurs en cachant soigneusement la mort lente qu'ils propagent chez eux sur leur propre peuple. 

Alors ont tue aussi les enfants de chez nous mais en silence, il ne faut pas que ça se sache.        

D'ailleurs !

 

Revue de presse locale

De façon innocente.

Toujours pour le fric, mais pas le même pourtant pour les mêmes, sans rentrer dans l'insondable problème de la société moderne qui tue aussi en permanence via les loisirs et la nutrition, ces produits qui rapportent tant pour faire du fric, ce fric qui finance les guerres qui rapportent encore plus de fric.

C'est si innocent ces divers produits d'une nocivité extrême. 

Pour une fois ce sont les autorités françaises qui signalent le fait, pas de façon médiatique éclatante mais ça mérite tout de même d'être souligné même si la presque totalité des français ne regardent pas ce qui est publié au Journal Officiel.

Ils y découvriraient des directives nouvelles, des lois votées pratiquement dans l'ombre, les plus contraignantes bien entendu, ils sont si occupés ces français.

Surtout par les loisirs, ceux qui tombent à point nommé justement ces nuits où les lois "difficiles" sont votées, puisque les français regardent ailleurs.

  

Revue de presse locale
Revue de presse localeRevue de presse locale

Vers les stades.

Ce sont ces périodes si bénéfiques pour les politiques, les esprits échauffés par quelques "guignols" surpayés et excités autour d'un ballon, c'est que c'est très important pour l'avenir d'un pays un ballon de foot, la suprématie par le sport ça donne des ailes et ça fait faire aussi un peu n'importe quoi.

Ça fait même ressurgir la haine, la même que celle du premier sujet de cette page mais sous une autre forme, d'ailleurs il y a aussi de l'alcool, vous savez ces conflits permanents - et entretenus mais ils ne le savent pas - pour opposer les gens afin de mieux les diviser pour mieux les contrôler. 

Et puis pour bien montrer la haine enfouie on crée des petits couplets, c'est vrai quoi, un joueur de foot, souvent pas trop malin, ça vaut bien d'aller détruire ce que possède les autres.

Bon, d'accord, pour une fois ce n'est pas Paris la cible - ou inversement - mais ce n'est qu'un entracte.

Et oui, on en est là. 

 

Revue de presse locale

Ici aussi.

On en est là mais dans un autre contexte. 

La Loi est très claire, n'importe qui peut ostensiblement pavoiser un drapeau à sa fenêtre dès lors que ce n'est pas la représentation de pays ennemis ou interdits par la loi internationale, comme le drapeau nazi.

Dans la logique on peu mettre n'importe quel drapeau s'il est aussi accompagné de celui de son pays mais les textes sont ambigus sur ce point.

De pavoiser le drapeau de son pays est une coutume surtout ancrée aux USA, les américains sont très patriotiques - pourtant on ne les dénigre pas comme fascistes, comme quoi la nuance est exploitable - et très nombreux sont ceux qui pavoisent leur domicile, c'est même très bien vu des autorités américaines, pour eux c'est une fierté si en France certains considèrent que c'est de la provocation.

Dans le cas présent, ce qui dérange le maire socialiste, c'est la croix de Lorraine qui pourtant est le plus fort symbole de la France libre et souveraine (Bien que pour la souveraineté on soit plutôt réduit).

C'est donc encore un conflit politique et une querelle de clocher.

A moins que ce maire ne veuille allumer un feu sociétaire.

 

Revue de presse locale

Là pas de feu.

Juste une cigarette électronique, arrêter le tabac pour vivre plus longtemps et mourrir de cette façon c'est navrant.

Il semblerait que ce soit de fabrication asiatique, comme 80% de tout ce qui est fabriqué et vendu dans le monde. 

C'est tout de même inquiétant puisque ce sont des appareils assez sophistiqués et puis les produits de substitution ne sont pas innocent.

Comme j'ai arrêté de fumer il y a très longtemps je ne me sens pas concernés, et puis j'ai arrêté d'un coup sans palliatif, c'est la meilleure méthode.

Comme ça je ne risque pas de mettre le feu, du moins avec la clope.

 

Revue de presse locale

Serpent briançonnais.

Un coup on avance, un coup on recule.

Si on s'en tient à ce qu'avance le PDG de la SNCF le train de nuit serait définitivement sauvé.

Pourtant quelques jours avant on nous annonce qu'il deviendrait autrichien.

Qui croire dans ce pays ou la désinformation manipulatrice est devenu le maitre mot. 

Sauf N'être que Con et Français, en abrégé SNCF.

 

Revue de presse locale

On vous dit tout puisqu'on ne sait rien.

On dit aussi "parler pour ne rien dire".

C'est en résumé ce qui accouche de cette fantaisie qui dure depuis plus de vingt ans. 

Etonnamment la phase trois n'a pas d'impact alors que les deux autres génèreraient des travaux, à croire que ce rond-point instantané va pousser en une nuit sans qu'aucun riverain ne voit de chantier en ce sens, quelque part ça va les changer un peu parce que question chantiers Briançon nous fait la totale depuis six ans et il y en a encore pour une dizaine d'années, donc un de plus ou un de moins le bordel quotidien ne changera pas beaucoup.

La maire reçoit une enveloppe mais ne sait pas quoi en faire, étonnant, les précédentes il les a utilisées et pas vraiment pour ce dont à quoi elles étaient destinées mais ce n'est pas nouveau et il n'est pas le premier, l'argent public c'est tellement lucratif. 

