Race ! Religion ! Nationalité !

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

En ces temps de grands troubles sociétaires il est bon de soulever

le voile sur ce qui est le grand sujet d'actualité.

 

"L'invasion" musulmane en France.

 

Race ! Religion ! Nationalité !

J'ai hésité avant de choisir l'image. (Image Internet)

 

Contrairement à ce que veulent faire croire les bien pensants (De quoi d'ailleurs ?) il existe les races humaines comme il existe les races animales partant du principe que nous sommes en première place de ce règne animal dont nous faisons partie.

 

La société moderne fabrique des mots nouveaux, des expressions nouvelles, juste pour que quelques-uns aient l'impression d'avoir la science et la façon de s'en servir.

 

La société moderne fabrique aussi des hommes nouveaux qui n'ont plus grand-chose à voir avec nos modèles d'il n'y a seulement qu'un siècle, si la présente image est excessive elle est aussi représentative d'une dérive certaine que la nature n'a pas prévue, je ne doute pas que cette même nature n'y trouve parade par les maladies qui décimeront ces anormalités humaines sauf devenir porc et être consommé.

 

Si c'est le cas je me pencherai sur le style de vie de l'homme-porc transformé qu'on me ferait bouffer, je n'aime pas les mauvaises surprises. (Film "Soleil Vert" de 1973 avec Charlton Heston et Edward G Robinson, pour ceux qui connaissent)

 

Partant du principe qu'il y a autant de fonctionnement différents que d'êtres humains sur terre, se prendre pour celui (Ou celle) qui sait c'est un peu comme se prendre pour le Pape quand on est musulman.

 

La société, pour fonctionner, doit être cohérente et disciplinée, elle doit aussi s'entourer de règles afin de gérer un fonctionnement multiple, c'est donc pour çà qu'il existe des lois et des règlements adaptés à un fonctionnement suivant la nature de la culture et les bases de cette culture.

 

Toutes les cultures du monde sont dépendantes d'une religion, ce sera la suite de cette page ou une page suivante.

 

Par définition, la race c'est la différence qui existe entre diverses morphologies physiques, il n'est pas péjoratif de dire qu'il y a le type négroïde, le type asiatique et le type européen, les trois plus grandes tendances puisqu'il y en a bien d'autres.

 

Je trouve surprenant que des gens d'une origine différente de la mienne s'offusquent qu'on leur dise qu'ils sont noir, arabe ou autres sauf à considérer qu'ils auraient honte de leur condition, mais pourquoi ? On ne choisi pas et tout les êtres de la terre sont respectables dès leur naissance.

 

L'irrespect ne vient pas d'une condition physique ou raciale, il n'est que la conséquence d'un comportement, souvent religieux, même si certains préfèrent y voir le racisme, raccourci commode pour ne pas donner de justification à une telle attitude d'ailleurs injustifiable.

 

Dans les catégories définies du règne actuel des êtres vivants il y a les crustacés, les mollusques, les vers, les poissons, les oiseaux, les insectes les batraciens, les reptiles et les mammifères dont nous faisons partie.

 

Ces différentes espèces se caractérisent par leur mode de vie, de fonctionnement, d'alimentation et de reproduction.

 

Dans chaque espèce il y a des différences qui se définissent par le terme de race.

 

De vouloir inhiber les différences, pourtant incontournables, c'est essayer de nous faire croire que nous sommes tous identiques, si c'était le cas ça se saurait mais ça ne se verrait plus.

 

Depuis la nuit des temps les hommes sont au sommet de la chaine alimentaire qui est indispensable à la survie, les autres êtres vivants, suivant les catégories, n'étant là que pour servir de nourriture aux autres.

 

La société moderne voulant s'exonérer de ces principes, pour des raisons très obscures, se crée des difficultés qui en génèrent d'autres au point de se dégrader à cause de la perte de ces repères indispensables à la vie sur terre.

 

C'est une spécialité sociétaire qui veut que certains dominent les autres en les soumettant par de fausses informations et en leur apprenant à ne plus être eux-mêmes, une forme de société moulée dans des principes qui n'ont plus rien à voir avec le fonctionnement naturel de l'évolution, une façon de rétrograder dans cette évolution.

 

C'est un mécanisme automatique qui se met à fonctionner quand une population dite est en surnombre, c'est valable pour toutes les espèces vivantes, y compris les végétaux.

 

Toutes les sociétés en surnombre sont décadentes, toutes les sociétés en surnombre s'autodétruisent.

