Mauvaise surprise

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Mauvaise surprise

Mon véhicule de l'été. (Ici à Peyruis 04)

 

Service finissant par le remplacement du train de nuit.

 

Le problème de l'été, c'est le nombre de "zonards" avinés qui circulent toutes les nuits.

 

Déjà leurs odeurs d'alcool et leur crasse est difficilement tenable mais s'agissant d'un car SNCF qui remplace le train de Gap à Briançon, départ 23h00 arrivée théorique 0h30, on a droit aux problèmes liés à l'ivresse et au phénomène d'angoisse bien connu des psychiatres de l'effet nocturne sur l'individu.

 

Quand en plus il y a un ou des chiens non muselés, que ces zonards fument dans le car malgré mes demandes réitérés, on en arrive à des situations qui ne permettent plus de conduire un car de nuit en toute sécurité.

 

Il y a une dizaines de jour j'ai été sous la menace de quatre "merdeux" de 15/17 ans entre Embrun et Briançon (Des Toulousannes, il en voulaient semble-t-il à ma caisse (une misère de quelques dizaines d'Euros)), la présence de "zonards" n'a rien arrangé.

 

J'ai effectué un signalement verbal (Puisque pas de délit) au commissariat de Briançon, le lendemain, pour demander à ce que la patrouille de nuit puisse être vers la gare à l'arrivée de ce car, les clients normaux apprécieraient.

 

Mauvaise surprise

Des "cailles" pour emmerder le monde.

 

Ce genre d'assistés oisifs, n'étant pas fatigués par le travail, se lèvent à midi pour zoner dans les lieux potentiellement lucratifs, repérage de femmes seules, de personnes âgées, d'autres jeunes isolés, des proies faciles à dépouiller.

 

Ils disposent d'une carte "solidarité" qui leur permet de voyager pour 1,20 Euro sur l'itinéraire de leur choix, carte délivrée par les services sociaux afin que ces "pauvres" gens puissent disposer des allocations diverses pour acheter l'alcool qui leur permet d'emmerder et de cracher sur la société qui les entretient.

 

Briançon n'y échappe pas, si l'hiver les rend frileux la chaleur de l'été, l'alcool et les petits pétards les défoulent.

 

La nuit suivante fut plus calme mais je n'ai pas vu la patrouille de nuit à la gare.

 

Mauvaise surprise

Cette nuit passée j'ai eu çà.

 

Du moins du même acabit le chien en moins (Pour une fois) mais une "femme" (Difficile d'appeler femme la raclure avinée qui accompagnait le zonard tout aussi aviné) en état d'hystérie.

 

Bagarre dans le bus, plusieurs arrêts pour calmer les protagonistes pour finalement appeler la police à l'approche de l'Argentière où j'ai dû stationner plus de dix minutes.

 

Et c'est là que je suis tombé sur le "cul", le premier appel (Gendarmerie) m'a mis en relation avec le commissariat de Briançon auquel j'ai demandé la présence de la patrouille à la gare à l'arrivé du bus ayant plus de 30 mn de retard (La fête à Savine, 35 mn de traversée à 23h30).

 

Ayant calmé les deux excités je suis reparti.

 

Entre Montdauphin et la Roche de Rame, hurlements et bagarre au fond du car, les deux fumants et buvants sans s'occuper si d'autres clients aspirent à autre chose qu'une scène similaire au 9/3 de la région parisienne.

 

Arrêt à l'Argentière et appel à la gendarmerie puisque c'est le service qui répond au 17 composé.

 

Et là, surprise de taille.

 

Au lieu de faire envoyer une patrouille pour calmer les deux excités et constater les faits j'ai été soumis à un interrogatoire téléphonique, d'abord mon identité, mon domicile, la description de la scène, l'état des protagonistes, leur âge, le nombre de clients, la ligne effectuée, etc.. Pour un peu je me serait senti coupable et suspect d'appeler la police, une déposition téléphonique comme si j'étais assis dans un bureau alors que je faisais face à une situation très tendue.

 

Tout ça pendant près de dix minutes au milieu des cris et des invectives, les appels étant enregistrés (Du moins ceux qu'on conserve) il est facile d'en retrouver la trace.

 

j'ai demandé la raison de cet "interrogatoire" téléphonique, réponse : Pour savoir qu'elle genre de patrouille envoyer !!!!!!!!!!!!!!!

 

En fin de compte s'il y avait eu du sang, de la "viande" au sol, dont peut-être la mienne, je pense que ce service de protection publique, d'efficacité diurne mais apparement pas nocturne, aurait envoyé les pompiers et un médecin.

 

Je suis farouchement défenseur des forces de l'ordre qui font un travail admirable, mais là ma surprise a été totale devant le manque d'enthousiasme à envoyer du monde à la gare de l'Argentière pour une situation qui le justifie.

 

Le mec aviné est finalement descendu sous la pression des autres clients, seule la "femme" est restée mais m'a "emmerdé" tout le long du restant du parcour.

