Mais qu'est-ce qu'on s'emmerde à aller bosser !

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Dans le monde démocratique européen il y a deux sortes

d'individus.

 

Ceux qui font fonctionner cette démocratie sans en profiter et ceux

qui en profitent sans la faire fonctionner.

 

Mais qu'est-ce qu'on s'emmerde à aller bosser !

Les Suisses seront consultés.

 

A la différence de la France ces derniers sont entendus et écoutés, on ne leur impose pas des lois par court-circuit d'Etat.

 

C'est beau, plus on est nombreux et moins il y a de possibilité de répondre à "l'offre", mais pourtant on considère que tout individu à le droit de pouvoir vivre décemment.

 

Droit, pas devoir, la nuance est d'importance.

 

J'ai volontairement mis les couleurs dans l'ordre pour bien faire référence au pays qui octroi le plus d'assistanat à ceux, pour beaucoup, qui ne devraient pas y avoir droit

 

"On est en train de changer le monde" !

 

En effet, le monde change mais pas en bien et puis c'est quoi cette connerie d'échanger des revenus d'assistanat universel contre des "petits coups de main", une solution pour encourager le travail au noir ?

 

Ça ne veut rien dire, juste un guignol de plus qui voit dans cette opportunité l'occasion de sacrifier le vrai travail au profit de "travaux" d'intérêt général, ce qu'on impose à certains justiciables, une forme d'utilisation de la main-d'oeuvre gratuite.

 

Mais qui va payer çà ????

 

Mais qu'est-ce qu'on s'emmerde à aller bosser !
Mais qu'est-ce qu'on s'emmerde à aller bosser !

Moi je le sais.

 

Et je ne suis pas tout seul.

 

Pour améliorer l'ordinaire, et pour pouvoir répondre aux diverses sollicitations de ceux que j'aide, je continue à travailler, c'est un choix bien sûr, personne ne m'y oblige sauf le système. Je vais donc aller travailler plus de trois mois que pour les impôts.

 

Je pourrais me contenter de ma retraite mais je ne suis pas sûr que ce serait suffisant, sauf à me priver et me priver je l'ai fait durant des décennies afin d'avoir de quoi passer une vieillesse paisible.

 

Hollande a promis tardivement de baisser les impôts (Mais bon, quand on les a augmenté de 100 points on peut bien les baisser de 2, ça fait toujours bien avant un scrutin) de certains retraités (Compensé par une hausse supérieure des retenues à la base), alors que mes revenus ont augmenté de 50 % par mon unique travail, mes impôts augmentent de 400 % par l'unique volonté de l'Etat d'entretenir ceux qui ne travaillent pas. (Entre autres)

 

Parmi eux ceux que je trimballe, munis de la fameuse carte "solidarité" qui leur permet d'effectuer n'importe quel trajet pour 1,20 Euro, beaucoup puants et avinés, faisant des réflexions concernant ma présence à un emploi estimant que je prends la place d'un chômeur qui ne la voudra d'ailleurs pas.

 

Ce sont toujours les bouffes-merde les plus exigeants et ce sont ceux qui ne bossent pas en profitant du travail de ceux qui bossent qui critiquent le travail en méconnaissance de cause.

 

Il y en a ras-le-bol de cette lie de la société qui crache dans la soupe parce qu'un guignol élyséen leur à promis des finances faciles.

 

Mais qu'est-ce qu'on s'emmerde à aller bosser !

Sauf à faire tourner la planche à billet. (On n'est plus à une inflation près)

 

Pour entretenir les improductifs il faut de l'argent. 

 

Pour avoir de l'argent il y a deux méthodes, ponctionner ceux qui produisent ou/et emprunter.

 

Vendre notre technologie ne rapporte plus rien, ce que les gens ne savent pas c'est qu'on vend (Armement, technologie, etc..) pour rembourser les intérêts de la dette parce que l'Etat y est poussé mais je doute qu'il s'en vante, c'est comme un père de famille qui vend sa voiture, poussé par les créanciers, pour rembourser les intérêts de son crédit, il n'a plus sa voiture mais il a toujours le crédit qu'il faut quand-même rembourser (Pour faire simple et compréhensible) et qui génère toujours des frais donc encore de la dette et des intérêts.

