Briançon, ville sant... Saleté

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

La notoriété d'une ville tient d'abord à son entretien.

Si ce qui se voit au premier coup d'oeil est acceptable, ce qui se dévoile dans les petits coins, où les touristes vont aussi, est loin d'être acceptable, ce serait plutôt détestable.

 

Briançon, ville sant... Saleté
Briançon, ville sant... Saleté

Des mots ?

Pourquoi faire ! Les mots ne résolvent pas les maux.

Certes, on ne peut intervenir immédiatement, c'est justement pour ça que ça coute cher.

Je me demande juste s'il faut que les touristes et les habitants constatent la dégradation des lieux pour enfin éveiller l'attention.

Je mets "habitants" mais pour Mr le Maire c'est de l'abstrait, juste un vague souvenir qu'on encense avant les élections.

Il est vrai que dans une municipalité où le principal objectif est de se gorger d'orgueil mal placé, d'enveloppes de complaisance et d'autosatisfactions on ne va pas demander à des incompétents de travailler, pour peu qu'ils le sachent.

Ils doivent faire partie de ces travailleurs de l'invisible. (Voir une de mes précédentes pages, où j'encense les cons, moi compris)

 

Briançon, ville sant... Saleté
Briançon, ville sant... Saleté

Un effet.

Plusieurs causes.

Les herbes qui poussent les pierres et les stationnement chroniquement interdits autorisés par mansuétudes municipales et complaisances du maire, les "lumières" des élus n'ayant pas encore atteint leur encéphale, ou du moins ce qu'il en reste.

 

Briançon, ville sant... Saleté
Briançon, ville sant... Saleté

Un constat visuel.

Pour ceux qui regardent bien entendu.

 

Briançon, ville sant... Saleté
Briançon, ville sant... Saleté

D'origine ?

Je ne pense pas que les concepteurs de ces ouvrages aient prévu de construire "biscornu".

Bien entendu ça bouge, normal, ce qui n'est pas normal c'est de laisser bouger sans réagir.

Et puis toujours ces végétations.

C'est vrai que je suis le super casse-couilles, du moins de ceux qui en ont, ce qui est inconnu dans les "hautes" sphères municipales, c'est la raison pour laquelle ils ne se sentent pas concernés, d'ailleurs on se demande même s'ils se sentent concernés par quelque chose. Les gratifications ! Peut-être, probable.

 

Briançon, ville sant... Saleté

Vitre arrière.

Du moins ce qu'il en reste d'un véhicule qui a reculé.

Il faut dire que là aussi le concepteur, plus récent, n'a pas pris en compte que pour détecter un obstacle il faut le matérialiser.

Ces débris de verre sont là depuis !!!!

Un certains temps.

Mais je ne vois jamais personne nettoyer ce secteur.

Il est vrai que l'éternel conflit de responsabilité consiste à rejeter les fautes sur les autres. 

La SNCF considérant que c'est à la municipalité de nettoyer, cette dernière en rejetant la responsabilité à la SNCF.

La puérilité du désengagement des "responsables" irresponsables au détriment des contribuables.

 

Briançon, ville sant... Saleté
Briançon, ville sant... Saleté

Je doute....

....qu'il existe une autre municipalité qui laisse une telle lamentable preuve de son incompétence, ça fait des années que c'est en l'état, ça fait des années que ça se dégrade, c'est l'image que la ville donne de son accueil touristique, d'ailleurs ce sont souvent ces derniers qui m'en font état.

Evidemment, le coeur de ville est bien plus intéressant pour recevoir des petites enveloppes, celles distribuées par les promoteurs pour transformer Briançon en ville dortoir pour les vieux.

Les chantiers successifs et désordonnés qui vont pourrir la vie des briançonnais pendant au moins dix ans.

 

Briançon, ville sant... Saleté

Poubelle de la ville.

Accessoirement utilisée comme parking.

Ça vaut largement les quartiers pourris de Marseille ou de Paris.

 

Briançon, ville sant... Saleté
Briançon, ville sant... Saleté

Il y a le coeur de ville.

En chantier.

Il y a le trou du cul de la ville, c'est le chantier municipal.

Là où on trouve la merde.

Ne pas confondre avec les trous du cul qui laissent la merde, celle que d'autres trous du cul mettent. 

Mais à Briançon pour trouver la merde il n'y a pas besoin de chercher, il suffit de traverser les différents quartiers, à pieds.

En voiture c'est différent, pas besoin de panneau d'entrée de ville, dès que les amortisseurs sont secoués vous savez que vous y êtes, la merde est latérale.

 

Briançon, ville sant... Saleté
Briançon, ville sant... Saleté

Passerelle sur la Durance.

Qui relie deux quartiers différents, je l'avais déjà mis il n'y a pas longtemps.

Je la remets, elle n'est pas très imposante et devient donc sensible aux dégradations.

Comme la rouille qui la ronge depuis des années, j'ai regardé de près, c'est bien attaqué.

Peut être que quand un groupe d'enfants, des écoles alentour, chutera dans la Durance on cherchera les responsables.

Pas besoin d'aller loin, ils sont en mairie.

A très bientôt, pour autre chose.

Pour me rejoindre, continuer à me suivre, me haïr ou m'approuver et partager ce blog,  inscrivez-vous rubrique "s'abonner", bandeau droit du blog. 

 

Publié dans Briançon

Commenter cet article