Bref, une enveloppe de 2,2 millions à l'origine, il va dont en sortir un cout total d'un petit million de plus comme tout ce qui dure et traine en longueur.

Le contribuable peut constater que ses impôts locaux ne seront pas trop impactés puisque presque tout serait pris en charge par l'Etat, le département et la région qui sont alimenté financièrement par le contribuable mais pas le même, du moins pas le même impôts, en finalité la note va encore être salée et augmentera encore d'ici le premier coup de pioche.

Comme d'habitude.

 

Revue de presse locale

Site officiel de l'Etat.

En fait moi j'aimerais bien ne déclarer que mes impôts, entendre ça dans la rue ne surprend plus mais écrit sur un site d'Etat ça fait désordre, j'ignorais qu'on ne déclarait que ses impôts, ce qui m'arrange pour ceux de l'année suivante qu'on va nous prendre à la source sans nous demander notre avis mais comme c'est une loi qui est passée pendant un match de foot dans un hémicycle pratiquement vide, les députés devant la télé à regarder quelques guignols footeux n'étaient pas à l'Assemblée Nationale pour discuter de choses plus importantes, et puis ils ne sont pas trop concernés puisqu'une bonne part de leur émoluments n'est pas imposable. 

Parce que des impôts on va en payer.

 

Revue de presse locale

Ça fait cher le mètre.

Ça fait partie des travaux puzzle de la vieille ville, bien moins importants que le bétonnage du centre ville pour loger des vieux nantis qui ne viendront pas habiter une ville en ruine. 

120 000 euros pour cent mètres d'étude ça fait cher le mètre, moi j'en veux bien la moitié pour faire la même chose.

De toutes façons il n'y a pas besoin d'être ultra qualifié pour réaliser la tâche, neutralisation totale de cette avenue pour au moins quatre mois, décaissement total de la chaussée vu l'état du sous sol imprégné de flotte qui y pénètre depuis des années par les incalculables trous de cette rue, mais les trous à Briançon on en a à revendre, ce serait une bonne idée d'ailleurs vu le nombre, même bradés on ferait encore des bénéfices. 

Les murailles, en elle-mêmes, sont à refaire en presque totalité, il n'y a qu'à voir leur état, visibles mais surtout invisibles, du moins pour ceux qui ne regardent pas.

Cout des travaux ? Inconnu, ce sera la surprise de dernière minute puisque la municipalité vote des enveloppes sans savoir réellement à quoi elles vont servir. Maintenant, vu le cout des études on peut déjà craindre des débordements.

Toutefois, avec le cumul des prestataires financiers ce ne seront pas les briançonnais qui paieront la plus grosse part, ce seront les contribuables, la nuance est très prisée de la municipalité. 

 

Revue de presse locale

Des couts anéantis.

Cet aménagement, effectué il y a peu, sur la base de ce que je préconisais depuis des années, subit la connerie humaine dans toute sa splendeur.

Stationner ou faire passer un véhicule sur ces éléments c'est à coup sur une dégradation assurée.

D'ici qu'un poids lourd en fasse autant la marge est mince mais la marche haute.

Mais bon, on ne peut pas tout savoir sauf peut être qu'il aurait fallu aménager comme je le voyait, réserver une voie de bus spécifique interdite aux autres véhicules par plots en béton, çà, à Briançon on connait bien.

Il est vrai qu'à Briançon les interdits sont autorisés par le maire qui estime qu'une interdiction n'est pas forcément une contrainte, il suffit de s'en exonérer comme le sens interdit autorisé obligatoire du chemin du Barry qui voit passer chaque jour plusieurs centaines de véhicule, dont la presque totalité sont des riverains d'ailleurs, avec la bénédiction de Mr le Maire. 

Juste attendre le jour ou un ados se fera foutre en l'air parce que certains descendent très fort à cet endroit. Une solution, utiliser les bornes inutiles de la vieille ville pour les riverains et le garage WW.

Ces riverains qui ont des enfants à protéger mais pas les enfants des autres, comme quoi l'exonération des règlements passe d'abord par un égoïsme certains.

Et puis les impôts c'est la tirelire, même si de ceux qui l'alimentent certains sont aussi les auteurs des dégradations volontaires, parce qu'à ce niveau ce n'est pas une erreur, c'est délibéré.

L'argent des contribuables on aimerait le voir profiter aux contribuables, ne serait-ce que pour le fonctionnement et le nettoyage.

 

Revue de presse localeRevue de presse locale
Revue de presse localeRevue de presse locale

Boulevard du Lautaret.

Refait récemment.

Un mur le long de l'accès IUT et lycée, avec des gargouilles d'écoulement des eaux de pluie.

Qui ne servent plus d'ailleurs puisque c'est bouché depuis bien longtemps mais ça sert de poubelle et de cendrier.

Ma foi le nettoyage ne concerne que le sol, même si le premier passant venu constate que la merde, à Briançon, c'est partout là où ça se voit comme là ou ça ne se voit pas, du moins en apparence. 

La suite un autre jour, je suis toujours sur ma page Fascisme mais c'est un peu long à développer et puis comme j'écris aussi mes livres, que je conduis les cars, que je sors aussi, que je fais mon ménage, que je mange parfois, que je dors aussi, mes journées sont bien remplies.

Je vous en souhaite une bonne à tous et à bientôt.

 Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,  inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous.

Publié dans Briançon, Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article