 

Race ! Religion ! Nationalité !

Ces dessins du XVIII ème siècles....

 

....Sont révélateurs de l'interrogation qu'ont les hommes face à ce constat de différences morphologiques, Il a fallut des millions d'années pour parvenir à ce résultat si on considère que l'homme descend du singe sachant aussi que parmi les singes il y a aussi d'énormes différences morphologiques.

 

Quand on me dit "nous sommes tous égaux" je me pose la question de savoir sur quels critères on se base, si c'est pour définir l'évolution de l'homme et le développement de son cerveau il y a en effet une égalité certaine dans l'évolution mais pas répartie de la même façon suivant les races d'hommes.

 

La perception du fonctionnement et l'approche des cultures se font fonction des morphologies humaines, les noirs (Race négroïde) qui sont habitués à vivre dans la savane ne seront pas appropriés pour fonctionner au Groenland par exemple, de même l'homme blanc (Race blanche) type européen ne peut subsister dans la savane parce que sa morphologie ne s'y prête pas.

 

De la même façon la morphologie  s'adapte à une forme de vie et, depuis quelques siècles, à une religion.

 

J'entends déjà les cris d'orfraie de ceux qui vont me prouver le contraire avec force démonstration d'européens qui vivent en Afrique Noire sans problème, juste se dire que si on retire à ces européens tous les expédients indispensables qui leur permettent de vivre sous ces latitudes ils mourront d'inadaptation alors que les hommes négroïdes vivront d'excellente façon dans les mêmes conditions parce que conçu pour par la nature.

 

L'inverse est équivalent, les humains négroïdes qui vivent dans l'hémisphère Nord ne s'adaptent que parce qu'il ont les structures en ce sens pour ce faire.

 

Il est maintenant réel que certains noirs sont tellement adaptés au fonctionnement occidental qu'ils ne pourraient pas revenir en arrière mais plus par fonctionnement que par adaptation.

 

Je reste persuadé qu'un homme noir bien implanté en Europe depuis des générations, fonctionnant à l'identique de ses homologues blancs, se réadapterait très vite si on se retrouvait subitement en pleine savane, les hommes blancs n'y survivraient pas longtemps.

 

Pourquoi un tel déroulement ? Pour bien faire la différence entre ce qui existe et ce qu'on invente à des fins politiques et lucratives (Ce qui revient au même) et l'exploitation que ces politiques en font.

 

Race ! Religion ! Nationalité !

Photographie actuelle.

 

Sauf être totalement demeuré la différence est bien présente.

 

Aucune race n'est supérieure ni inférieure à une autre, elles ne sont que différentes et fonctionnent différemment même si dans une société aseptisée et conditionnée ça ne parait pas au premier coup d'oeil.

 

Ces différences se caractérisent par des modes de fonctionnement suivant les caractéristiques morphologiques, les expressions, le langage et sa prononciation, l'impossibilité pour certains de prononcer les mêmes mots que d'autres, la taille, la couleur de peau, le fonctionnement sexuel etc..

 

Ce n'est pas discriminatoire d'un individu à l'autre, c'est une évidence.

 

Le gros problème de nos sociétés dites évoluées c'est de se servir de ces différences à des fins vicieuses et exploitées ainsi qu'à des fins politiques, la religion est également incluse dans le traitement de ces différences, le but primaire c'est d'opposer des individus à d'autres afin de mieux les maitriser, on dit aussi politique politicienne d'exploitation des masses.

 

Refuser l'évidence ne sert qu'à des causes néfastes.

 

Une société cohérente et homogène fonctionne sans problème, quelle que soit la forme de cette société, si on perturbe l'homogénéité de cette société en lui ajoutant des éléments fonctionnant différemment la machine s'emballe, la cohérence disparait au profit d'un fonctionnement anarchique qui tente de s'adapter sans succès, quand on mélange de l'huile et du vinaigre ils se marient mais pas longtemps, le vinaigre reste du vinaigre et l'huile de l'huile, tout le monde voit ça dans les récipients contenant de la vinaigrette.

 

Sauf peut-être celle qui est transformée pour rester mélangée, c'est qu'il y a des ingrédients de trop (Chimiques dans le cas de la  vinaigrette) qui imposent aux éléments indépendants de rester mélangés, c'est ce qui se passe dans la société quand des hommes de milieux et cultures différentes ne peuvent fonctionner en cohérence, on ajoute des éléments supplémentaires qui s'appellent religions, contraintes et règlements.