 

Je pensais trouver la patrouille de police de briançon à l'arrivée, RIEN, mes clients normaux sont vite partis en longeant les murs (Je les comprends, ce genre de situation est loin  d'être rassurante) en me laissant avec l'hystérique avinée qui est enfin parti après m'avoir demandé plusieurs fois de la déposer chez elle, comme si on pouvait faire taxi avec un car de douze mètres à 1h00 du matin, ce que j'ai refusé pour des raisons évidentes de sécurité et de règlementation.

 

Des collègues m'ont dit avoir aussi eut des problèmes, la nuit la police patrouille dans les voitures et dans les quartiers tranquilles, je suis terriblement déçu de ce fonctionnement que je croyais plus efficace. (Il est vrai que l'Etat a transformé la police en percepteurs d'impôts et ne serait donc utile que ce qui rapporte, cette petite phrase n'engage bien sûr que moi)

 

Une exception ? Peut-être, mais alors je suis tombé deux fois sur des jours d'exception.

 

Je serai bien allé déposer une main courante au commissariat mais mon temps de repos je l'utilise à me reposer et puis je sais trop que ce genre de situation passe à la trappe.

 

Citoyens dormez tranquille, la police veille mais pas là où, pour une fois, j'en aurais eu besoin.

 

Heureusement que 20 ans de RER parisien, également de nuit avec des protagonistes d'une autre dimension, m'ont habitué à ce genre de situation, gérer un conflit, parfois armé (Couteaux, cutter) où il ne faut pas paniquer ni montrer de la peur, ce qui ne m'habite heureusement pas, à Paris on est aussi, hélas, formé pour çà.

 

Cette page ne discrimine pas la police qui est efficace, elle soulève une interrogation sur le degré de gravité d'un problème qui ferait déplacer les forces de l'ordre.

 

Je n'aurai pas fait cette page si par deux fois en dix jours je ne m'étais retrouvé seul devant un problème "craignos" alors que la police aurait pu intervenir.

 

A bientôt pour autre chose.

 

(Je pressens qu'il va y avoir du retour)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Francine 21/08/2015 18:10

ce qui est grave aussi, c'est que toutes les personnes comme vous, se retrouvent seules face à ce type de violence gratuite ; sans défense !
un jour, les gens finiront par se faire justice eux mêmes... Si les forces de l'ordre ne peuvent plus rien ou sont débordées ou pas au bon endroit ; ca restera la seule solution
dommage que les Hommes ne retiennent jamais les leçons du passé

Francine 19/08/2015 17:22

dommage que vous ne puissiez pas avoir de quoi les pulvériser !
oupsssss c'est interdit par la loi

Ihuel 20/08/2015 07:15

Par la Loi oui mais pas par la logique, en fait cette permanente escalade ne fait que conforter la désobéissance civique, et c'est bien là que ça devient grave

Vididacti 06/08/2015 12:21

Et oui ! Comment ne pourriez-vous pas avoir de retour dans une telle situation à maintes fois vécue par d'autres chauffeurs de car qui ont connus des histoires dramatiques dont à souvenir dans un passé pas si lointain... Et ça continue ! Vous avez beaucoup de sang froid et du courage pour ne pas dire des COU..... ! pour affronter ce genre d'individus surtout lorsqu'ils sont armés. Je pense que j'en serai bien incapable. Et lorsque vous souligner que la police vous fait subir un interrogatoire par téléphone, c'est à peine croyable ! ça me fait penser dernièrement à nombres d'appels que j'ai dû passer aux urgences pour ma femme qui est tétraplégique; il y a des filtres et on comprend pourquoi. Le régulateur vous demande des renseignements sur la personne et son état pour vous passer ensuite un médecin qui vous pose les mêmes questions pour envoyer ensuite les pompiers; Je comprends l'intérêt de ce système mais parfois je me demande si dans certaines situations (vraiment urgentes) l'on aurait pas le temps de "passer l'arme à gauche" .. Revenons à nos moutons et je me pose LA question évidente: "Qu'est-ce que l'état pourrait faire pour enrayer ce problème dans les transports" Placer un policier dans chaque car et sur tous les trajets ? Et pour ce qui est des policiers, évidemment qu'ils ne sont pas à mettre en cause puisqu'ils ne font qu'obéir à des directives . Cependant, tout ceci reste bien inquiétant en attendant. Merci à vous d'avoir dénoncer cette situation en espérant que cette nouvelle "goutte d'eau dans l'océan" puisse faire réfléchir et pourquoi pas apporter les vrais solutions. Bien à vous Mr Ihuel.

Ihuel 07/08/2015 07:29

En effet, la police n'est pas en cause, c'est le fonctionnement du ministère de l'Intérieur qui y est, comment ne pas avoir une augmentation exponentielle de cas de ce genre quand l'actuel ministre (en CDD heureusement) ne se préoccupe que des migrants et des islamistes à intégrer au pays. La marginalisation est le résultat d'une politique désastreuse, ce n'est, hélas, qu'un début. Bien à vous

MITHIEUX 06/08/2015 12:14

J ADORE VOTRE BLOG
CONTINUEZ AINSI
C EST TRES PLAISANT A LIRE

Ihuel 07/08/2015 07:29

Merci