Ma ville est un enfer

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Sur un concept cinématographique du film  "Ma vie est un enfer" avec Daniel Auteuil et Josiane Balasko.

Film sans queue ni tête, distrayant et burlesque.

A Briançon, si ça distrait, ça frise le burlesque et c'est aussi l'enfer pour ceux qui en subissent les conséquences.

 

Ma ville est un enfer

Ça, c'est moindre mal.

Boulevard du Lautaret récemment refait, un régal pour les camions.

Depuis l'avènement socialiste municipal la moindre parcelle exploitable est bradée aux promoteurs, ces derniers ne travaillent pas pour l'environnement, la qualité de vie d'un lieu ou l'intérêt des autochtones, ils travaillent pour le lucre et les finances, celles qu'ils engagent pour échapper au fisc et celles qui leur rapportent par du bétonnage intensif.

Vu la situation de Briançon il n'y a plus de doute quand à la finalité d'objectif de Mr le Maire, accueillir des résidents avides de montagne, même si la ville est provisoirement en "ruine".

Il en découle les facilités accordées aux promoteur pour disposer à leur guise de terrains pourtant garants d'un environnement sain en les laissant vides de constructions, je dénonce, là, les enveloppes qui passeraient certainement de main en main pour ces acquisitions si juteuses.

 

Ma ville est un enfer
Ma ville est un enfer
Ma ville est un enfer

Chemin de la Tour.

Actuellement coupé aux fins de réfections.

Y rouler est un enfer.

Cet axe, de moindre importance, est le modèle type de la voirie à Briançon.

Une partie non négligeable de cette voirie est sensiblement dans le même état, l'irresponsabilité des élus, municipaux comme départementaux, crée un conflit qui arrange les uns comme les autres.

Le département se défausse sur la municipalité pour la réfection des rues dont il est responsable et inversement, c'est très pratique, la ville refusant de faire les travaux qui incombent au département.

La raison évoquée c'est "l'Etat a réduit les dotations aux régions", là aussi, c'est déconcertant de mauvaise foi, puisque ces réfections sont attendus depuis des décennies, donc largement antérieures à la défection de l'Etat qui a besoin de cet argent pour pallier des pharaoniques dépenses sociales d'assistanat qui ne cessent d'augmenter, savoir où passe l'argent des contribuables locaux. 

Savoir aussi que la mise en péage des stationnements, à l'origine, a pour vocation d'entretenir les chaussées, encore des détournements de fonds dilapidés dans des conneries démagogiques, de la communication inutile et des festivités douteuses.

 

Ma ville est un enfer

C'est la quatrième fois....

....que cet endroit est ouvert en même pas deux ans, le terrain en est devenu meuble, on pourrait presque rouvrir à la petite cuillère, à peine rebouché on ouvre de nouveau.

L'enfer des riverains n'est plus à démontrer, les difficultés de circulation (qui se fait par un parking), les nuisances sonores, les gaz d'échappement des véhicules bloqués et des engins de chantier.

Et là ce n'est encore rien, le pire est à venir quand la chaufferie bois va voir le jour, je ne doute pas un instant que Mr le Maire dépense sans compter l'argent des contribuables locaux pour financer les avocats divers chargés de défendre son projet, ces Avocats qui ont trouvé, là, une mine d'Or en faisant trainer les dossiers par des reports d'audiences et autres viciosités de leur cru, tant que ça dure l'argent coule à flot, celui des briançonnais bien sûr, impôts locaux et péages de stationnements. 

 

Ma ville est un enfer

Rue barrée.

Avec effet d'annonce dans le journal local, le site de la mairie accuse quelques lacunes, il est difficile d'y trouver les véritables motifs, rien n'est à jour.

Plusieurs causes, l'enfouissement de tuyaux de circulation d'eau chaude en prévision de la chaufferie bois, ce qui laisse à penser que pour Mr le Maire c'est déjà gagné, ensuite l'édification des résidences qui vont accueillir les vieux friqués en recherche d'environnement, vu la façon dont on le détruit, l'environnement, je me pose la question de savoir si on ne construit pas ce qui démoli.

J'ai cherché des ouvriers provenant de l'embauche locale, je n'en n'ai pas trouvé. Pour les emplois locaux c'est encore loupé.

