Une interrogation ? Une réponse !

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Les échanges de points de vue sont constructifs même s'ils sont divergents.

C'est avec des divergences qu'on crée des convergences donc une unité.

Une interrogation ? Une réponse !

Une probabilité.

Une interrogation d'un de mes lecteurs et ma réponse qui n'engage bien sûr que moi.

Bonjour François, 
Et vous Mr Ihuel, vous pensez que François Fillon fera un bon Président ? Au vu de de son palmarès lorsqu'il exerçait entre 2007 et 2012 et ses dépenses personnelles lors de son mandat de premier ministre avec les deniers du contribuable (comme un journal l'a rappelé aux mémoires courtes), avec, à ce moment là, l'histoire sur son appartement entre autre. Parce que Mr Fillon qui dit (en visant Nicolas Sarkozy) "Il ne sert à rien de parler d'autorité lorsque l'on est pas soi-même irréprochable" ... On est effectivement en droit de se demander, si vous revoyez bien tout ce qu'il à fait dans le passé, s'il peut-être un chef d'état irréprochable ... Et les gens me font bien marrer en ne voulant plus de Mr Sarkozy car il aurait ruiné la France parce que trop réformiste pour certains et je ne sais quoi pour d'autres, et il font passer Fillon ! qui sera un réformiste "radical" ... Je doute déjà que l'on aille droit dans le mur ! Ce qui me rassure c'est que ce ne sont que des primaires et que ce n'est nullement représentatif du réel nombre d'électeurs que nous aurons en 2017. Par ailleurs, à propos de chiffres, Fillon disait : "Je suis allé à la rencontre des Français, j'ai discuté avec eux je les entendu, j'ai rencontré à peu près 8000 personnes ...Vous pensez sérieusement que c'est un panel suffisant ? Aucun journaliste n'a posé les questions pertinentes, comme toujours, évidemment avec une presse dominés par des industriels (tous ces patrons qu'ils ont sollicités pour qu'ils rachètent leur presse en difficulté) cette presse est muselée par ces nouveaux patrons, elle ne peut plus dire ce qu'elle voudrait dire dépendamment. En ce qui me concerne, je ne regretterai rien si Mr Fillon est Président et que c'est à nouveau une catastrophe puisque je n'aurai pas voté pour lui. Je me réserve cet forme d'égoïsme pour lorsque le moment sera venu. 
Bonne journée !

 

Bonjour et merci de cette interrogation.

 

Il ne faut pas aller trop vite dans les déductions, je n'avance pas que Mr Fillon sera ou serait un bon président, tout comme il n'est pas permis de dire que Mme Le Pen serait le monstre que font miroiter les socialistes qui n'ont plus que le III ème Reich comme références.

 

Je réalise seulement que dans la conjoncture actuelle il reste le seul, de droite, sans casserole même si son mandat ministériel de la présidence Sarkozy ne reflète pas les lumières comme certains pourraient les attendre, j'ai lu l'ouvrage de Patrick Buisson, bien que transpirant la revanche personnelle il y a des grandes lignes qui ne trompent pas, Mr Sarkozy s'est imposé en monarque qui ne souffre pas d'être contredit, ça ne facilite pas le travail de son Premier Ministre qui en a été l'unique durant la totalité de la mandature, ce qui est quand-même remarquable.

 

Je ne vire pas de bord, quand bien même j'en aurai un, mais je prends soin d'étudier tout ce qui est susceptible de redresser le pays.

 

Tous les hommes sont soumis au fonctionnement, seuls ceux qui ne fonctionnent pas restent immuablement les mêmes et ce n'est pas un gage de stabilité puisqu'un chef d'Etat est soumis à la contrainte colossale de la politique internationale.

 

Un président est élu par son peuple sur des critères patriotiques, peu de gens réalisent qu'il est aussi responsable de la nation vis à vis du monde entier, il est obligé de suivre le cours des évolutions mondiales, ce serait long et fastidieux à développer dans une page de blog mais on ne peut demander à un Président de la République de rester identique du début à la fin de son mandat, c'est absolument impossible.

 

Ce que le peuple français attend de son président c'est d'abord de garantir l'intégrité du pays, puis de maintenir la continuité culturelle de ce pays et enfin de développer l'économie de ce pays à travers l'industrie et le commerce qui dépendent d'ailleurs en grande partie de la politique internationale.

