La politique de la politique

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Ces derniers jours ça bouge beaucoup.

Ceux qui ont perdu et cherchent une excuse.

Ceux qui ont gagné sans majorité.

Ceux qui ont perdu sur tous les tableaux.

Ceux qui cherchent une gamelle où il reste l'espoir de pouvoir y bouffer.

 

La politique de la politique

La "Valls" à plusieurs temps.

Le temps de la durée d'une notoriété ou le temps d'une bonne passe.

De temps en temps, tant qu'il y a du beau temps politique on tend à pirouetter vers la gamelle la plus remplie. 

Quoi de plus naturel en politique, comme le dit si bien Richard Bohringer ces prestataires de service politiques n'ont pas d'attache particulière, juste se trouver dans le bon camp au bon moment.

Depuis deux jours j'en entends des bavardages, Mr Valls n'a aucune pudeur et aucune honte, il cherche le moyen le plus lucratif pour exposer sa nullité après en avoir fait profiter les français pendant son mandat de Premier Sinistre.

Ces hommes, pour peu qu'on puisse les considérer comme des hommes, bouffent à toutes les gamelles pour s'enrichir encore et encore.

Il est vrai que de se retrouver à la retraite politique c'est frustrant, même avec des indemnités à vie payées par les contribuables, sauf avoir un CAP de quelque chose - ce qui m'étonnerait chez ces gens ne sachant même pas qu'il y a un peuple qui travaille - il ne sait rien faire d'autre qu'éructer en bouffant les micros.

Même son "chef" de parti semble ne plus le soutenir, pourtant, Cambadélis, fort de ses diplômes fantômes, ne représente pas ce qu'il y a de mieux en matière de lumière chez les socialistes, il est vrai que ce parti nous a habitué à ne nommer que des incapables incompétents, ce qui serait un lapsus si ce n'était si démonstratif.

Toutefois, pour faire la différence d'avec un banquier propulsé au plus haut de l'Etat, on note quand-même une différence d'instruction et d'intelligence, il faut laisser briller les avantages comme on éclaire si bien les inconvénients.

Donc, Mr Valls, aux convictions politiques très élastiques, déjà très mal vu pour ses exploits gouvernementaux, s'abaisse à aller renifler le trou du cul des nouveaux venus pour y trouver l'odeur du fric facile. Il ne lui reste plus qu'à lécher le bon trou afin de se faire bien voir, comme quoi les enculeurs d'Etat peuvent aussi devenir des lèches cul, ça sent bien la merde politique tout ça.

Après ils viennent se plaindre qu'on les traite comme du PQ.

  

La politique de la politique

Fêlure dynastique.

Comme je l'avais déjà écrit il y a trois jours, le côté dynastique de la saga Le Pen a porté préjudice à l'extension positive de ce parti.

Les objectifs louables et largement défendables ont été occultés par certains revirements et par une soudaine instabilité de fonctionnement, le ralliement de Mr Dupont-Aignant au FN ayant certainement eu plus d'effets négatifs que positifs, c'est la défection de plusieurs centaines de milliers d'électeurs, voire plusieurs millions qui ont voté blanc ou nul.

Surtout, la plus grosse erreur, a été de le désigner comme futur Premier Ministre en cas de victoire, ça c'est la grosse boulette qui a déplu à beaucoup d'électeurs prêts à accorder leur confiance à Marine Le Pen, je me demande encore comment avoir pu commettre une erreur pareille.

Pour porter le FN à la tête de l'Etat il aurait d'abord fallut que son fondateur s'en écarte, Jean-Marie Le Pen a eu son temps, de persister dans une politique d'avant-hier c'est mettre du sable dans des rouages d'horlogerie, et puis il aurait fallu débaptiser le FN pour le rendre plus docile à se faire accepter, ce sigle étant trop marqué par le passé.

Enfin, mais je ne sais pas si c'est généralisé, il serait bien de pouvoir répondre à tous et partout, notre localité, Briançon et environs, semble être oubliée, mes demandes écrites sont restées lettres mortes, sans réponse il est difficile de fonctionner, si on ne me sollicite que pour payer des cotisations ça ressemble furieusement au même racolage que la CGT pour avoir des adhérents, adhérer à une cause d'accord, à condition d'en avoir du retour. 