 

Ponctionner par les impôts a ses limites, quand on crée des pauvres à force de prendre même ce que les salariés n'ont plus on les fait rentrer dans le système de l'assistanat qui augmente, donc diminue les produits du travail donc l'impôt sur le travail. L'impôt devient alors disproportionné par rapport aux revenus, c'est l'amorce de la chute dans la précarité

 

Emprunter cause un problème majeur qui est proportionnel à l'augmentation de l'emprunt, les intérêts et les intérêts des intérêts.

 

Ces derniers sont assujettis à la capacité de remboursement, le problème c'est que le calcul de la richesse d'un pays inclu les emprunts "placés", on fait semblant d'être riche avec l'argent de l'emprunt ce qui augmente les intérêts, Sarkozy connait bien le problème lui qui a augmenté la dette du pays de 35 % du PIB en seulement cinq ans, ce que n'ont pas réussi à faire ses prédécesseurs réunis en 28 ans, ce qui lui a aussi permis de faire croire aux français (Du moins à ceux qui n'y connaissent rien, nombreux) que la prospérité de la France était au beau fixe même au plus fort de la crise financière mondiale (2009/2011).

 

Hollande emprunte moins, il vend et il ponctionne sans s'occuper des dégâts qu'occasionnent ces ponctions, lui, comme Sarkozy, fonctionne sur les apparences, uniquement sur les apparences.

 

Pour l'Etat français, depuis l'avènement de Mitterrand, l'habit fait le moine, la fausse image d'un pays riche de ses dettes.

 

La richesse de la France c'est le patrimoine du peuple (C'est plus compliqué, je simplifie) et le produit du travail.

 

Le paradoxe c'est que le travail ne produit plus en France, les largesses exigées par les syndicats ont détruit le travail, on ne se repose plus du travail en France, on travaille pour ne pas trop s'habituer à ces excédents de repos.

 

Ce qu'on ne produit plus on l'achète, à l'étranger puisque les excès de repos et les innombrables congés français ont détruit l'outil du travail, on achète avec l'argent de ceux qui travaillent encore et avec l'argent de la dette qui augmente de façon exponentielle proportionnellement aux intérêts quelle génère.

 

On appelle çà de l'autodestruction et/ou du suicide économique.

 

La France est donc plus riche de ses dettes que de son PIB, on a franchi la limite du non-retour, c'est aussi ce qui provoque la faillite des entreprises qui fonctionnent de la même façon.

 

La France est en faillite, le FMI le sait mais laisse la France s'enfoncer, c'est aussi une bonne méthode pour la vassaliser à l'Europe qui est aussi la vassale des USA justement à cause de la dette européenne qui dépend des grandes banques américaines et arabes. (DSK en a payé le prix)

 

Et pourtant nous avons des dirigeants qui fonctionnent monarchiquement comme s'il n'y avait qu'à se servir dans une caisse perpétuellement vide mais alimentée par des emprunts qui la creusent encore plus pour une période devenue incalculable.

 

L'assistanat est donc la gangrène de l'économie de la France mais, paradoxalement, l'Etat, dans la situation actuelle, ne peut plus revenir en arrière, il ne peut que fuir ce qui le rattrape jusqu'à la chute finale, ce qui est arrivé à l'Allemagne en 1922/23 sous la république de Weimar où la monnaie ne valait plus rien, une inflation destructrice, il fallait plus de 1 000 000 000 de mark (Un milliard) pour acheter un pain, la suite on la connait et on s'y précipite.

 

L'assistanat en France détruit le travail, il détruit l'économie et détruit la société.

 

Mais qu'est-ce qu'on s'emmerde à aller bosser !

Avec l'argent qu'on n'a pas....

 

....on peut tout faire, même les pires conneries.

 

Non content d'avoir des chômeurs en augmentation on va favoriser l'accueil de ceux qu'on fait venir d'Afrique (Puisque la majorité des migrants en viennent).

 

Encore une "espagnole" qui a des langueurs ancestrales, Hollande choisi ses collaborateurs dans le monde des "réfugiés" puisque ces derniers s'en targuent.

 

Un camp de réfugiés pour accueillir ceux qui fuient leur pays au lieu de le défendre, pour çà on envoi nos militaires se faire tuer à leur place pendant qu'on dorlote les lâches.