 

Des humains, aucun n'est satisfait puisqu'on ne peut imposer à un fonctionnement un autre fonctionnement contre nature.

 

Race ! Religion ! Nationalité !

Quartier chinois à Paris.

 

Cependant, on peut considérer que les communautés, faute de pouvoir se mélanger dans leurs cultures, peuvent cohabiter sans problème dès lors que chaque structure s'adapte en modifiant son environnement immédiat à ce dont elle a besoin, donc de se créer une ambiance cultuelle et culturelle lui permettant de fonctionner de façon autonome culturellement au milieu des autres pourvu que rien ne déborde.

 

C'est la coexistence pacifique des peuples dans un même lieu.

 

Il y a donc des races différentes, de nationalité différente et de religion différente qui pourtant fonctionnent en harmonie à condition que chaque communauté reste dans son contexte sans vouloir l'imposer aux autres.

 

Dans le treizième arrondissement de Paris les chinois sont installés depuis des décennies, personne n'en n'entend jamais parler, ces gens d'une discrétion exemplaire fonctionnent parfaitement, ils travaillent, ils vivent, ils pratiquent leur religion sans que personne ne s'en rende compte en dehors d'eux-même bien sûr.

 

Dans le quatrième arrondissement sont les juifs, encore plus anciennement installés que les chinois ils fonctionnent aussi en parfaite harmonie, de la même façon ils pratiquent leur religion entre-eux sans faire de prosélytisme d'autant que pour être juif il faut être né juif.

 

Ces israélites sont maitres dans l'art du commerce et de la finance, il est fort probable que s'ils venaient à cesser brusquement ces deux activités l'économie mondiale en serait affectée, ils sont détenteurs de grosses fortunes et à la tête de très grosses banque, il serait malvenu de leur en faire reproche puisque c'est ce qui fait fonctionner le commerce international.

 

En dehors du fait qu'ils ont un peu trop tendance à se prendre pour les éternels martyrs on ne peut pas dire qu'ils gênent qui que ce soit sauf en politique par les pressions exercées sur les peuples, mais c'est aussi pour la finance.

 

Dans le dixième arrondissement sont les hindous et pakistanais, ils tiennent commerces discrets fonctionnant très bien également. Ce sont aussi des gens dont on n'entend non plus jamais parler.

 

Les japonais ont choisi le premier et le deuxième arrondissements, ce quartier très riche leur convient très bien, la haute joaillerie y est omniprésente, les japonais sont des gens riches et également très bons en affaires.

 

De la même façon ils sont d'une discrétion exemplaire et d'une politesse qui frise l'obséquiosité.

 

Ce qui démontre que plus les communautés sont discrètes et autonomes plus elles se fondent dans la société sans que jamais il n'y ait de débordement.

 

Race ! Religion ! Nationalité !

Quartier Barbès à Paris.

 

Actuellement on le nomme quartier africain.

 

Je connais très bien Barbès puisque j'ai habité et travaillé à Pigalle assez longtemps, de plus, parisien de naissance, j'ai parcouru Paris en long, en large et en travers pendant des dizaines d'années, souvent à pieds.

 

Dans les années1950/1970 ce quartier de Paris comportait beaucoup d'italiens et de corses (Mon patron de l'époque était napolitain)

 

En descendant la rue Blanche vers la Trinité on trouvait des arméniens, c'était mon itinéraire préférentiel quand j'étais "coursier" pour mon patron, je passais chez un "client" puis me rendais chez le "beau-frère" par la rue Saint Lazare jusqu'à la rue du Faubourg Montmartre, ces rues là je les ai fait des milliers de fois à pieds, je peux donc en parler.

 

A l'heure actuelle les communautés noires et maghrébines ont presque tout investi, pourquoi pas, ils ont droit autant que les autres à avoir leur quartier pour fonctionner comme chez eux mais hélas pas en autonomie, c'est ce qui diffère des autres communautés.

 

C'est là qu'interviennent les religions.

 

Race ! Religion ! Nationalité !

La terre est à tout le monde.

 

Chaque humain qui nait ne choisi pas le lieu de sa naissance, la nature nous a créé, la multiplication infinie et exponentielle complique de plus en plus la place que chaque humain a le droit de revendiquer.

 

A l'origine des temps, dès que les premiers signes évidents de l'existence de l'homme tel qu'on le conçoit sont devenus réels, le lieu de naissance déterminait le lieu de vie, la nature est généreuse et abondante à condition de la respecter.