Je ne connais pas les motivations de Marion Maréchal-Le Pen mais je pense qu'elle a réalisé que cette dynastie est une entrave à sa carrière, elle a raison de prendre quelques distances.

Sur le briançonnais je ne connais pas le candidat FN pour les législatives alors que je connais les autres, même s'il y en a plusieurs pour un même parti, du moins ce qu'il en reste.

Parce que si le PS a sombré corps et âmes dans la honte et les mensonges perpétuels, le LR, du moins ce qu'il en reste, ne vaut guère mieux, prendre la population pour un ramassis de benêt ça va un moment mais en persistant à l'exploiter la sanction tombe.

La France va mal parce qu'elle ne se bat plus, elle ne se bat plus parce qu'on lui a ôté les moyens de se battre. Elle va mal parce qu'elle est muselée par ses dettes, c'est pourquoi la haute finance à tout intérêt a la laisser s'enfoncer dans ses dettes, un pays endetté est soumis, comme un débiteur est soumis à la société de crédit qui le maintient dans les dettes.

Qu'on soit simple smicard ou chef de gouvernement le fonctionnement est identique, quand on est endetté on est pris par les couilles, ce ne sont pas les gesticulations des candidats aux législatives qui changera quelque chose. 

Le grand banquier Macron l'a bien compris, il a joué les jeunes premiers amicaux, gardant ses dents et ses griffes pour après les législatives.

Juste me dire que de voir autant de gens souffrir des conséquences de la finance européenne pour mettre en place celui qui va les laminer, laisse à penser que c'est fait, le peuple est soumis, passons à la phase suivante, leur piquer tout ce qu'ils ont, c'est à dire ce qu'ils espèrent garder en mettant en place celui qui va leur prendre.

      

La politique de la politique

Un projet ?

Lequel ? On en a tellement vu et surtout entendu.

Ce n'est pas avant qu'on fait des projets ?

J'ai parcouru les programmes de presque tous les candidats à la présidentielle, c'est fou les similitudes.

On note surtout les tendances personnalisées, le ciblage médiatique et la préférence industrielle, on parle des chômeurs comme un mal nécessaire, on occulte les largesses d'Etat envers certaines communautés pour aller chercher des exemples douteux afin de justifier l'injustifiable, bref, une campagne électorale classique avec brosses à reluire, largesses ponctuelles de promesses de baisse d'impôts et toutes la panoplie, des faux-culs de service, qui ressort tous les cinq ans. Et ça marche. 

Donc, au LR, on prend les promesses de 2007 de sarkozy et on y arrange une sauce de 2017.

Ces gens ne réalisent même pas qu'ils sont totalement dépassés, qu'ils ne fonctionnent que par automatisme.

   

La politique de la politique

Les législatives.

Les français ne se sentent pas concernés par ces élections pourtant si importantes, on élit un député comme on achète une baguette, pas pour ses capacités mais souvent par notoriété un peu comme on élit un maire dans un village rural, sur son opulence, sa richesse, ses complaisances.

Pourtant, la population subit de plein fouet tout ce qui est voté à l'Assemblée Nationale, l'augmentation des impôts c'est les députés, le déremboursement des médicaments c'est les députés, les mesures anti-sociales qui plombent les ménages c'est les députés, tout ce qui a trait au fonctionnement du pays passe par les députés, et pourtant parmi eux la majorité n'est en place que pour avoir une place, une notoriété qui jouera en sa faveur pour retrouver un mandat, la population se saborde en ignorant le rôle exact d'un député.

J'ai mis cette copie d'écran parce que je suis approché par le LR à travers un candidat, ce dernier, que je ne connais qu'à peine, ne répond pas à mes Mails, pas plus que je n'ai de réponse à mes questions, je vois mal approuver quelqu'un qui m'ignore sauf à aller faire nombre à une réunion, si j'ai été un temps RPR puis UMP je ne suis encré dans aucun moule qui me forcerait à ne pas en sortir, c'est aussi ça la liberté. Je n'ai pas renouvelé ma carte FN, j'attends, et puis il n'y a pas que le FN qui défend de bonnes idées.

J'ai eu l'occasion d'approcher Mr Giraud, il y a quelques années, indépendamment de sa position politique j'ai eu à faire à un homme ouvert et jovial, sa ville fonctionne bien, il fonctionne aussi à l'Assemblée Nationale bien que je n'ai plus eu de Mails provenant de sa permanence comme cela m'avait été promis quand je m'y était rendu.

