Qui rend Justice !

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

La paradoxe d'une société, dite civilisé, c'est de trouver à ses maux des excuses au détriment d'une logique et aux dépends des victimes de ces maux.

 

Qui rend Justice !

Relativiser.

Quand on est bien tranquille assis devant un ordinateur à refaire le monde à travers les réseaux sociaux (Ce que j'essaie de maitriser en filtrant, pas toujours facile, raison aussi de mes "absences" de plus en plus fréquentes sur ces mêmes réseaux), quand on a une petite vie tranquille, de quoi manger tous les jours, des loisirs, un appartement, un lit confortable et qu'on ne se pose pas la question de savoir où va tomber la prochaine bombe ou quel couteau va nous trancher la gorge, il est facile de considérer des situations aux antipodes et de façon critique. 

Quand on vit sous des contrées à hauts risques, qu'on voit décimer autour de soi une partie de sa famille, qu'on voit s'écrouler les structures sociales, qu'on ne parvient pas à trouver de la nourriture tous les jours, qu'on vit la peur au ventre des risques de voir surgir des "bêtes" sauvages avides de sang au nom d'une doctrine religieuse d'un autre âge, on n'a pas la même vision des choses que les bien-pensants occidentaux garant des droits de l'homme - lesquels ? - et s'imaginant détenir la clef du fonctionnement social universel.

Alors, à ces connards bien-pensants, la plupart bobos nantis repus de bonne chair et de fric, se retranchant derrière des textes douteux pondus par eux-mêmes, je leur dis "fermez vos gueules ou allez sur place".

Parce qu'il n'y a pas si longtemps, un peu plus de soixante dix ans, l'épuration d'après guerre, en France, n'a rien eu à envier au tribunaux d'exception actuels dans des pays à feu et à sang, par des gens fatigués d'être la cible des barbares sans état d'âme ni scrupule, tuant indifféremment hommes, femmes et enfants sans aucun remords.

Dans ce contexte si éloigné de nos contrées encore épargnées, il n'y a pas la place pour les scrupules, il n'y a pas la place pour le pardon, il n'y a pas la place pour se pencher sur des circonstances atténuantes douteuses et certainement infondées.

Face à la barbarie il n'y a pas de consensus, les méthodes expéditives sont les plus à même de répondre immédiatement à un danger élevé afin que ne se reconstruisent pas les hordes de tueurs sanguinaires qui frappent aveuglément tout ce qui ne rentre pas dans leurs préceptes.

Et encore, je trouve les Kurdes bien complaisants de n'avoir pas prononcé de sentences capitales (mais on ne nous dit pas tout, les médias ayant cette fâcheuse tendance à construire l'information plutôt qu'à la décrire).

En ce moment on parle des rats qui envahissent Paris - les vrais, ne pas encore aller faire des comparaisons hâtives déformées et détournées - les autorités parisiennes semblent débordées, incompétentes devant ce fléau résurgent qu'on croyait maitrisé depuis plus d'un siècle, comme quoi rien n'est jamais fini si on n'y met pas les moyens.

Les moyens c'est la destruction de ce qui est nuisible, les rats sont utiles s'ils restent en nombre équilibré, il en va de même pour les nuisibles sociétaires des pays qui sont détruit par des humains, si on peu encore parler d'humain en citant ceux qui massacrent sans aucune humanité.

En Iran, comme dans d'autres pays, même en Chine, on ne s'embarrasse pas de cajoler ceux qui sont hors la loi, si cette doctrine, certes extrême, était plus généralisée on n'en serait pas, aujourd'hui, à se demander comment on en est arrivé là.          

 

Qui rend Justice !

Un non sens, une aberration.

Un procès équitable pour ceux qui ne s'embarrassent pas de palabre et de bien-pensantes doctrines occidentales ?

Je lis "quel avenir pour les djiadistes français". Quel avenir pour ceux qu'ils sont allés massacrer au nom de leur conversions à une doctrine barbare et sanguinaire ?

Le nom même de ce "chargé" de cette fonction douteuse, ronflante et inutile, est interrogateur, les consonances nominatives ne sont pas spécialement accablantes mais avec la situation explosive mondiale des prétentions d'invasion de l'islam radical on ne peut hélas que faire le rapprochement, certains diront "amalgame". 

Si l'amalgame est salutaire alors préférons l'amalgame.

Les occidentaux n'ont plus de couille, ils n'ont que des mots pour tenter d'expliquer d'autres maux, ils se servent de leurs médias pour désinformer les populations afin de mieux les soumettre, ce pour s'avilir et servir les communautés qui font maintenant la pluie et le beau temps en Europe, puis bientôt aux USA, cette nation qui s'avilit aussi.

Quel procès pourrait expliquer, et éventuellement comprendre, la justification de tueries à grande échelle perpétrées au nom d'une religion obscure parce que cette religion n'est qu'une entité de soumission des peuples.

Faire revenir ces traitres, ces boulons sociaux, ces névrosés hagards et dénaturés, aux frais des contribuables, puis leur payer des Avocats, les meilleurs bien entendu, toujours aux frais des contribuables, ces Avocats qui ne défendront une cause ignoble que pour faire du fric, encore et toujours, ces Avocats qui, à la limite, se rendent complices des meurtres de masses de leurs "clients".

Puis des Jugements sur pièces, lesquelles ? Pas celles qui vont prouver les tueries mais celles qui vont tenter de prouver que ces ordures sociétaires ont agit au nom d'un idéal, d'une mission, les avocats disposent d'une panoplie impressionnante de superlatifs et de textes pour inverser les situations, rendre coupables les victimes de leurs "clients" afin de transformer ces derniers en victimes de la société.

Ces prouesses juridiques sont courantes, les Juges sont parfois partials, et puis il y a les pressions, les tentations, le fric qui achète tout, même ce qui ne se vend pas.

Puis des vacances dorées dans des centres pénitentiaires ultra modernes, bénéficiant de tout ce qui est inaccessible au commun de la population, toujours aux frais des contribuables, en menaçant et agressant les gardiens de ces condamnés à vivre au frais de l'Etat.

MARRE, MARRE, MARRE de toujours financer ce qui nous détruit. 

Le paradoxe, l'ignoble, l'inconcevable, se répondre des Droits de l'Homme pour protéger des assassins, des meurtriers de masse, comment en est-on aujourd'hui arrivé à inverser les textes en faveur de ceux qui les bafouent en permanence.

On a dépassé l'écœurement, on nous impose la lie à en dégueuler.

Ces pourris doivent rester dans les pays dans lesquels ils ont commis des exactions, chaque pays a ses textes et ses principes, quel qu'individu que ce soit qui se rend dans quel que pays que ce soit doit se plier aux lois et textes du pays concerné, y compris pour les châtiments.

Si l'Etat français plie encore l'échine devant ces demandes de "mansuétude" il se discréditera encore plus qu'il ne l'est déjà.

Il faut arrêter de continuellement baisser la tête pour avaliser l'abject.

Qui rend Justice ? Les institutions d'un pays ou les pressions des communautés internationales ?

Demain une autre page.

Bonne journée à tous

      

Pour me rejoindre, continuer à me suivre, me haïr ou m'approuver et partager ce blog,  inscrivez-vous rubrique "s'abonner", bandeau droit du blog. 

Publié dans Politique française

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article