Il n'y a pas un seul migrant qui travaille sur ces chantier, il faut aussi réaliser que ces derniers ne sont pas venus profiter de vacances à durées illimitées et gratuites pour bosser, ils ont les mains fragiles et l'estomac délicats, c'est pourquoi les plats qu'on leur offre sont soigneusement étudiés pour ne pas heurter non plus leur sensibilité religieuse.

 

Ma ville est un enfer
Ma ville est un enfer

Quartier Berwick.

Projet Coeur de Ville, dix ans de travaux à prévoir.

Un de mes petits enfants ne dessine que des grues, il faut dire que quel que soit l'endroit où il regarde il ne voit que des grues, une de mes filles habite "Les Clapouses", au coeur du coeur de ville, pour les habitants de cette résidence c'est l'enfer au quotidien.

On va me dire "il faut que ça fasse", certainement, mais juste pour répondre à la folie des grandeurs du maire.

 

Ma ville est un enfer
Ma ville est un enfer
Ma ville est un enfer

Les habitants de "Serre Paix".

Ne sont pas à la noce non plus, ce carrefour de l'enfer, comme l'a surnommé l'un deux, c'est le trajet de secours de la rue barrée plus avant.

Un alternat qui perturbe la circulation, les nuisances qui en découlent sont là aussi très perturbantes, on fait tout en même temps dans cette ville.

Quelques kilomètres plus loin un autre alternat est en place à Prelles, la nuit la route est coupée, déviation par les petites routes à flanc de montagne, pour les transports en commun c'est le pied d'autant que les trains ne circulent plus depuis un mois et demi et ce pendant encore plus d'un mois.

Inutile de décrire les contraintes imposées à ceux qui vont quotidiennement bosser en dehors de Briançon.

De la même façon le manque de concertation des différentes institutions de l'Etat rend la vie locale presque ingérable, le département aurait pu attendre la réouverture de la circulation SNCF pour couper les routes.

 

Ma ville est un enfer
Ma ville est un enfer

Même la Durance y a droit.

D'après ce qui m'a été dit, et qui reste à vérifier, ces travaux d'aménagements se déroulent dans le cadre sportif, ce serait pour faire plaisir aux kayakistes afin qu'ils puissent descendre la Durance avec quelques "difficultés" aménagées.

Je ne doute pas un instant que les impôts locaux en subissent aussi quelques conséquences, on aurait préféré voir cet argent investi ailleurs, comme la suppression du passage piéton en bas de la chaussée, la mise en place de feux tricolores afin de fluidifier la circulation infernale du centre ville matin, midi et soir, et discipliner les piétons qui foutent, par la désinvolture de certains, une merde pas possible aux heures fatidiques. La liste n'est pas exhaustive.

Les riverains de cette ZAC Durance sont à la noce aussi avec le bruit d'enfer de ces excavations et déplacements de rochers de plusieurs tonnes.

Quand ce sera fini un chantier va voir le jour dans le même secteur, Bérard Abelli construisant une résidence (encore une) sur le dernier terrain encore disponible de ce secteur.

Briançon va ressembler à Bobigny en banlieue parisienne. 

Ces derniers ne viendront plus, quand on va se détendre à la montagne ce n'est pas pour retrouver le béton qu'on quitte quelques jours pour se dépayser.

 

Ma ville est un enfer
Ma ville est un enfer

Place de l'Europe ce jour.

A ces heures c'est assez folklorique, des stationnements anarchiques mais qu'on peut comprendre, puisque les rues barrées en réduisent le nombre (sauf pour les PV, qui eux ne se réduisent pas, ce serait même plutôt le contraire) Les commerçants ne sont pas à la noce non plus.

La circulation de cet endroit, un des plus dégradés de la ville, est également un enfer, c'est le seul passage pour se rendre à la poste, à la banque, chez les médicaux locaux, faire passer les camions de chantiers, etc..

Savoir aussi que la chaussée est toute aussi encombrée, la dépose des bambins "handicapés moteur", ou supposé l'être, nécessitant une approche, des établissements, qui crée un beau bordel en ville, sans tenir compte des gaz d'échappement émis de façon intense par cette circulation embouteillée et par le redémarrage des véhicules un moment, mais souvent, stoppés par les "agents" chargés de faire traverser les bambins qui viennent à pieds, il y en a encore qui ont leurs jambes et apprennent à s'en servir.

