Les interdits autorisés

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Depuis que j'ai eu confirmation que la plus haute autorité municipale autorisait l'emprunt des sens interdits, je ne m'étonne plus de rien et ne relève plus rien, attendons l'accident mortel qui justifiera mes craintes, parce que ça arrivera.

Mais des fois !

 

Les interdits autorisés

Ça a l'air possible.

C'est à dire la distance, les vitesses et la configuration.

Savoir que les images ne sont pas révélatrices d'une réalité, les vidéos si, c'est pourquoi j'en conserve certaines quelques temps, histoire de faire des recoupements.

 

Les interdits autorisés

Ça va vite.

Plus vite que de l'écrire.

 

Les interdits autorisés

Ça a l'air loin.

Ça ne l'est pas.

 

Les interdits autorisés

Bien sûr ça passe.

Cette fois encore.

Mais j'ai freiné énergiquement bien qu'à seulement 45 km/h.

 

Les interdits autorisés

Personne derrière moi.

Qui pourrait justifier un empressement à passer devant en force et à vive allure.

Que cet individu emprunte le sens interdit comme s'il était sur autoroute, ma foi c'est autorisé par l'autorité municipale contre toute logique réglementaire.

Qu'il coupe la route sans se préoccuper de savoir s'il ne va pas générer une réaction de la part d'autres automobilistes, c'est une habitude, tout le monde n'est pas instruit ou responsable.

Ce qui est perturbant, c'est que c'est récurent, toujours les mêmes, toujours ce dédain de la société et surtout cette auto-impression d'être seul au monde.

Jusqu'au jour où !!!!!!

Alors attendons l'accident, au moins ça remplira un peu la page Briançon du journal local, c'est inepte en ce moment, ceux qui achètent le journal me le disent, mais ils continuent d'acheter parce qu'ils sont un peu obligés, de tenir un commerce implique certaines obligations pour rendre service à la clientèle, celle qui, comme moi, n'achète plus ce journal justement parce que c'est inepte, 365 Euros par un pour ne parcourir qu'un 200ème d'un journal creux c'est de l'argent foutu en l'air.

Et voilà, le délateur à encore frappé.

Délateur ?  Mais non, je ne vise personne, je ne cite personne et je ne dénonce personne.

Juste les constatations journalières d'une société en perdition et manquant très sérieusement de repères.

A très bientôt, pour autre chose, mes boulot tiens, une suite en attendant le livre.

Bonne soirée à tous.

 

 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article