Et c'est bien dommage pour suivre quelqu'un.

De la même façon j'ai tenté de naviguer sur le site de Mr Murgiat mais la complexité pour y trouver ce qu'on y cherche m'a fait renoncer, tout le monde ne maitrise par l'informatique comme ceux qui sont chargés de créer et de faire fonctionner son site, ces gens ont du mal à réaliser que si on va les voir c'est pour comprendre, pas pour se prendre la tête à chercher ce qu'on n'y trouve pas.       

Quand au FN, en dehors d'invitations à aller à un local à deux heures de route de chez moi pour y passer vingt minutes ennuyeuses et y boire de l'eau, puisque je conduis pour en revenir, et juste pour entendre ce que je sais déjà, c'est à dire pas grand-chose ces derniers mois.

A Briançon, jamais de réunion, sauf à trouver des sympathisants qui se cachent pour ne pas être montré du doigt, il faut garder sa place et sa position, de parler FN rend méfiant et impopulaire, il est vrai que chez les crétins des Alpes on a encore un siècle de retard.

Alors, sauf arriver à me convaincre, je voterai Joël Giraud aux prochaines législatives, si ses services ne m'envoient plus les Mails promis au moins il a de l'expérience, même si cette lanterne rouge n'éclaire que le chemin parcouru, l'inconnu de l'avenir à besoin des connaissances du passé éclairées par la même lanterne pour ne pas commettre les mêmes erreurs. La lumière n'est pas que derrière. 

Et puis la démagogie LR, constructive basée sur du neuf en matière de tourisme, fait un peu peur, je me méfie des grands projets surtout quand une ligne de conduite se résume à ne porter qu'une  grande ambition pour les Hautes Alpes, c'est ce qui s'appelle faire ronfler les mots et parler pour ne rien dire. En matière d'ambition je ne vois que celle du candidat, et pas pour les administrés.

Parce que les projets pour les hautes Alpes, comme ceux pour Briançon, n'ont absolument rien amené qui puissent satisfaire les autochtones, saigner les contribuables locaux pour faire du tourisme de masse sans savoir s'il sera au rendez-vous, c'est plomber encore plus les briançonnais, qui ne reçoivent strictement rien, au bénéfice de quelques touristes encore assez téméraires pour venir constater les dégradations annuelles de notre région, routes, accueils, stationnements, médiocrité des prestations, j'en passe et des meilleures.

Les touristes je les côtoie, je les vois, je leur parle, j'en ai beaucoup lecteurs de mon blog, ce qu'ils pensent de notre région est loin d'être la béatitude politique des prétendant à la députation.

Ce n'est pas en passant la pommade aux commerçants de la glisse qu'on va améliorer le niveau de vie des briançonnais, mettre quatre heures aller et retour pour faire 95 km afin de pouvoir passer des examens médicaux ce n'est pas ce que j'appelle s'occuper des populations, laisser des routes dégradées et étriquées (La Roche de Rame) ce n'est pas ce que j'appelle s'occuper des populations, ne pas être en capacité d'améliorer le confort local des riverains ce n'est pas ce que j'appelle s'occuper des populations, négliger les administrés par des fins de non-recevoir ce n'est pas ce que j'appelle s'occuper des populations, les gesticulations politiques n'avantagent que ceux qui en tirent profit au détriment de ceux qui les mettent en place.

Alors les grandes envolés lyriques sur l'accueil des miséreux africains c'est bien, pour les médias c'est du beurre, pour ceux qui payent c'est la tirelire inépuisable qui paye le beurre.

La politique de la politique c'est ne pas faire de vraie politique afin de faire croire qu'on fait de la politique. La vraie politique c'est d'abord s'occuper de soi pour faire croire qu'on s'occupe des autres. Et puis c'est si rémunérateur.

Si j'en avais les moyens financiers je me présenterai aux législatives, sans étiquette. Si, celle du peuple qui n'a plus droit à la parole.

Allez, ça va pour aujourd'hui.

A très bientôt et bonne soirée à tous.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog, inscrivez-vous rubrique "s'abonner", bandeau droit du blog. 

         

Publié dans Politique française

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article