 

A l'heure actuelle, et à mon avis, il n'y a que deux prétendants à la présidence qui remplissent ces critères, Marine Le Pen et François Fillon, avec des fonctionnements différents mais des idées générales identiques, surtout concernant l'esprit de la patrie.

 

Un homme (Ou femme) politique irréprochable ça n'existe pas, un homme reste un homme avec ses qualités et ses défauts.

 

Le problème majeur actuel c'est que les populations sont de plus en plus exigeantes vis à vis de leurs responsables, on peut aisément le comprendre depuis trente cinq ans que la France se dégrade, quand on n'a que du médiocre on exige du parfait sans seulement se contenter du partiel à améliorer, même s'il est plutôt bon que mauvais.

 

Nicolas Sarkozy n'a pas "ruiné" la France tout seul, d'autres avant lui y ont contribué mais c'est plus compliqué qu'une simple dette, fut elle colossale, un Président c'est aussi un chef d'entreprise gestionnaire, il ne travaille pas seul mais il impose ses vues, Nicolas Sarkozy a voulu travailler seul, il a voulu paraître quand d'autres ont fait preuve d'humilité lorsque la crise financière mondiale s'est abattue sur l'Europe, pour le prestige et la notoriété il a anticipé sur de l'improbable en augmentant la dette de près de la moitié de ce qu'elle était déjà, il s'y est cassé quelques dents ce qui lui a valu, entre autres, d'être évincé par les français pour un deuxième mandat.

 

D'autre part le gâteau national attire du monde, ceux qui sont frustrés de ne pas parvenir deviennent des hyènes pour ceux qui sont élus et inversement, mais que ce soit au collège ou à la tête d'un pays les hommes fonctionnent tous de la même façon selon qu'ils sont en place ou qu'ils voudraient être en place.

 

8 000 personnes c'est suffisant pour avoir une fourchette acceptable d'opinions, sauf à aller ne voir que des sympathisants.

 

L’intérêt de cette primaire c'est d'avoir des électeurs libres de parti, ou plutôt pas spécialement attachés à un parti, il y a fort à parier que bon nombre de socialistes, se doutant de la débâcle du premier tour de la présidentielle le 23 Avril 2017, sont allés voter pour la primaire de la droite, le peuple aussi est fluctuant, si on exclu les purs et durs partisans il reste 70 % de la population n'ayant pas d’adhésion partisane dont près des trois quart ne comprennent rien à la politique et votent pour celui qui parle le dernier ou celui qui a une belle gueule, ou encore qui organise les plus fastueux rassemblements, Sarkozy en a fait les frais dans les deux sens du terme.

 

La France n'a pas besoin d'autres réformes mais de transformations en profondeur sauf que si tout le monde veut du changement c'est à condition qu'on ne change pas son fonctionnement personnel, le changement c'est toujours au détriment des autres.

 

Maintenant, la vraie gouvernance du pays appartient aux industriels et aux financiers (Ce qui est à peu près pareil), avec un pays qui a dépassé en dette le montant de son PIB le chantage fonctionne à plein, François Fillon ne pourra rien y faire mais Marine Le Pen le peut avec l'énorme risque de la faillite du pays, ce sont les financiers qui tiennent les rennes, ils peuvent faire la pluie et le beau temps, si le FN passe les bouleversements seront énormes, tant mieux, c'est ce qui est indispensable, sauf que les financiers mettront la France en faillite, contre ce scénario il n'y a que les alliances internationales "contre nature" du moins contre la nature US puisque c'est de là que les directives partent, c'est la plus grande porte à la guerre.

 

Disons que si François Fillon est élu en 2017 ce sera le maillon manquant pour que le Front National puisse prendre le pouvoir sans casse en 2022.

 

Maintenant, pour répondre à la dernière interrogation, la catastrophe on est en plein dedans, je doute qu'il puisse y avoir plus de casse, François Hollande aura réussi deux exploits, détruire la France et détruire non seulement le parti socialiste mais le socialisme lui-même.

 

Attendre et voir, le peuple est volatile, en cinq mois il peut s'en passer bien des choses.

 

Bien à vous

 

Bonne soirée à tous et à bientôt.

 

Publié dans Politique française

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Frédéric 02/12/2016 09:46

Effectivement, vous avez raison François.
Excellente analyse.
Bien à vous