 

Le système crée le besoin, le besoin génère le système, pour ceux qui font de la politique de pointe c'est très juteux, pour ceux qui subissent la politique c'est désastreux.

 

Hidalgo crée donc des "camps d'entrainement" pour les futurs djiadistes avec l'argent des contribuables parisiens, elle n'est pas belle la vie... Pour les autres !

 

Le PS, du moins les pourris de l'Etat qui s'en répondent, sachant que les carottes sont cuites, va passer toute la merde prévue avant de partir, afin de laisser aux suivants toute cette merde, soit ces derniers continueront droit dans le mur jusqu'à l'éclatement (LR, UDI, Etc), soit ils tenteront de redresser le pays avec les colossales entraves que leur mettront dans les roues ceux qui ont laissé cette merde.

 

Vals et Hollande vont faire un coup d'éclat, un baroud d'honneur avant de partir (A moins qu'on ne les arrête pour haute trahison, il faudra faire vite ils ont déjà prévu l'exil doré et pris des dispositions pour se faire, aux frais de l'Etat bien entendu), faire passer le vote de tous les étrangers, la régularisation massive des migrants et l'inscription automatique sur les listes électorales même après de 31 décembre 2016, date buttoir pour les présidentielles.

 

L'assemblée Nationale sera shuntée de nouveau, pour 2017 Valls passera ces dispositions en une seule par l'application du 49/3, un paquet cadeau empoisonné pour tenter de gagner les présidentielles avec la majorité des voix africaines et arabes.

 

Mais qu'est-ce qu'on s'emmerde à aller bosser !

Mais il y a les "insoumis".

 

Qui sont soumis à Mélanchon ou vont le devenir, on n'échappe pas aux chefs.

 

Ce cloporte vindicatif, qui n'a que la haine à la bouche, récupère les quelques exaltés qui pensent pouvoir renverser un gouvernement en perdition.

 

Front de Gauche ça s'appelle.

 

Les écologistes, déjà sérieusement ridiculisés par leur inconsistance et leurs "union-désunions", verraient bien d'un bon oeil s'accoquiner avec cette lavette nanti, les communistes, du moins ce qu'il en reste, iront, même s'ils font semblant de ne pas vouloir, leur fonctionnement habituel.

 

Et puis Mélanchon a ses troupes, les SA, sections d'assaut de l'extrême gauche, comme Himmler et Frank en 1932 d'où ont été choisi les nazis.

 

Si le FN constituait des troupes comme le font les autres partis imaginez un instant la caricature qui accompagnerait !

 

Valls à les siennes, de "SA", ce sont les agitateurs des banlieues qui bénéficient d'une mansuétude d'Etat révélatrice, la racaille des banlieues au service du gouvernement pour foutre la merde afin de diviser et d'avoir un motif pour rester en place.

      

Mais qu'est-ce qu'on s'emmerde à aller bosser !

Les parkas noires.

 

Ça vaut les chemises brunes nazies, bien équipés ces combattants de la rue ne sont entrainés que pour se faire, l'organisation est certainement chapeautée et financée par les responsables de l'extrême gauche dont Mélanchon est le leader.

 

Comme en Allemagne des années 1920/35, se créent des brigades de combats qui sont consécutives à la déliquescence d'un Etat en ruine, ça cadre très bien avec l'écroulement de l'économie de la France, l'Histoire n'est qu'un éternel recommencement, surtout quand on a eut d'aussi célèbres exemples.

 

Et bien vous savez quoi ! Ça me "chier" d'aller bosser pour en arriver là.

 

Nous n'en sommes qu'au début, les cinq ans à venir seront décisifs, l'écroulement massif de l'Europe, l'effondrement brutal le la monnaie européenne qui va rendre les pays ainsi réduits vassaux des USA qui vont de nouveau venir en vainqueur.

 

Effectivement, ils seront les vainqueurs, du moins les banques.

 

Si j'avais le pouvoir de choisir un allié pour la France il serait à l'Est, pas à l'Ouest, la Russie sera la garantie de l'Europe si cette dernière ouvre les yeux, mais j'ai bien peur qu'il soit un peu tard.

 

Ma prochaine page, "Mes Boulots", l'actualité domine.

 

Bonne soirée à tous pendant qu'on a encore des bonnes soirées.

 

Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,

inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article