Je ne marque pas "réguler la circulation", je marque bien faire passer, sans réaliser qu'en limitant le nombre d'arrêt des véhicules, en canalisant les piétons pour les faire traverser par groupe, on minimiserait l'impact polluant sur leurs petits poumons pas encore développés.

Mais Mr le Maire est ancien vétérinaire, il ne sait peut-être pas comment fonctionne l'appareil respiratoire des humains, déjà que dans son entourage les encéphales sont déficitaires !

S'il y avait des gens intelligents qui réfléchissent, et qui oeuvrent pour le bien des administrés, ça se saurait et on n'aurait pas cette lamentable parodie journalière de ces lieux bien loins d'être uniques en ville.

 

Ma ville est un enfer

Un casse tête.

Il faut bien que ceux qui viennent travailler stationnent. Il faut bien que ceux qui viennent acheter stationnent, le résultat est là, pas de plan de circulation, l'anarchie dans toute sa splendeur.

Et bien vous ne savez pas ?

Ce bordel sur ces places de stationnement défoncées c'est payant, oui Mesdames et Messieurs, les finances de stationnement étant à l'origine imposées pour entretenir les chaussées, c'est un des endroits de Briançon où on a l'impression de stationner sur un champ de labour en bitume, les trous, les bosses et autres dégradations ne se comptent plus.

 

Ma ville est un enfer

Ne pouvant faire autrement.

Certains se risquent à provoquer des embouteillages supplémentaires pour aller chercher leur pain, suivant le temps d'attente avant d'être servi en pain le temps d'attente des automobilistes bloqués reste indéterminé.

Maintenant, il n'est pas non plus facile de réaliser qu'à ces endroits passent aussi de gros véhicules de chantier.

C'est l'enfer de chaque jour des Briançonnais, parce que là je n'ai mis que ce secteur, il y a aussi la gare, chantier provisoirement dégagé en attendant le prochain, puis d'autres axes de la ville, je ne vais pas tous les mettre c'est fastidieux et c'est remuer le couteau dans la plaie des briançonnais.

Pour ceux qui vont bosser sur Monêtiers-les-bains, ils ont droit à trois zones de travaux d'importance, il faut que tout soit terminé pour accueillir les vacanciers d'hiver, ceux qui laissent pas mal de pognon dans des stations excessivement chères, pognon dont les briançonnais ne voient pas la couleur, même en réfection de voirie.

Bientôt un autre grand chantier sur la RN 94 à la sortie de Briançon, la réfection de la voirie qui va du Champ de Mars au Pont Coupé, parce que tout faire d'un coup la fois précédente ne semble pas avoir été une interrogation des élus de la ville (du moins de certains), allier économie, en faisant tout d'un coup, et confort local en évitant de créer un autre chantier d'envergure sur la principale route internationale du secteur. 

D'ailleurs un des élus de la ville a induit à un de mes fils de m'inviter à me calmer, il parait que je dérange la quiétude de pensée de la municipalité, juste savoir si en cette dernière certains pensent encore.

Ce fils a postulé pour un emploi, il s'est vu refuser ce poste parce que son père est un emmerdeur de la ville, un empêcheur de tourner en rond, c'est vrai quoi, on se fait enculer par nos élus et on a le culot de se plaindre. C'est de la discrimination mais comme ça vient d'en haut ça ne se dit pas.

Encore que, si ces élus baisent aussi bien qu'il réfléchissent mon cul ne risque pas grand chose contrairement à mon porte monnaie.

A très bientôt, pour autre chose.

Bonne soirée à tous. 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre, me haïr ou m'approuver et partager ce blog,  inscrivez-vous rubrique "s'abonner", bandeau droit du blog. 

 

 

Ma ville est un enfer
Ma ville est un enfer

Vous pouvez aussi apprécier mes livres, en vente à la librairie Héritier rue Centrale à Briançon.

En vente sur Internet Editions Saint Honoré, FNAC, AMAZON, Etc.

A découvrir en tapant IHUEL ADHOMO sur GOOGLE.

 

Publié dans Briançon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article