Article premier de ma constitution

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Dans cet article premier....

 

Qui est d'ailleurs bafoué par ceux qui sont censé le faire appliquer.

 

Est précisé l'indivisibilité du peuple, c'est à dire la non constitution de mouvements, de décrets, de décisions, qui viendraient à diviser la population sur les bases de la vie en collectivité.

 

Extrait :

 

Le principe d'indivisibilité s'oppose aussi à la reconnaissance de droits collectifs à des groupes au sein du peuple français. Ces droits doivent être communs à l'ensemble du peuple français.

 

De cet article il devient contraire à la constitution que se créés des mouvements divers émanant de communautés étrangères autant qu'il devient anticonstitutionnel de créer des associations qui dénoncent le droit démocratique, ce que Mr Valls semble ne pas savoir, un paradoxe pour le deuxième personnage de l'Etat.

 

La Corse vient d'élire un dirigeant qui prône l'autonomie de l'ile, Mr Valls veut rayer le Front National de la carte politique, un parti fort de sept millions de sympathisants mais il veut mettre en place la constitution de mouvements d'origine étrangère en s'appuyant sur la constitution qui justement les écarte.

 

La souveraineté de la France ce sont ses droits à ne dépendre que des décisions du peuple qui la compose, c'est à dire la majorité de la population qui demande au chef de l'Etat de respecter le mandat que le peuple lui a confié.

 

Depuis son élection Mr le Chef de l'Etat n'a de cesse que de bafouer la parole du peuple dont il se répond.

 

Je mettrait donc, en alinéa de cet article, un extrait de l'article 68 de la constitution qui devrait être appliquée depuis le vote sur le mariage pour tous qui a divisé les français pour la première fois depuis le 15 Mai 2012.

 

Extrait :

 

Le Président de la République ne peut être destitué qu'en cas de manquement à ses

devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat. La destitution est

prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour. /...

 

Le Président de la République, par une décision minoritaire et à l'encontre de la majorité du peuple, impose une loi, à travers l'Assemblée Nationale, qui crée le désordre dans le pays, c'est contraire à la constitution qui veut que le Chef de l'Etat maintienne la cohésion nationale fort de l'article premier de la constitution actuelle plusieurs fois modifiée par alinéas.

 

La scission de la population entraine des dérives exploitées par le gouvernement qui bafoue, là aussi, l'article premier de la constitution française.

 

 

Article premier de ma constitution

Si j'étais Président de la République.

 

Je modifierai l'article premier de la constitution en y intégrant les conséquences des carences du Chef de l'Etat.

 

Actuel article 68 :

 

Le Président de la République ne peut être destitué qu'en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour.

 

Article 68 modifié par mes soins :

 

Le Président de la République peut être destitué en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible à la volonté du peuple qui l'a élu. La destitution est prononcée par référendum populaire au scrutin majoritaire positif. 

 

Ce scrutin est indépendant des partis politiques et ne doit être présenté que sous le seul motif de l'incompatibilité de l'exercice du pouvoir dans le cadre de la déstructuration du tissus social national.

 

L'article 68 de la constitution actuelle ne peut être appliqué dans son actuel contexte fort des modifications apportées par les gouvernements successifs depuis 1975, le parlement ne peut être impartial s'il est composé d'une majorité de partisans du Président en exercice, raison pour laquelle l'article 68 doit être modifié et intégré à l'article premier qui serait dans ma constitution.

 

Qui plus est, quand un chef de gouvernement s'immisce dans une campagne électorale et se prononce anti-démocratiquement pour réduire au silence 15% de la population il sort de ses prérogatives et se met en position d'être destitué par le Président de la République.

 

Fort des trois derniers scrutins minoritaires qui sanctionnent le chef de l'Etat depuis Mars 2014 l'Assemblée Nationale aurait dû être dissoute, le Chef de l'Etat, en toute connaissance de cause, sait qu'il ne peut plus gouverner mais il continue à détruire le pays pour répondre aux injonctions de Bruxelles et des communautés étrangères en France.

 

C'est de la haute trahison, la souveraineté de la France ce n'est pas l'Europe, c'est le peuple français.

 

Bientôt, le prochain article de ma constitution.

 

C'est beau les rêves.

 

Pour continuer à me suivre, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Bonnes fêtes de fin d'année à vous aussi !!!
LA FRANCE AUX FRANCAIS et VIVE LA FRANCE
Répondre