 

Chaque homme doit pouvoir vivre décemment, pouvoir se nourrir sans avoir faim en excès et pouvoir s'abriter des intempéries comme se protéger des prédateurs.

 

Au début des temps l'humain était la proie facile de ces prédateurs en grand nombre, l'évolution a fait que l'homme a progressé dans l'échelle alimentaire pour devenir le premier prédateur, à tel point qu'il est devenu le prédateur de lui-même.

 

Tant que les humains ont été en quantité équilibrée aucun problème majeur ne s'est posé si ce n'est les conflits de territoire pour la richesse de ces territoires (Déjà).

 

Du plus loin qu'on peut remonter l'homme évolué a toujours cherché à imposer sa puissance aux plus faibles pour prendre leur place, profiter des vaincus en faisant travailler les plus résistants tout en éliminant les autres, une dure mais incontournable loi de la nature.

 

L'homme a fonctionné comme les autres animaux pendant très longtemps, la nature élimine les plus faibles, les malades et les "déformés (Mentaux, physique et blessés), les combats éliminent les vaincus comme chez les animaux qui éliminent aussi, dès le début, les malades, les déformés et les non viables qui perturberaient une société organisée.

 

La multiplication des humains pose un problème perpétuel, il faut de plus en plus de place pour "loger" de plus en plus de monde au détriment des cultures et des forêts indispensables au fonctionnement de la nature.

 

Moins on peut nourrir les hommes et plus il leur faut de place pour habiter, ce paradoxe échappe à beaucoup de monde, surtout ceux qui en tirent profit, quelques milliers sur sept milliards passés. (D'où les multinationales et les nourritures transformées pour faire du volume, ces dernières contrôlant de vaste domaines y compris la plupart des laboratoires de la planète)

 

Ce qui revient à dire qu'on se crée les conditions idéales pour s'autodétruire de plus en plus rapidement, un bien pour la planète en fin de compte.

 

Ce qui régit l'exponentielle multiplication ce sont les religions et la science mais, bien qu'il y ait un lien entre les deux, les hommes continuent à l'ignorer ou faire semblant de l'ignorer.

 

Le principe d'une religion a deux raisons, la première avoir le plus de monde possible pour s'enrichir sur le dos des croyants, la deuxième pour être en position de force afin d'éliminer ceux qui font de l'ombre pour prendre leur place, c'est une des définitions de Hitler qui avait besoin d'espace vital pour les allemands sauf que lui n'était pas régit par une religion sauf la sienne.

 

Les religions n'ont de but que de s'enrichir et de combattre, rien de plus, ce n'est que çà, le reste c'est de la propagande rhétorique et théologique, quelle que soit la divinité ciblée.

 

Si on se réfère aux textes très anciens il y a une cause commune à la naissance et l'expansion des religions, sans faire un exposé de trois mille pages (Il faudrait au moins ça) l'adoration par les premiers hommes de ce qui les a engendré (Soit créés, soit induit, soit déposés) est une évidence.

 

Savoir si des "extra-terrestres" auraient induit des facultés aux primates existants, savoir si des consciences dont on aurait ôté la mémoire du passé auraient été déposés dans les cerveaux des primates pour habiter un nouveau monde, savoir si ces mêmes "extra-terrestres" auraient déposés quelques spécimens programmés pour se multiplier sur cette terre n'étant encore habitée que par des animaux.

 

Ce pourrait être de la science fiction, ce pourrait être de la science, ce pourrait être de la religion. 

 

En tout état de cause, même si nous sommes des milliards, nous fonctionnons tous avec cette idée qu'il peut y avoir un esprit supérieur qui nous dirige, même le plus athée des athées.

 

Suivant les modes de vie, les régions et les conditions climatiques, les religions sont nées de nécessités, celles de pouvoir influer sur les éléments à travers des divinités afin de favoriser ou de calmer fonction des besoins et des dangers.

 

La connaissance de l'essor des religions monothéistes remontent à Abraham, les croyants de l'époque faisaient face aux autres religion, le Polythéisme était très répandu.

 

Il faudra attendre l'avènement du christianisme pour rassembler la presque totalité des croyants de la terre dans les religions au dieu unique même si des religions différentes en sont issues.

 

Race ! Religion ! Nationalité !

La nationalité.

 

C'est, par définition, l'appartenance à un pays sans critère de race ou de religion tant que le fonctionnement d'un Etat n'est pas régit par une religion comme la presque totalité des pays musulmans, une exception.

 

La nationalité d'un individu lui impose d'être respectueux de la législation du pays auquel il est intégré ou d'où il est natif, ce qui lui confère automatiquement la nationalité dite, on dit aussi devoir envers la nation.

 

La nationalité accorde aussi des droits, ceux qui existent dans le dit pays à condition d'être conscient de ses devoirs, ce qui est loin d'être le cas pour certains individus, et c'est là que se complique le relationnel sociétaire.

 

Par définition (Et c'est dans la constitution) un citoyen doit pouvoir jouir des libertés qu'offre la constitution de son pays, il a aussi le devoir de répondre aux exigences de ce pays en matière de travail et de civisme, il a aussi le devoir de défendre son pays contre des agressions extérieures.

 

Les agressions intérieures ne sont pas considérés dans ce cas de figure s'agissant d'une hégémonie visant à rompre un système interne à son fonctionnement, ceux qui se prévalent de la nationalité française en prônant une obédience étrangère sont des traitres à la patrie et devraient être considérés comme tels.

 

La paradoxe c'est que ceux qui déstabilisent une institution sont aussi ceux qui s'en répondent pour la déstabiliser, cracher sur des lois dont on se sert pour cracher, le système législatif français est pourri de ces incohérences d'autant qu'il n'existe pas officiellement de "garde-fou" qui feraient qu'un individu qui bafoue la loi ne pourrait plus s'en répondre pour s'exonérer des conséquences.

 

C'est ce qui fait la force de ces nombreuses associations anti-ceci et anti-cela qui se servent des lois pour ne pas les respecter.

 

S'il m'arrivait un jour d'avoir le pouvoir de changer tout cela, une de mes premières décisions serait de dissoudre toutes les associations politico-religieuses se répondant d'une forme d'anti quelque chose, ce serait le rétablissement d'une vraie démocratie et la fin de gaspillages financiers conséquents qui font fonctionner ces dites associations.

 

Quand des individus manifestent dans leur pays en prônant une appartenance autre, en faisant l'éloge d'un pays étranger, en brandissant des drapeaux d'un autre pays, en brulant le drapeau français (Ce que n'ont même pas osé faire les occupants allemands de la dernière guerre sur notre sol) et en scandant des paroles de haine envers leur propre pays, c'est un dénie de nationalité, c'est exactement ce qui s'est passé le soir des élections présidentielles de 2012 avec des individus pro-algériens (Entre autres) se répondant d'une république musulmane pour fêter l'accession au pouvoir d'un homme qui leur aura "promis" de "détruire" les fondement du pays à la tête duquel il a été élu.

 

C'est à partir de ces comportements odieux et inadmissibles que se sont forgées des certitudes concernant le racisme, sachant que la presque totalité des incivilités anti-française sont du fait de gens d'origine étrangère l'amalgame est vite fait mais hélas incontournable.

 

Ce ne sont pas les français qui dénoncent des actes anti-français qui sont racistes, ce sont ceux qui profitent des avantages d'une nation pour tenter de la détruire, même si les autorités actuelles s'efforcent de prouver le contraire.

 

Le patriotisme n'est pas le fascisme que voudraient y trouver ceux qui profitent de ces troubles "étrangers", la préservation d'une nation, de ses fondements et de ses traditions c'est le ciment qui rend cohérent une grande nation et la consolide dans la continuité de son histoire.

 

A l'heure actuelle nos dirigeants d'un moment fondent (De fondre, pas de fonder) la religion, la race et la nation dans un même chaudron pour exploiter les uns aux profit des autres dans un esprit de lucre qu'il n'est plus à démontrer.

 

La France ne fonctionne plus comme une démocratie laïque mais comme un régime totalitaire qui veut étouffer son peuple pour mieux s'en servir à des fins en totale opposition à l'esprit de nation.

 

Je n'ai jamais vu un seul chinois, un seul hindou, un seul juif défiler

dans les rues avec le drapeau de son pays d'origine en scandant

des paroles de haine envers la France.

 

Je pourrai en écrire des pages et des pages, c'est aussi ce qui me pousse à concevoir "ma constitution", essai personnel et sans valeur mais qui permet d'entrevoir ce qu'il est possible de changer dans des textes pour les rendre plus à même de respecter un pays, le nôtre.

 

A bientôt pour autre chose.

 

Bonne semaine à tous.

 

Pour me rejoindre ou continuer à me suivre, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog et n'hésitez pas à continuer de partager mes pages qui vous sembleraient lucides. 

 

Commenter cet article